La Galerie "Arts et Littérature" du RdlB

Page 29 sur 30 Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Suite

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Ven 24 Mar - 19:13


avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Galerie "Arts et Littérature" du RdlB

Message  Admin le Sam 25 Mar - 20:58

BOREILLO Gilberte Nelly a écrit: -  Les plus beaux vers, c'est vrai, sont ceux qu'on n'écrit pas.
Salut Gilberte...,
Trop beau ce poème que tu as déniché.... Je l'ai retrouvé sur le Net pour connaitre l'auteur... Il s'agit d'un certain Edmond Arnaud (de Mostaganem) (Transmis par Guy Montaner, de la "Marine")
As tu remarqué celui de "la babouche et le pied-noir"...???
Rigolote et bien tourné... Du coup, je les ai tous lus... Merci à toi...!!!

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11607
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Galerie "Arts et Littérature" du RdlB

Message  Admin le Sam 25 Mar - 21:10

Claude...,

Bonne chance et trois fois BRAVO ... cheers cheers cheers ...
J'ai bien aimé ... :
"Quand je peins, je rêve. Quand mon rêve prend fin, je ne me rappelle plus de ce dont j'ai rêvé. Mais le tableau reste et devient l'incarnation de mon rêve.
Dessiner et peindre ont été pour moi un don d'expression et un besoin d'expression.
Claude Sandeaux"


C'est bien......, l'artiste...!!!

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11607
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Nouveaux tableaux de Claude Sandeaux

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Ven 31 Mar - 20:18

Coquelicots
Huile et Acrylique - 61 cms x 92 cms 

Village Gardois 
Huile et Acrylique -  61 cms x 92 cms
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

de Claude Sandeaux

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Ven 31 Mar - 20:21

Notre Dame des Pieds noirs
Huile et Acryliqe -  61 cms x 92 cms
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

De la part de Claude

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Ven 21 Avr - 15:05

Portraits de John Wayne et James Dean -  60cmx60cm - acrylique - et qui seront exposés le 8 Juin 2017 à Kirkland Senior Artist

à suivre


Dernière édition par Ghislaine Jousse-Veale le Ven 21 Avr - 15:56, édité 1 fois
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Galerie "Arts et Littérature" du RdlB

Message  HUGUETTE ROMERO le Ven 21 Avr - 16:55

cheers  cheers  cheers  cheers  cheers CLAUDE
avatar
HUGUETTE ROMERO

Messages : 4057
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 74
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77

Revenir en haut Aller en bas

Texte de Claude Sandeaux

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Mar 25 Avr - 15:53

Mon désir de Grèce



Petit-fils de Cosmas Xanthopoulos et fils Antoine Sandeaux, je n'ai jamais pu satisfaire mon désir de Grèce. Tout ce que j'entends dire tous ces derniers temps sur ce pays bénis par les Dieux, me remplit de tristesse et de nostalgie. Oui la Grèce me manque, rapatrié dans le sud de la France, j'ai un temps retrouvé quelque chose de la lumière méditerranéenne.

Mais le Gard n'est pas l'Olympe et la France n'est pas la Grèce.
De cette Grèce, j'ai reçu l'impulsion salvatrice de la philosophie, de la poésie et de l'architecture. Être grec, c'est faire une longue promenade sur les sentiers buissonniers au milieu des oliviers, sous le soleil de la méditerranée à la rencontre de Platon, d'Aristote et de Socrate afin de s'imprégner et de gouter à la pensée grecque.

Cette pensée grecque, mon père m'en parlait souvent car elle rayonnait autrefois dans toute l'Asie Mineure et à travers toutes les cotes de l’Égée. Il évoquait ces écoles grecques où l'étude du grand Homère se confondait avec celle du grand Virgile, et où le caractère se formait sur l'enseignement d'une culture classique. Il se souvenait des belles églises orthodoxes dont les clochers annonçaient aux fidèles le commencement de la messe en les invitant à un rassemblement pieux pour faire leur prière à Dieu.

Que reste-t-il de la culture grecque ? des souvenirs conservés intactes dans ma mémoire, des détails intimes me menant à la rencontre de Socrate, ce pèlerin hélant les passants dans les rues d'Athènes, en philosophant avec eux. Qu'est devenue la Grèce de Périclès, de Démosthène fondée sur la souveraineté du peuple. Celle d'Achille, d'Ulysse, de Sophocle, de Léonidas et d'Alexandre. Que reste-t-il de cette Grèce, de mon passé fait d'épopées, de sciences et de gloire? Qu'est devenue cette Grèce qui a jeté en moi ses semences de civilisation. Avoir vécu au sein d'une culture séculaire a été pour moi une bénédiction car je reste un grain de ses épis, une grappe de ses treilles.

Claude Sandeaux
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

La Galerie du RdlB

Message  sandeaux le Jeu 4 Mai - 6:34

S'il est une idée reçue chez les Pieds Noirs d'Algérie, c'est bien celle de considérer que leur surnom date de la conquête de 1830. Il semblerait que le terme existait entre-deux-guerres et fut utilisé par l'armée coloniale pour désigner les Européens du Maroc. Il fut par la suite employé avec une pointe d'ironie, de méfiance et de mépris, par les militaires qui prenaient leurs fonctions au début de la guerre d'Algérie pour désigner les Français d'Algérie. Ce n'est pas 1830 qui créa le Pied Noir d'Algérie, mais 1962 et ce terme quasi imposé aux Français d'Algérie par les métropolitains est venu combler un vide, celui de la dénomination des Français sans être de France, d'Afrique du Nord sans être indigène. En bien des points Français d'Algérie, de Tunisie et du Maroc étaient considérés en France comme des Français sans province, comme des Français de là-bas, comme des Pieds Noirs.
En tant que Français de là-bas, sans province, j'ai voulu à ma manière livrer à mes enfants et petits-enfants un message, sorte de racines de papier. Afin de leur donner à comprendre, pour mettre un peu d'intelligibilité dans mon passé fort complexe et surtout pour affirmer mon identité pied noir.
Ces deux mots, pied noir, jetés péjorativement comme une insulte, sont devenus pour moi plus qu'un sobriquet. On m'a appelé pied noir avec cette nuance de dédain, de mépris, lorsque j'étais étudiant aux Beaux Arts à Paris, lorsque je jouais au petit soldat en Avignon ou lorsque nous avions pris avec mon père Antoine les destinées d'une salle de cinéma à Nîmes sur le point de fermer, envahie par les cafards et les rats et fréquentée par un public hétéroclite et xénophobe.
J'ai accepté l'injure et ces mots dédaigneux sont devenus comme un ralliement, comme un drapeau, comme un pur emblème.
Je me suis senti réellement pied noir, lorsque j'ai pris conscience de l'obligation de militer contre la désinformation, le racisme faisant des pieds noirs, les boucs émissaires d'un colonialisme honteux. Claude
avatar
sandeaux

Messages : 332
Date d'inscription : 19/10/2010
Age : 80
Localisation : Snohomish USA

Revenir en haut Aller en bas

Texte de Claude Sandeaux

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Ven 12 Mai - 15:44

Le Maroc des peintres

L'Orient reste pour les peintres une terre privilégiée; une contrée de mémoire, un lieu où l'histoire et les mythes fleurissent.

Comme sa génération, Eugène Delacroix peint d'abord un Orient romanesque lorsqu'il exalte la lutte des Grecs contre les Turcs. Le voyage au Maroc sera son seul contact avec l'Orient. Il fut le premier peintre à découvrir l'Orient en débarquant avec une mission diplomatique à Tanger. Le roi de France Louis Philippe ayant mandaté le comte de Mornay afin de rassurer le sultan du Maroc qui voyait d'un fort mauvais œil la conquête de l'Algérie par la France. Le but de Delacroix étant de fixer les grands moments de cette mission en terre d'Islam.

L' aventure paraissait incertaine, délicate, dangereuse car les routes sont rares et peu sures. L'avidité des brigands et l'hostilité de la population face à ces roumis, ces étrangers, ces chiens d'infidèles menaçant de compromettre la mission de l'ambassadeur venus à la rencontre du sultan Abd-er-Rahman pour parler de paix.

Delacroix ne voit , n'entend rien, il éprouve au milieu de cette nature vigoureuse des sensations pareilles à celles qu'il avait dans son enfance. L'ombre des objets blancs très reflétée en bleu, le rouge des selles et des turbans presque noir, les montagnes violettes au loin, le sable jaune, le bleu du ciel, tout ressemble à un tableau vivant.

De Tanger à Meknès, le peintre tiend son journal en l’illustrant de dessins, d'aquarelles, il croque milles détails, les burnous blancs, les pantoufles jaunes et les éperons dorés. Il dessine fébrilement les ceintures violettes dorées d'or, les brides des chevaux, les capuchons des cavaliers maures et un mariage juif. Il respire avec gourmandise, tout le long de ce dangereux voyage, les odeurs des amandiers, des orangers et des eucalyptus. Convié à une diffa sur les bords d'un oued en contrebas d'un bordj, Delacroix découvrit avec plaisir la cuisine marocaine, autant de généreuse offrandes servies sur un plateau d'argent.

De sa boite de pastel il apportera ça et là des touches de couleurs aux dessins réalisés lors de la fantasia organisée par le pacha de la province. Difficile pour lui de rester insensible devant ces montures légères et aériennes revêtues d' harnachements colorés, s'élançant dans un galop effréné, emportées dans un tourbillon de poussière. Comme un reporter curieux de tout, Delacroix arpente les rues de Meknès, la capitale du Royaume. Rien n'est simple dans ce royaume car dessiner dans la rue n'est guère autorisé, la religion musulmane interdisant toute représentation humaine. Sur son passage, on l'insulte car la population se révèle très hostile envers cet étranger dont le pays a soumis l'Algérie voisine, comment savoir s'il est ennemie ou ami.
Non autorisé de dessiner dans la rue, Delacroix recomposera de mémoire le Meknès qu'il venait de découvrir. Un Meknès qui inspirera ce dernier jusqu’à la fin de sa vie.

Matisse fit un voyage au Maroc à dos de mulet au milieu d'une mer de fleurs. Quand un papillon survole un jardin, dit un proverbe arabe, il donne aux fleurs ses couleurs en échange de quelques parfums, Dufy fut ce papillon qui apporta de chacune de ses étapes des aquarelles d'une scintillante fraicheur; Renoir découvrit le blanc, celui des burnous, des minarets et des routes. Edmond Valès, fut mon professeur de dessin au lycée Poeymirau à Meknès, ce fut aussi un artiste de talent qui privilégia le pittoresque marocain dont je me suis imprégné. Ses peintures, ses aquarelles, ses sanguines essentiellement inspirées par la Maroc m'ont influencé.

En pensant à ces peintres, à ces rencontres, je ressens comme un bonheur de la mémoire, car j'ai vécu dans un univers de sensualité, de sagesse, de sueur, de soleil, de poussière ocre levée par le vent, de moutons sacrifiés et de blanches djellabas.

Claude sandeaux
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

De la part de Claude Sandeaux

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Sam 10 Juin - 17:37

Exposition Claude Sandeaux à Kirkland, état de Washington, ce vendredi 9 juin 2017, bon accueil du public et interview à la télévision régionale King county.
suite
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Les artistes du Roi de la Bière

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Sam 10 Juin - 17:46

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Les artistes du RdlB

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Dim 11 Juin - 15:48

Qu'est-ce que c'est que la terre natale de l'homme ?
Un nulle part ? Un rayonnement fugitif ? Un adieu ?


Casablanca.


L'ancien paquebot le Mauritania entre en rade de Casablanca, machines au ralenti, chargé à ras bord des rescapés des massacres de Smyrne. Ils sont entassés sur le pont, encore plein d'espoir, heureux d'avoir échappé aux Turcs. Persuadés qu'ils ne connaitront plus le sort où tant des leurs ont laissé la vie. Ils découvrent larme à l’œil Casablanca émergeant de la brume, car ils se croiraient de retour au pays, tant la cote marocaine ressemble à l'Anatolie, avec ses amphithéâtres de maisons blanches.

La sirène hurle, les treuils grincent, les matelots vérifient les amarres car il est temps de jeter l'ancre. La mer est grise, les taches claires des maisons et des palais aux tuiles rouges flanqués de tours et de minarets pointant leur doigt vers le ciel, apparaissent à l'horizon. Certains réfugiés se jetteraient volontiers à l'eau pour y noyer leurs puces et leurs poux, mais la mer est froide et peu engageante ce 31 décembre 1920. Des barques à voiles latines louvoient entre les navires s'immobilisant près de leur flanc. Le Mauritania a finalement jeté l'ancre dans la rade, il est temps d'accoster pour permettre le débarquement de ces intrus foulant indument le sol sous le regard dédaigneux et menaçant des garde-cotes et des soldats pointant leur arme dans leur direction.

Il pleut sur la ville, une bruine fine et glacée rend le sol glissant, incitant ce bataillon de misère à rejoindre au plus vite un camp aménagé à la hâte. Un camp reconnaissable par ses réseaux de barbelés. Le piètre accueil qui est réservé aux réfugiés grecs dans ce camp déshérités, rappelant les stalags d'Anatolie, pousse mon grand-père Cosmas Xanthopoulos à rechercher un lieu privé lui permettant de protéger sa famille. Un lieu contenant tout au plus un lit et une chaise et ceci en attendant de faire les démarches nécessaires afin d’être autorisé à immigrer définitivement au Maroc sous protectorat de la France.
Immigrer enfin ! après avoir échappé aux pillages, aux massacres et aux viols perpétrés par les soldats turcs. Ces derniers semant la dévastation ce mois de septembre 1920 à Smyrne, capitale de l'Ionie grecque où l'éclat de la culture et de la civilisation rayonnait autrefois dans tout l'Asie Mineure occidentale à travers toutes les cotes de l’Égée.

Amitiés Claude
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Galerie "Arts et Littérature" du RdlB

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Mar 13 Juin - 23:12

Mémoires

Petit-fils de Cosme et fils d'Antoine Sandeaux, de Gabriel, José, Juan  et de Eulalia Lopez,  je n'ai jamais pu satisfaire mon désir de Grèce et d'Espagne. Oui ces deux cultures me manquent depuis que je vis aux États Unis. En parcourant les rues de Woodinville, petite ville de l'état de Washington, il m'arrive à penser à ma mère Eulalia, Lola, Lopez, fille De Gabriel, José, Juan et d'Eulalia, Joséfa, Maria Martinez, née à Oran, département d'Oranie.

Ma Lola, comme le disait si tendrement mon père Antoine, était originaire de la Marine, la Calère, le quartier espagnol situé à l'ouest d'Oran, prés du vieux port. C'était la Casa Rota, el Callejon. C'était aussi les places de la République, de Kléber, de la Perle. C'était l'église Saint Louis, le Marabout de Sid el Houari, le cinéma familia où seule la langue du Castillan ou du Valecien avait cours. C'était le lieu privilégié des bals populaires. Il y avait les bars Albert et Cerdan, cousin de Marcel, le magasin de chaussures Benguigui, la brasserie Rodriguez avec ses melsas et brochettes et la boutique Soriano, spécialiste des articles de pêche.

C'était le quartier historique de la Bianca encaissé sous les pentes de la foret des planteurs et sous la bénédiction de Notre-Dame de Santa-Cruz avec ses ruelles étroites pavées ou simplement damées, ses immeubles lézardés qui dataient du début du siècles et sa population ouvrière qui avait quitté l'Espagne sans autre fortune que des hardes enveloppées dans un mouchoir à carreaux.
Lola, ma tendre et regrettée mère était un petit bout de femme incroyablement belle. Elle était brune, exotique et avait des yeux immenses et sombres, mon père finira par s'y noyer.

A la regarder si belle, avec des yeux magnifiques et son petit nez en l'air si provoquant, mon père réalisa qu'il venait de contracter la maladie d'amour. Mariés, il n'eurent qu'à prendre la route vers l'inattendu et les bruits du monde.
En déposant mes valises aux États Unis, loin de mes repères, je suis convaincu que je resterai déraisonnablement et passionnément un français de là-bas, né en terre marocaine, petit-fils d'un montreur d'images et d'un pêcheur de Mers-el-Kébir.

Claude Sandeaux
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Galerie "Arts et Littérature" du RdlB

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Jeu 22 Juin - 15:23

Passe ton Bac d'abord !


Il y a bien des moyens pour rentrer dans un cinéma, le mien a été un sac de film déposé par la C.T.M. un 17 avril 1937, devant le cinéma Mondial, rue Rouamzine en Médina de Meknès. Dés mon plus jeune age, j'avais compris que le cinéma allait être pour moi une source d'inspiration. Enfant, les films de Disney sont venus à point nommé pour m'éclairer sur ce que je tenais le plus à cœur, envisager une carrière dans le dessin animé ou dans le cinéma. Dessiner deviendra pour moi une obsession au point de peser dangereusement sur mes études. Mon idée d'en faire une carrière se concrétisera par la suite au contact de Monsieur Edmond Valès, mon professeur de dessin au lycée Poeymirau, de Monsieur Paul Néri, directeur du conservatoire de musique et artiste peintre et de mon ami Basile Condopoulos photographe de renom.

Au lycée, j'avais l'ambition d’être le meilleur en régnant en maitre incontesté. Il est évident qu'il me fallait fournir un surcroit d'effort, Monsieur Valès n'étant pas prêt à me faire la moindre des concessions et pour cela, je lui en suis gré. Je me revois dans cet amphithéâtre appréhendant une nature morte, un plâtre ou une composition florale. Monsieur Valès s'installant près de moi, attendant que je le questionne avant d'y répondre de bonne grâce. De temps en temps, il m'interrompait par des remarques, je l'écoutais en silence, convaincu que son intention était de m'encourager à faire mieux. Avoir eu comme professeur de dessin Edmond Valès a été une bénédiction.

Ce fut un peintre distingué par un accessit en dessin lors du concours général. Il entra à l'école des Beaux-Arts de Nantes et obtint le Grand Prix de la ville. Engagé dans l'armée de l'air, il fut envoyé aux États-Unis et s'initia aux techniques du dessin animé dans les studios Disney. Nommé à Meknès au lycée Poeymirau, il occupa le poste d'enseignant tenu par le peintre Marcel Couderc à qui la ville de Meknès doit les remarquables fresques Art Déco brossées au cinéma Caméra. En tant qu'enseignant et peintre, je lui dois d'avoir acquis la rigueur et d'avoir pu obtenir le Grand Prix de dessin, décerné par l'Académie de Bordeaux en juin 1958.

Ce fut aussi un vrai bonheur d'avoir pu connaitre Monsieur Paul Néri, il m'arrivait de le retrouver dans son atelier au conservatoire de musique, où quand il faisait chaud on entendait par les fenêtres grandes ouvertes, les violons ronronner comme des oiseaux en cage. Cette rencontre avec Paul Néri, l'artiste peintre, fut pour moi bénéfique, Monsieur Valès m'a permis d'acquérir la rigueur, Monsieur Néri privilégia le pittoresque dont je me suis imprégné. Ses peintures, ses aquarelles et ses caricatures aux traits savoureux, distillées avec un certain humour façon Dubout possèdent toujours un intense pouvoir attractif. Nous avions coutume avec Monsieur Henry Pontoy, célèbre orientaliste de vagabonder dans les ruelles de la médina, le carton à dessin sous le bras, la valise d'aquarelle sous l'autre, le chevalet pliant en bandoulière à la quête de paysages, de motifs, de scènes typiquement marocaines. Les marchés de Bab Kémis le jeudi, celui de Bab Berdaine et les attroupements de la place El Hedine ornée de deux portes monumentales Bab Mansour et Bab Jama el Nouar.

Je suis convaincu que le fait d'avoir été en contact avec Edmond Valès Paul Néri et Basil Condopoulos photographe de talent, fut pour moi une aubaine car j'ai pu grâce à eux acquérir une formation et des connaissances artistiques me permettant par la suite de suivre à Paris des études artistiques.

Basil Condopoulos en tant que photographe et artiste de talent m'a fait découvrir l'art du portrait et de l'affiche. Basile me disait: Je suis convaincu qu'un peintre est à sa façon un photographe. Il doit être obsédé par la lumière et par tout ce qui la compose, tout comme un photographe doit être passionné par ce qu'il reproduit. Claude, sache que le cinéma t'a influencé artistiquement, car il entretient avec la peinture une forte relation. Beaucoup de films ont puisé dans les œuvres de grands peintres.

En tant qu'artiste, le cinéma sera pour toi une source d'inspiration, tout comme la peinture a été et sera une source d'inspiration pour des cinéastes renommés. Au contact de Condopoulos j'allais découvrir l'art du portrait et me spécialiser dans l'affiche publicitaire. Condopoulos ne cessant de me répéter, Claude, ta main est l'instrument des instruments, tache de t'en souvenir et mon père ne cessant de me dire, passe ton Bac d'abord.

Claude Sandeaux
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Galerie "Arts et Littérature" du RdlB

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Ven 23 Juin - 16:07

Parce que vivre loin de ses amis et de ses repères, c'est prendre le risque de les perdre.  

     
Non je n'ai rien perdu. Au terme d'une longanime errance de contrée en contrée, de rêve en désenchantement, il m'arrive encore de penser que je suis de quelque part, que je suis du pays des cèdres, du soleil et de la joie de vivre.
Que je suis de retour après une longue absence, que j'arpente l'avenue qui me mène à mon lycée, le lycée Poeymirau, à la rencontre de mes camarades de classe. De ces années là, je retiens quelques visages, celui d'Edgard Costa, l'aldo Maccione du groupe, le roi de la tchatche remerciant le Bon Dieu d'avoir créé la femme, celui de Claude Barbagelata, Zapata pour les intimes, amateur des westerns. Il est John Wayne, il règle ses compte à OK Corral, devient mercenaire et manie la Winchester. C'est Pilou Chapel, fan des cartoons de Tex Avery, c'est P'tit Louis Frasse bégayant à la manière de Darry Cowl, C'est Maurice Levy imitant Louis de Funés dans Ah! les belles bacchantes.

C'est ce peuple à l'accent indéfinissable et fruité, sorte de pudding ou de couscous linguistique dont les ingrédients sont le Français, l'Espagnol, l'Arabe, l'Italien et certaines expressions Juives. Ce sont les écoles de Bretagne, de la Boucle, Marolleau, d'El Hédine, de La Fayette où l'on écrivait non pas avec un stylo-bille, mais avec des plumes sergent-major à baïonnette ou droite, avec ces porte-plume indissociables, ces cahiers lignés de 10,20,30 et 40 pages, ces odeurs de parquet ciré, de craie et d'encre.

C'est le café le Normandie avec son juke-box diffusant à longueur de journée les succès d'Elvis, des Platters, de Bill Halley et de Fat's Domino et c'est Lucien Jarry reluquant le décolleté de la barmaid sous le regard complice d'André Olivier.
Ce sont ces vaisseaux d'ombres et de lumières où les spectateurs de toutes origines et de toutes confessions se retrouvaient fascinés par Marilyn superbement tortillante et chaloupée, osant laisser danser son dos au rythme de ses seins.

Tout me reviens comme un bonheur de la mémoire. C'est Van Rycke, Zeitoun, Jean Weymuller, Jacky Schaffar, Jean Riotte, Robert Martin, Jérôme Blanco, s'illustrant dans les stades pour le plus grand plaisir de Monsieur Robert et de Monsieur Delmas. C'est la cuisine marocaine aux origines multiples, Perse pour son penchant à vouloir associer viande et fruits, Andalouse par sa fameuse tarte aux pigeons, Bstilla, Bédouine pour sa levure, Phénicienne pour ses saucisses sèches, Carthaginoise pour son blé dur et sa semoule, transformée en couscous, Arabe et Maure pour ses oranges, pruneaux, olives. Autant de généreuses offrandes servies par la mère de mon ami Tahiri.

Ces souvenirs se bousculent dans mon esprit à la façon d'un film. Que j'aimeras retrouver Saraga, Médioni, Ayakatsicas, Maugein, Berdugo, Tolédano, Mrejen, Colombier, Renisio, tous ces amis qui ont partagé ma vie marocaine.
Rien ne pourra me faire oublier mes camarades de classe et cette enseigne sur laquelle était écrite 3 syllabes magiques qui clignotaient CA-ME-RA...

Claude Sandeaux
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

De la part de Claude Sandeaux

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Sam 24 Juin - 15:35

Je viens de décrocher ce vendredi 23 juin 2017, le grand prix dans la catégorie dessin, au 9eme Annual Senior Art Show, organisé par la mairie de Kirkland Etat de Washington. Amitiés Claude


avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Galerie "Arts et Littérature" du RdlB

Message  HUGUETTE ROMERO le Sam 24 Juin - 15:47

CLAUDE .........
avatar
HUGUETTE ROMERO

Messages : 4057
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 74
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77

Revenir en haut Aller en bas

De la part de Claude Sandeaux

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Mar 27 Juin - 20:10

J'ai demandé à ma fille de faire cette série de photos, afin d'avoir une idée exacte des proportions des différentes fresques. Certaines ont été revues et corrigées.
En ce qui concerne Nîmes Roman Touch, j'ai supprimé le Pont du Gard, ceci afin  afin de conserver uniquement ce qui caractérise la ville.


La Tour Magne, Les Arènes, La Maison Carrée, Auguste premier Empereur de Rome et le Palmier.


Hommage à Clint East Wood dans le Grand Torino/Joseph Wales, Hors-la Loi/ et pour quelques dollars de plus
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Suite

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Mar 27 Juin - 20:31

Elvis the King

Giant et le Texas

Harrison Ford dans Star Wars et Indiana Jones
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Galerie "Arts et Littérature" du RdlB

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Mar 27 Juin - 20:41

Hommage à John Wayne - The Duke/Le Patriote/Le cowboy

"Little Bastard" ou le destin brisé

Fernandel dans l'Auberge Rouge/Don Camillo - Le confident de ces dames
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Galerie "Arts et Littérature" du RdlB

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Mar 27 Juin - 20:50

Marcel Pagnol  - La Fille du Puisatier - Fernandel/Raimu/Charpin

Oran - Un 5 juillet 1962, le génocide oublié
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17411
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re:La galerie "Arts et Littérature "du RdlB

Message  MOLL Serge le Mer 28 Juin - 1:02

Dernière photo:"Oran - Un 5 Juillet 1962," le génocide dénier serait plus approprié que "oublié".... mon avis. Embarassed
avatar
MOLL Serge

Messages : 4193
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 78
Localisation : Bedoin Vaucluse

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Galerie "Arts et Littérature" du RdlB

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 29 sur 30 Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum