Mémoires de "Blédars"

Page 1 sur 23 1, 2, 3 ... 12 ... 23  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mémoires de "Blédars"

Message  Lucien Calatayud le Sam 30 Juil - 15:31

Voilà par quelle pensée je débute le premier tome de mes mémoires:

"Si pénible puisse-t-elle se révéler, nulle vérité ne devrait s'éteindre avec soi. Ne point vouloir laisser témoignage de son propre passé constitue à mon sens un acte tous aussi blâmable que de priver délibérément les siens de l'un de ses biens les plus précieux".

Ca vaut ce que ça vaut mais c'est mon sentiment.
Voilà... Je ne peux donc que vivement encourager à laisser trace de ce dont on se souvient ou de ce que nos propres parents nous ont appris.



Les amis
A tous ceux qui ont l'air de se désoler de n'avoir pu mieux apprendre l'arabe dans leurs jeunesse je dis ceci : Consolez-vous les amis. Au lycée, une certaine Huguette Bensoussant et moi-même étions bien involontairement d’ailleurs, en compétition permanente dans la classe d’arabe. Son objectif : être avocate. Ce que sans nulle difficulté elle est devenue. Le mien : être interprète français/arabe. Mais voilà…Il se trouve que si j’étais un brillant élève en arabe, j’étais par contre archi nul en français. Ce qui m’a conduit à tout essayer et finalement à parvenir à me faire jeter du lycée. Au grand désespoir de mes parents bien entendu. Devenu plus tard un bon petit cheminot, mais attention !! Un bon petit cheminot à qui l’on faisait appel dès lors que le patron était informé qu’un ponte se trouvait dans le train de passage et qu'il devenait donc impératif de procéder à une double annonce ; en français puis en arabe classique.
Et puis, ayant modestement gravi un échelon, j’ai dû quitter la gare en question. Sans aucun regret d’ailleurs.
Résultat : Plus un seul mot d’arabe prononcé ni écrit depuis 1959, avec ce que cela sous entend de perte de vocabulaire et à fortiori d’expressions.
Je puis néanmoins m’enorgueillir d’avoir été celui à qui l’on sollicita une "noble mission": Tenter une intervention auprès du Super Caïd de Mechra Bel Ksiri. A cette époque travaillant en Inspection au TF, je maîtrisais encore parfaitement la langue. Tois agents avaient été arrêtés sous un fallacieux prétexte. Emprisonnés dans les geôles du palais ils me sont donc redevables de leur libération dans la matinée même de leur arrestation. Ce qui ne m’a pas épargné la trouille de ma vie. Vexé de m’entendre reprocher les brutalités que nos agents avaient subies, le Super Caïd m’avait flanqué son pétard sur le ventre me disant : « Voilà ce que j’aurais dû faire si je m’étais écouté ».
On ne brille pas croyez moi quand on se trouve dans une aussi délicate posture. On pense aussitôt à sa mère et on regrette surtout d’avoir appris l’arabe.

Un peu long peut être mon discours ? Mais on me le pardonnera, j’en suis sûr.
Salut et amitiés à tous
Lucien
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4491
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 87
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Lucien Calatayud le Sam 19 Nov - 17:00

Un extrait de mes mémoires.

Cela se passe dans un certain village. Des lopins de terres cultivables en maraîchage avaient été confiés à un certain Pédro. Voici donc ce que l'enfant que j'étais alors en a retenu :



Honorer ses engagements, voilà qui suffisait à le ragaillardir chaque matin. Au grand bonheur il va de soi des titulaires de lopins, ceux qui l'avaient honoré de leurs confiances. Nul n’ignorait qu’à défaut d’une telle inébranlable opiniâtreté, la nature aurait eu tôt fait de reconquérir les espaces.

Toute une variété de beaux légumes et de fruits de première fraîcheur ne tarda dès lors plus à agrémenter plats et desserts du quotidien des foyers.

Quand bien même cette éblouissante réussite, il ne serait jamais venu à l’idée de Pédro de s’accorder quelques bons temps. Quelle que soit l’heure, on ne le surprenait qu’en besogne, ne se préoccupant de rien dautre que de conduire et de mener à bien le travail entrepris.

Son bout de mégot mouillé, noirci, collé à la lèvre inférieure, pantalon retroussé jusqu’à mi-mollets, il ne s’accordait qu’un minimum de répit, que le temps de souffler. Bêchant, ratissant, pataugeant nu pieds dans des parcelles noyées, jouant de sa houe pour conduire les eaux d’irrigation ici ou là, il allait et venait sans cesse, mû par la même farouche volonté de mener au mieux la mission qu’il s’était donnée. Exception était cependant faite aux heures de casse croûte. Là, se ressentant probablement d’un impérieux besoin de se sustenter, il s’autorisait un petit quart d’heure de détente, au sein même de son quiet environnement. Durant cette courte pause il évaluait non sans une pointe d’orgueil le travail accompli depuis sa prise de travail très tôt le matin. Un véritable ravissement que celui qui se lisait alors sur son visage. Un instant de délectation qu’il n’aurait partagés avec personne, jugeant que nul autre n’était en droit de s’octroyer une telle faculté d’appréciation.

Assis, le dos appuyé à un arbre - toujours le même - quels doux instants il savourait alors! Quelle paix se reflétait sur ses traits et quel raffinement dans chacun de ses gestes ! Devant lui, disposés sur la toile de sa musette aplatie à même le sol, un quignon de pain, une boite de sardines ou de thon, une tomate fraîchement cueillie, coupée en deux moitiés, assaisonnée de sa main de quelques gouttes d’huile d’olive, de deux pincées de sel et de poivre. Voilà qui présentait tous les aspects d’un véritable festin. Un régal qu’il commençait à savourer du seul regard avant que de se décider de piocher délicatement de la pointe de son canif, à même la boite. Et c’est avec un recueillement quasi solennel qu’il mordait tout d’abord dans la chair ferme de la tomate portant aussitôt un petit tronçon du pain à sa bouche. Une ultime lichette de vin absorbée à même le goulot, c’était là sa manière de marquer la fin de la collation. Le revers de sa main passé hâtivement sur ses lèvres, il prenait soin d’essuyer la lame de son canif qu’il plaçait à nouveau dans l’une des poches de son pantalon. De même qu’il ne manquait jamais d’éparpiller les quelques miettes tombées sur la musette avant de la suspendre à l’endroit même où elle avait été décrochée. Là seulement, une main plongée dans l’une des poches de sa vieille veste restée pendue à un moignon de branche, il y puisait son paquet de tabac, son papier à rouler ainsi que sa boite d’allumettes. Lentement de ses gros doigts gercés il donnait alors forme à la cigarette qui allait à nouveau lui tenir compagnie tout le restant de la matinée.

Toujours confus qu’on ait pu le surprendre ainsi, dans un tel moment d’inactivité, se donnant une contenance, de son index, il montrait un beau fruit mûr parfois aussi un assez volumineux légume. Le hochement de tête qu’il nous adressait alors prenait sens d’autorisation. Cela voulait dire: « Prends le ! Il est pour toi! »

Il faisait si bon se glisser à l’ombre des hauts taillis qui entouraient les fameux lopins. Les décompositions végétales associées aux frais verdoiements exhalaient de ces fortes émanations sauvagines de sous bois qui avaient pour effet d’éveiller en moi tout un tas d’aspirations secrètes. Des rêves d’évasions en de lointaines contrées nées de ma seule imagination.

L’eau qui ruisselait de tous côtés m’obligeait à avancer précautionneusement, les chaussures à la main, prenant surtout garde de ne point contrarier la direction ni la régularité de l’écoulement.

Comme je ne saisissais jamais un traître mots du discours que Pédro se prenait de tenir parfois dans un charabia qu’il avait grand peine à amender, je me contentais de hocher la tête ou de prononcer un « si sénior » ou bien un « no sénior ». Ce qui paraissait le contrarier fortement. Probablement ne se sentait-il pas payé de retour des efforts que lui-même s’imposait pour s’exprimer dans notre langue. Cela l’attristait même que de m’entendre parler autrement qu’en bon français et son regard se remplissait de reproches.

« Je m’exprime bien dans ta langue avait-il l’air de me dire, alors pourquoi t’obstines-tu à me répondre autrement ! » En tels cas mieux valait pour moi ne plus encombrer les lieux de ma présence. Mieux valait le laisser vaquer, l’abandonner dans sa quiète solitude, au milieu des piaillements d’oiseaux querelleurs qui, au plus haut des branchages, montraient quelque impatience devant la lenteur du mûrissement des baies.

avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4491
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 87
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Denise Ponce le Sam 19 Nov - 17:21

bonjour Lucien,
quel enchantement de te lire j'ai l'impression de vivre ces moments plein de vie tu décris tellement bien la nature autour de toi c'est du vrai et ça donne envie de parcourir cette nature. merci Lucien pour cet vision de la nature qui te donne bonheur.
amicalement,
Denise martinville Ponce.
avatar
Denise Ponce

Messages : 225
Date d'inscription : 28/10/2010
Localisation : Yvelines

http://picasaweb.google.com/106918952415168016176

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Grostefan Alain le Sam 19 Nov - 18:20

LUCIEN

Je réitère mon conseil (bien que n'étant pas payeur). Fais éditer un bouquin de tes souvenirs de "harrat" dont j'ai eu l'honneur de lire certains extraits. J'en ai appris des choses à travers cette lecture! Très instructif même si on a fait soi-même du bled ce qui est mon cas.
Et ton style et ta prose sont d'excellente facture.
lli bghiti a khouya.

Alain
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15805
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Les Fermes de la région de Meknès

Message  MOLL Serge le Sam 19 Nov - 23:14

Lucien,
Tu nous régales.Quel bonheur de lire ta prose! On s'y croirait avec ce brave et courageux Pédro qui me rappelle un certain Raphaël que j'ai connu, employé dans une ferme près de Boufekrane.
Fais-nous encore partager tes écrits toujours aussi riches qu'intéressants. Je ne lis pas, je bois chaque mot.
Merci mon cher ami.
Serge
avatar
MOLL Serge

Messages : 4186
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 78
Localisation : Bedoin Vaucluse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Sam 19 Nov - 23:49

Bonjour Lucien - Quel plaisir de lire tes souvenirs et qu'est ce que j'apprecie la beaute de cette langue de Moliere que tu ecris si bien. Comme dit Alain, as-tu pense a faire editer un livre de tes souvenirs? En tous les cas, pour le moment peux-tu continuer de partager tes ecrits avec nous. Merci.  
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17345
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Langlois André le Dim 20 Nov - 0:13

Mon cher LUCIEN,

Ton sens de l'observation est très affuté, très aiguisé. Tu survoles l'intimité d'un instant, troublé presque de laisser transparaître un intérêt pour qui ou quoi que se soit... C'est dommage que tu sembles gêné de susciter l'attention des autres à ton égard.

Visiblement, tu es à l'affût de toutes les originalités et curiosités de ton environnement, et comme ton sens critique et ton style littéraire sont au-dessus de la moyenne, cela fait de toi un excellent conteur...

Avec toute mon amitié...




avatar
Langlois André

Messages : 1967
Date d'inscription : 19/10/2010
Age : 78
Localisation : 13008 - Marseille

http://andrelanglois.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

LUCIEN, l'homme qui aime la terre

Message  Marie-Joëlle Cremault le Dim 20 Nov - 10:14

Lucien,

Belle écriture, belle sensibilité, ceux qui aiment GIONO, aimeront te lire.
Ce Pédro, est un homme, qui peut vivre dans tant et tant de pays. Je ne le vois pas (ou pas obligatoirement , pour éviter les discussions) au Maroc, PEDRO, peut changer de nom, sauf le mot taillis, il est le paysans, universel, admirable, et solitaire de l'homme qui aime travailler la terre. .Seul en osmose avec la nature, semblant faire, fi de son travail, par modestie, se contentant de faire pousser , avec l'impression de remercier la nature, le sol, la terre , à qui il attribue, avec reconnaissance et presque magie, les plantes qui poussent, alors que sans lui rien n'existerait.
J'ose à peine écrire sur votre site, craignant vos réactions, et des propos fallacieux sur mes réponses ou MP Sad Shocked  Surprised  Embarassed
.
avatar
Marie-Joëlle Cremault

Messages : 526
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Grostefan Alain le Ven 23 Mar - 9:55

Anecdote cave d'Aïn-Taoujdate

Mauvaise manière d'être au courant

Le pressoir mobile c'est un appareil très lourd monté sur roues métalliques. Il est muni d'un réceptacle recevant par une goulotte le marc de raisin qu'il est chargé de presser afin d'en extraire un dernier jus appelé vin de presse. Le marc est entrainé par une vis sans fin. La pression est exercée par du lest constitué par des contrepoids fixés sur une barre. Celle-ci dépasse d'une bonne longueur la sortie du pressoir. Un ouvrier poste une brouette à la sortie, réceptionne le marc pressé et une fois la brouette suffisamment chargée, s'en va déverser son contenu dans la fosse à marcs. Entre temps un autre ouvrier présente sa brouette pour que le travail se fasse en continu.
En attendant que la brouette soit pleine l'ouvrier, en général pieds-nus, s'appuie sur la fameuse barre soutenant les contrepoids. Le sol d'une cave est toujours plus ou moins humide car la propreté est un souci constant et l'hygiène ne souffre pas d'à peu près.
Un soir (il faisait déjà nuit; une cave ne connait pratiquement pas d'arrêt pendant la vinification. Il y a deux équipes, l'une de nuit et l'autre de jour), un soir donc la brouette de l'un des gars débordait et le gars était toujours appuyé à la barre...
M. RISDORFER -que SERGE a eu l'honneur de connaître- responsable de la propreté était là et heureusement pour l'ouvrier. Ce monsieur s'est aperçu qu'il y avait des étincelles au niveau de la poulie d'entrainement du moteur électrique fonctionnant au 380V. En fait le câble électrique touchait la poulie. Au bout d'un certain temps les fils du câbles avaient été mis à nu et le courant s'était propagé dans tout le pressoir. L'ouvrier en bout et toujours debout n'était pas endormi mais collé à l'appareil. Quand M. RISDORFER a coupé le courant le pauvre gars est tombé à terre inanimé. Moi j'étais en haut affairé avec les cuves de fermentation. Je suis arrivé dare dare. Le gars avait les dents serrées comme un étau. Nous lui avons ouvert la bouche avec un tournevis. Il respirait . Je l'ai transporté au dispensaire du village (avec le pick-up De Soto de service). Il y avait un toubib français qui logeait sur place à l'époque. Il a examiné rapidement l'ouvrier et nous a dit que dans ces cas-là, ou bien on s'en sort ou bien on est mort.
Notre maître es-brouette était bien vivant et l'a échappé belle.


Ma prochaine anecdote de cave portera sur le petit "orteil"...
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15805
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

SALAM .....

Message  HUGUETTE ROMERO le Ven 23 Mar - 10:45

WOUAHOU.......
BONJOUR ALAIN .... BELLE ANECDOTE .... IL ME TARDAIT D'ARRIVER A LA FIN EN SOUHAITANT BIEN SUR QU'IL SOIT EN VIE ..... OUF !!!!!!!
BIZZ..... HUGUETTE
avatar
HUGUETTE ROMERO

Messages : 4058
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 74
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  christiane gérard le Ven 23 Mar - 14:01

Alain



Encore !encore !toujours agréable de lire les anecdotes qui ont émaillé ta "carrière"


_________________

Amitiés Christiane

avatar
christiane gérard

Messages : 2135
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : SAINT GERMAIN sur AVRE - Eure

http://points-de-croix.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

CAVE

Message  Jean-claude Brotons le Ven 23 Mar - 18:48


Merci Alain maintenant nous sommes au " courant " ,quel plaisir d'entendre ce genre d'anecdote ,le marc sortait sous forme de gros boudin ,lentement et s'écroulait dans la brouette ou autre benne ,parfois la pression était trop forte et le morceau qui tombait était aussi gros que la brouette .

Beaux souvenirs ,on ne s'en lasse pas .

jean claude
avatar
Jean-claude Brotons

Messages : 640
Date d'inscription : 18/03/2011
Localisation : LYON

Revenir en haut Aller en bas

ET BÉ

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Sam 24 Mar - 3:17

Bonjour -Alain -  
Dangereux ce metier....Je pense que maintenant la vinification est faite d'une autre maniere, non? En tous les cas merci de nous raconter quelque chose que tu as vecu.
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17345
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Grostefan Alain le Sam 24 Mar - 11:42

GHISLAINE
Bien sûr, maintenant les caves sont tout à fait modernes. Celle dont je parle a été construite au début des années 50. Tout le gros matériel nécessaire était venu d'Algérie (marque GPC = Gasquet-Pepin et Coq). Le matériel de laboratoire c'était Dujardin-Salleron dont l'ébulliomètre pour déterminer le degré alcoolique du vin. Ce travail de laborantin m'incombait également.
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15805
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Grostefan Alain le Sam 24 Mar - 11:47

GHISLAINE
Non le métier n'est pas dangereux. Il suffit de prendre les précautions d'usage comme ne pas laisser traîner un fil électrique sur une poulie en train de tourner ou descendre dans une cuve sans l'avoir aérée. Ce sont des choses élémentaires. Sais-tu l'endroit où il y a le plus d'accidents domestiques? Dans les cuisines!
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15805
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Grostefan Alain le Sam 24 Mar - 11:54

JEAN-CLAUDE
Salam âlik. Oui ce sont des souvenirs impérissables sauf si l'oncle "Aloïs" s'en mêle. Il nous restera j'espère quelques neurones actifs.
Amicalement
Alain
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15805
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Admin le Dim 25 Mar - 19:37

ALAIN, mon ami....

Salut....Alors...!!! elle vient cette anecdote concernant ton petit orteil...??? Mon petit doigt me dit que tu ne t'en rappelles plus...!!! On attend, nous...!!! Basketball Basketball Basketball

Au fait, on est bien content que ce gars s'en soit bien sorti...

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11539
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Grostefan Alain le Dim 25 Mar - 20:09

ANDRE
Bonjour mon ami. Je ne travaille qu'en semaine. Very Happy Aujourd'hui c'est le jour du Seigneur. sunny A demain SDV.
Amitiés.
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15805
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Grostefan Alain le Lun 26 Mar - 12:04

Le petit orteil…
En plus des gros pressoirs nous nous servions de maies. Ce sont des pressoirs circulaires où le marc est pressé verticalement. La maie était montée sur roues métalliques. Pour la déplacer il fallait quatre personnes. Une tirait par l’avant, deux se mettaient de chaque côté et la dernière poussait par l’arrière. Comme d’habitude les ouvriers travaillaient pieds-nus.

Comme souvent j’étais tout en haut de la cave, à surveiller les cuves de fermentation et leur refrigération tout en contrôlant ce qui se passait au niveau du rez-de-chaussée. Je venais de donner l’ordre de changer de côté la maie (je vous rappelle que la cave était scindée en deux parties: droite et gauche. Il fallait selon la nécessité aller d’un côté à l’autre et vice-versa). D’en haut donc j’observais la manoeuvre. La lourde maie était déplacée, tirée et poussée par les quatre ouvriers. Le déplacement se faisait sur une dizaine de mètres. A un moment donné celui qui poussait la maie du côté gauche s’écarta en levant un bras en l’air et en criant “hbess, hbess”! (arrêtez, arrêtez). Il regardait son pied. J’ai compris qu’il avait dû se faire mal avec la roue métallique de la maie. Je suis descendu en vitesse. En arrivant près de lui j’ai vu qu’à son pied il manquait le petit orteil. Pas une goutte de sang! Rien. La coupure avait été nette. Il tenait son orteil à la main. Je l’ai fait monter dans le pick-up pour l’emmener à l’infirmerie.
En cours de route il me montre son doigt et me demande s’il faut le garder. Je lui ai dit que ça m’étonnerait qu’on puisse faire quelque chose car il n’y avait plus de toubib sur place et, de plus, aucun moyen d’intervenir chirurgicalement parlant. Il l’a jeté par la fenêtre du véhicule sans autre forme de procès!
Une heure après le gars est revenu avec un beau pansement.
On lui a donné une semaine de congé payé pour se remettre de ses émotions.
Il est revenu travailler mais nous lui avons donné un poste moins périlleux.
Je n’ose imaginer ce qui se serait passé si ce genre d’accident s’était produit en France.
Je me demande parfois ce qu’a pu devenir son orteil. Mangé par quelque animal nocturne peut-être car il faisait nuit…
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15805
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

SALAM ....

Message  HUGUETTE ROMERO le Lun 26 Mar - 13:10

MERCI ALAIN POUR CETTE ANECDOTE ......EN TOUT CAS CET HOMME ETAIT TRES COURAGEUX .
DE NOS JOURS JE PENSE QU'IL AURAIT PEUT-ETRE PU SUBIR UNE GREFFE DE SON ORTEIL.???????
BIZZ..... BONNE JOURNEE...
HUGUETTE.
avatar
HUGUETTE ROMERO

Messages : 4058
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 74
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Admin le Lun 26 Mar - 23:16

ALAIN,
Cela parait presque surréaliste cette histoire d'orteil... Il y en a eu en "pagaille" de ces genres d'accident...Pas une plainte... Pas le moindre procès...Quelquefois, à peine un semblant de reconnaissance vis à vis de l'infortuné...

C'était le temps où il faisait bon vivre sans contrainte ni astreinte, et.... sans "interdit" de toutes sortes.
Merci pour l'histoire.

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11539
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Mar 27 Mar - 5:56

Alain - Merci de nous raconter cette anecdote. Si cet accident se serait passe en France maintenant, il y aurait vos syndicats qui se seraient revoltes, demonstrations dans les rues, greves...etc....Aux USA et ici,  proces pour des sous etc...
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17345
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Grostefan Alain le Mar 27 Mar - 10:40

ANDRE - GHISLAINE
Pas de doute là-dessus. En France ça aurait fait du foin. Il faut savoir qu'au Maroc il n'y a pas de sécurité sociale. Déjà bien que le dispensaire l'ait soigné gratuitement parce que j'étais là. Sinon il aurait peut-être été amené à mettre la main au porte-monnaie.
Pour entrer en clinique actuellement là-bas il faut avancer les sous avant d'entrer pour y être soigné.
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15805
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoires de "Blédars"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 23 1, 2, 3 ... 12 ... 23  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum