Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Page 29 sur 30 Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Lucien Calatayud le Mer 16 Aoû - 8:46

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Déjà placée au tout début dans une autre rubrique.
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4693
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 87
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Grostefan Alain le Mer 16 Aoû - 16:12

LUCIEN
Et cet art va jusqu'à la dérivation d'une partie de l'oued aux fins d'irrigations.
Là où travaillait mon père il y avait ce que les marocains appelaient "el-botone" (le béton). Il y avait un tour d'eau (de 24 h par ferme). Cette eau venait - je crois - du plateau de Sebâa-Âïoun. KL n'y avait pas de déperdition du précieux liquide puisque ce canal avait été construit en béton. En profitaient les GUIOL, ISNARD, TAULIER, BARRET, TATTET, SELVE, BOUCHANDHOMME (dans le désordre et sans certification).
avatar
Grostefan Alain

Messages : 16219
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Lucien Calatayud le Mer 16 Aoû - 16:36

ALAIN
Autant que je me souvienne, il existait trois rivières qui coulaient dans ces parages: Aîn Amlal, ben Kaza et bien sûr, Aïn Taoujdat. L'Oued Endja était plus du côté de Fes mais non loin de l'embranchement qui menait à Aïn Taoujdat village. De mon temps c'était Mr Ledeu (orth.?) qui se trouvait juste à cet embranchement. La ferme des Frênes de Mr Isnard était un peu plus loin et la ferme des Oliviers du même propriétaire était proche du lieu dit l'Oued Enja. C'était Mme et Mr Conforti qui tenaient boutique et bistrot à cet endroit.
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4693
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 87
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Grostefan Alain le Mer 16 Aoû - 17:05

LUCIEN
Oui LEDEUX avait sa ferme juste à la bifurcation de la route nationale vers Aïn-Taoujdate. Un fils Ledeux de mon âge était à Fès mais à l'école religieuse. Le commis (M. FERRER) avait 2 fils dont l'un (Guy) de mon âge et qui a fait l'Algérie et l'autre (Jean) de l'âge de mon frère. Ils sont tous deux établis du côté de Nîmes.
Tu as bonne mémoire pour les 3 sources près du village. A l'Oued N'Ja il y avait une école pour les petits européens  et un peu avant (en direction de Fès) était le joli pont portugais où passait la route. Ensuite la route a été détournée et le pont servait de lieu de séchage des nioras. C'était très joli ce rouge entouré de verdure.
J'ai écrit à Jean DARLEY au sujet de Roland Rollin qui était son associé. Roland est décédé à Meknès alors que Darley était du côté de Marseille et s'occupait d'écouler à travers l'Europe la marchandise à base de crin végétal expédiée par Roland.

Voici la réponse de DARLEY à ma question sur Roland Rollin:
Alain bonjour,
"Au sujet de Roland Rollin, sa femme Françoise qui était atteinte de la maladie de Parkinson est décédée quelques années avant lui.
Le pauvre Roland n'avait pas eu de chance car son fils s'était tué dans un accident de voiture et sa fille était morte d'un cancer.
Lui est mort à Meknès. Je ne l'ai su que quelques mois plus tard car j'étais en contact avec lui régulièrement mais, n'arrivant plus à le joindre j'avais pris contact avec son gendre qui m'a confirmé son décès."
avatar
Grostefan Alain

Messages : 16219
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

transfert les ouvrages d'art

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Mer 23 Aoû - 15:37

Autoroute de Contournement de Rabat en mémoire de Mohamed Rouicha, chanteur Amazigh marocain
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17370
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 77
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Admin le Dim 10 Sep - 21:35

Pont entre Fès et Meknès construit sur l'oued N'ja ou Nja
Un petit plus sur ce pont... : 4 vues replacées et regroupées de ce pont qui traverse très bien le temps...Date de construction : 1870

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
1881 - éditeur Trotteur - le camp plus haut et le pont...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
1940 - presque toujours à sec
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
2010 env. - c'est ce qui s'appelle à sec vraiment... c'est peut être le secret de sa longévité ?????
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Détail du fronton


Dernière édition par Admin le Dim 10 Sep - 22:30, édité 2 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11886
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Admin le Dim 10 Sep - 22:02

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pont sur l'oued Mikkès - Pont dit portugais, alors qu'il fut construit, en 1856, par Abd-er-Rahman de Saulty, renégat et ancien officier du Génie. Il a construit ce pont sous l'ordre de Moulay Abderahman (1778-1859). Le pont daterait du 19ème siècle.

Extrait d'un roman de Pierre Loti... :
""Un pont à arceaux courts, très arrondis, ornés de faïences vertes. Le pilier du milieu est marqué du mystérieux sceau de Salomon: deux triangles entrelacés et, de chaque côté, des tableaux en mosaïque encadrés de vert indiquent, en lettres enroulées, quel fut l'architecte de ce pont et quelles louanges les voyageurs qui passent doivent au dieu de l'Islam. Le temps, le soleil, ont donné à la maçonnerie une teinte rare, chaude, presque rose, qui s'harmonise merveilleusement avec le vert éteint des faïences de bordure.
Et le site est d'ailleurs tranquille, pastoral, empreint d'une mélancolie de passé et d'abandon.""
Sources : Pierre loti a fait même une petite description de ce pont dans son livre "Au Maroc", publié en 1890.


_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11886
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Lucien Calatayud le Lun 11 Sep - 11:44

JIMMY

Nous étions très jeunes quand nos parents nous avaient laissés  ma sœur mon frère aîné et moi en garde chez les Conforti qui tenaient un café, tabac cantine ... précisément à l'Oued N'ja. La jeune fille du cantonnier du coin nous emmenait tous les après-midi près du pont de l'oued. Nous passions de longs moments à  patauger dans les eaux claires et pures. C'était du temps où les planorbes, les tortues d'eau  et toute une faune aquatique pullulait.  Fini ce temps! Fini les planorbes et les alvins. Bonjour la pollution et bonjour les moustiques par contre. Sad Sad
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4693
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 87
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Admin le Dim 24 Sep - 11:18

Les ponts dits « portugais »


Karim AGOUMI
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


La polémique concernant cette question est remise en cause...ponts portugais, marocains ou autres...???
L’énigme portugaise à savoir :
- Leur nom, échappant à la logique de l’Histoire, est dû aux prisonniers d’Oued Al Makhazine.
- Les Portugais réputés avoir investi les villes côtières seulement
- Des édifices qui ont joué un rôle important au niveau économique et politique

Plusieurs ponts de nomination «portugaise» se trouvent au centre du Maroc, une région où ils ne sont supposés jamais avoir mis les pieds, s’interroge le conférencier. Si «el Brtqiz» était présent sur les côtes, ce pont est lui situé aux environs de Kasbat Tadla, dans le centre.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]...Ben Tato Taho, pont à Fès, XIXème siècle
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]... 2009 - le même pont...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]...Essaouira remparts et ponts pris en 2005, datant du XVIIIème

Plusieurs ponts de nomination «portugaise» se trouvent au centre du Maroc, une région où ils ne sont supposés jamais avoir mis les pieds, s’interroge le conférencier. Si «el Brtqiz» était présent sur les côtes, ce pont est lui situé aux environs de Kasba Tadla, dans le centre.

Les ponts ont depuis toujours joué un rôle important au niveau économique et politique au sein du Royaume. Mais l’enjeu de leur préservation n’est pas suffisamment soulevé par les spécialistes, bon nombre d’entre eux se dégradant avec le temps. Autre problème lié au sujet, l’origine portugaise d’un grand nombre de ces édifices situés dans des endroits non colonisés par ce peuple.


Dernière édition par Admin le Dim 24 Sep - 15:51, édité 3 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11886
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Admin le Dim 24 Sep - 11:41

Les ponts dits « portugais »

Les ponts ont contribué au développement du Maroc tout au long de l’histoire en tant qu’infrastructures facilitant les échanges commerciaux et le transport des biens et des personnes.

«L’échange permettait à l’époque de posséder une économie florissante», affirme dans ce sens Mustapha Qadery, enseignant-chercheur à l’Université Mohammed V Agdal à Rabat et spécialiste en anthropologie historique. Il donne pour exemple notamment l’un des circuits commerciaux les plus importants du Maroc, dit transsaharien, qui s’étendait de Tombouctou jusqu’à l’Andalousie, traversant ainsi tout le pays.

Selon lui, le Royaume devait se doter de ponts pour faire face au nombre important de rivières à flux d’eau élevé dont Oum Errbia, Sebou, Baht ou encore Tensift.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]...Kasba Tadla... le pont que l'on retrouve le plus souvent sur la sellette...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]...Khénifra...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]...Kasba Tadla, pont sur l'Oum er Bia datant de 1687...

L’expert a insisté lors d’une conférence qui s’est tenue dernièrement à l’Ecole Hassania des Travaux Publics (EHTP.) sur l’importance de ces ponts au niveau économique mais également politique.
«Les grands empires Almoravides, Almohades et Saâdiens ne pouvaient exister sans infrastructures adéquates», a-t-il précisé.

à suivre...


Dernière édition par Admin le Dim 24 Sep - 14:28, édité 1 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11886
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Admin le Dim 24 Sep - 14:50

Les ponts dits « portugais »

Le chercheur a aussi soulevé l’existence de plusieurs ponts de nomination «portugaise» au centre du Maroc, région où ils ne sont supposés jamais avoir mis les pieds.

Le peuple portugais était en effet présent sur les côtes dans des villes comme Azemmour ou El Jadida. Ont été cités ainsi le pont de Kasba Tadla situé entre Béni Mellah et Khénifra sur oued Oum Errabia mais également un pont à Fès ou encore un autre à Meknès.

Une véritable énigme que le chercheur a tenté d’élucider au terme de ses recherches sur le sujet. Selon lui, la nomination portugaise de ces édifices revenait aux prisonniers de guerre capturés lors de la défaite du Portugal face aux Marocains à la bataille d’Oued Al Makhazine en 1578.
«A l’époque, le roi Al Mansour Saâdi avait fait beaucoup de prisonniers européens et les avait utilisés pour de grands travaux comme des ponts ainsi que d’autres constructions à but militaire visant à faciliter le passage de l’armée marocaine», a souligné l’enseignant. Autre époque, même situation. Celle de Moulay Ismail en 1727 au cours de laquelle la ville de Meknès avait été construite par les prisonniers étrangers de la piraterie d’après le chercheur.
A travers la conférence, l’enseignant s’est aussi interrogé sur la dégradation différentielle des ponts marocains. Ainsi, le pont «Afelouss» sur l’oued Baht est très abîmé et ne comprend plus d’arceaux. A l’inverse, celui sur Tensift à l’entrée de Marrakech résiste depuis le XI Ie siècle et demeure toujours opérationnel. Mustapha Qadery explique ces anomalies par des défauts de construction ou encore par une destruction humaine causée par exemple par les Français lors des guerres coloniales.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]...traversée de l'Oum Er Bia sur des peaux de boucs au point rompu du pont El Gantara El Djrudj
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]...L'Oum ER bia entre 1907 et 1913
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image].... Les ponts "dits" Portugais

Cet évènement a pris la forme d’une exposition de photos et de documents iconographiques. L’historien a réalisé un véritable travail d’investigation pour arriver à ces conclusions, partagé entre enquête sur le terrain et étude de nombreux textes anciens et actuels.
Karim AGOUMI
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11886
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Grostefan Alain le Dim 24 Sep - 14:54

Les Portugais n'ont pas envahi que la côte atlantique du Maroc, ils sont arrivés jusqu'aux portes de Marrakech et au Sous.


"Le Portugal a achevé sa guerre de reconquête contre les musulmans en 1249, soit alors que de nombreuses expéditions sont menées par les marins portugais en Afrique, le Portugal projette l’enthousiasme guerrier du Royaume vers l’extérieur : dans le droit fi dela « reconquista » et des croisades, le Portugal organise la conquête de Sebta. L’Espagne, en 1399, s’empare de Tétouan.
Les Portugais avancent d’abord une raison religieuse à la conquête du port marocain. En réalité, Sebta est alors une plaque tournante de l’économie mondiale. Elle est l’embouchure sur l’Europe des routes commerciales, transsahariennes. En sens contraire, Sebta reçoit les marchandises venues d’Europe.

Avec la prise de Sebta, en 1415, le Portugal entend se saisir du port qui a aussi été, dès le VII° siècle, le point de passage depuis le Maghreb des armées musulmanes à la conquête de l’Europe.
Les armées portugaises parviennent à réaliserune attaque surprise sur Sebta. En une journée de combats, le port tombe aux mains des Portugais, rapporte Otmane Mansouri, historien.
L’attaque porte un coup fatal au makhzen des Mérinides. Avec la conquête de Sebta, les Portugais prouvent à l’Europe que le Maroc n’était pas celui que l’on redoutait tant.

Le makhzen s’affaiblit. Incapable de conserver toutes les forces politiques et religieuses unies sous son pouvoir, il perd aussi les revenus des taxes issus du commerce à destination de Sebta. La dynastie mérinide prend fin en 1465. Au nord, le sultanat Wattasside qui prend la relève décline rapidement. Le premier sultan wattasside, Muhammad ach-Chaykh, habitait à Asilah.
Intronisé, il quitte la ville pour Fès. Les Portugais s’emparent aussitôt d’Asilah et, avec elle, du fils du sultan. Le sultanat débute sous de mauvais
auspices. Au sud, les Saadiens, dynastie arabe émergente, prennent le pouvoir. Le Maroc est alors divisé en deux. Les Portugais, face à la faiblesse du makhzen, entament la conquête d’autres villes du nord, le long de la côte méditerranéenne, dont Tanger, en 1471. Les Espagnols conquièrent, à leur tour, Melillia. Le makhzen se retrouve, ainsi, privé de ports de commerce sur la Méditerranée. Tour à tour, chaque ville est prise de force puis entourée de fortifications depuis lesquelles les Portugais lancent des attaques. Cependant, toutes les villes sont encerclées et les troupes marocaines forment des blocus.

Au début du XVI° siècle, le Portugal tente une nouvelle approche. Grâce à l’impuissance croissante des Wattassides à protéger la population de l’ennemi, les Portugais multiplient les contacts, notamment commerciaux, avec les tri-bus locales. Certains chefs de tribus deviennent mêmes des vassaux du roi du Portugal. L’avancée portugaise se poursuit tout le long de la côte atlantique, à l’exception de Rabat et Salé. Ces fronteiras, enclaves fortifiées, sont aussi utilisées par les Portugais comme escales pour les navires dans le cadre de leur commerce avec leur nouvelle colonie : le Brésil.

Les Portugais arrivent jusqu’aux portes de Marrakech : au sud, le Souss, région riche et peuplée. Les Soussis craignent que les Portugais n’avancent encore, ils s’allient alors avec les Saadiens. En 1541, les Saadiens, grâce à ces nouveaux renforts, récupèrent les villes portugaises. Ils gagnent, de même, le pouvoir sur tout le Maroc au détriment des Wattassides, en 1554.
En 1578, la bataille de Oued El Makhazen, connue aussi sous le nom de la bataille des 3 rois, voit s’affronter les forces du sultan saadien Abu Marwan Abd al-Malik et les armées du sultan Moulay Mohammed qu’il a détrôné en 1576.
Moulay Mohammed s’est allié aux armées portugaises de Sébastien 1er. Le roi s’est déplacé en personne pour soutenir son allié, dans l’espoir de recouvrer la gloire chrétienne d’antan.
La bataille se conclut par la mort des trois rois.

En dépit de ce solde macabre, il y eut bien un vaincu : le Portugal tombe entre les mains du roi de Castille, deux ans plus tard, et un vainqueur: les Saadiens, bientôt occupés à défendre le nord du pays des velléités ottomanes.
Les Espagnols reprennent Sebta aux Portugais en 1580, comme toutes les autres possessions portugaises, mais, lorsqu’en 1640 le Portugal retrouve son indépendance, Sebta reste aux Espagnols, contrairement aux autres fronteiras portugaises. A nouveau portugaise, Mazagan résiste toujours aux attaques des Saadiens. En 1768, elle est enfin abandonnée après un siège
long de plus d’un an et des milliers de morts."

Source: Yabiladi Mag


Dernière édition par Grostefan Alain le Dim 24 Sep - 15:12, édité 1 fois
avatar
Grostefan Alain

Messages : 16219
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Admin le Dim 24 Sep - 15:11

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image].... L'Oued Ksob est une rivière dans l'ouest du Maroc qui se déverse à l'océan Atlantique sur une large plage légèrement au sud de la ville d'Essaouira et légèrement au nord du village de Diabat.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]... sur l'oued Tensift , année 1170 (?????), près Marrakech
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]... "       "        "
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]... "        "       "
L’oued Tensift est un fleuve du Maroc occidental de 270 kms, qui prend sa source dans le Haut Atlas et se jette dans l'océan Atlantique, entre Safi et Essaouira.

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11886
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Admin le Dim 24 Sep - 15:29

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]... pont de 1922 sur l'oued Nfiss près de Marrakech
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]... L'oued N'fiss, Takerkoust, Al Haouz
L’oued N'Fiss est un cours d'eau marocain de la région Marrakech-Tensift-Al Haouz qui descend du Haut Atlas et se jette dans le Tensift, en rive gauche, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Marrakech
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]... Khénifra,en 2012

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11886
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Admin le Dim 24 Sep - 17:03

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]...2 ponts sur l'oued Laou, vers Chefchaouene
il y a 2 vieux ponts romains dans la rivière Oued Laou, à l'est de chefchaouen... Ce ne peut-être l'un de ces deux ponts.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image].... un célèbre pont.......inconnu.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]... pont sur l'oued Sebou

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11886
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Admin le Dim 24 Sep - 17:08

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]... 1908
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]...1912 environ
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]....2016 - 3 vues du pont sur l'oued Maleh à Fédala

Pont de Fédala
La date de construction de ce pont est inconnue. Les photographes coloniaux français l'attribuent aux Portugais, mais connaissant leur manque de connaissance des monuments marocains à cette époque et leurs multiples erreurs concernant de nombreux monuments marocains (ponts inclus) attribués aux Portugais, il vaut mieux ne pas les prendre comme source sérieuse .
Ce pont n'existe plus, grâce à l'autorité locale qui l'a détruit il y a quelques années.
Editeur Grébert - ayant voyagé en 1908

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11886
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Lucien Calatayud le Dim 24 Sep - 18:13

JIMMY

A voir la photo du pont qui enjambe le Sebou, on se dit qu'il a été construit à une époque où le débit du fleuve devait être autrement plus important qu'il n'est à notre époque. Peut-être aussi est-ce à causes de ses crues fréquentes et toujours aussi dévastatrices quand elles se produisent.
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4693
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 87
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Admin le Lun 25 Sep - 22:01

Lucien,
Je pense que cette photo a été peut être prise en période sèche...
Car, c'est vrai, comment expliquer ce faible dédit pour un ouvrage aussi important...????
Je n'ai pas de réponse... Evil or Very Mad Evil or Very Mad

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11886
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Grostefan Alain le Lun 25 Sep - 23:52

ANDRE
Au sujet du Sebou et de son faible débit la réponse je l'ai. Elle est très simple et logique.  Les cultures   qui bordent cet oued demandent énormément d 'eau. Alors on pompe dans l'oued sans vergogne ni retenue sur des dizaines et des dizaines de km. Le résultat tu le connais. Pour peu que l'année soit pauvre en pluie l'effet sera pire encore.
avatar
Grostefan Alain

Messages : 16219
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Admin le Mar 26 Sep - 10:28

Voilà qu'Alain complète l'explication....
Je suis allé faire un tour sur Internet et j'ai trouvé des réponses qui corroborent ses dires...
Malheureusement, le Maroc entier souffre de ces pénuries d'eau à l'intérieur de ses terres.

Pour le plaisir ou le souvenir, un p'tit dernier pont aujourd'hui... Il n'existe plus depuis longtemps
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Photo de De la Martinière lors d'un passage dans le coin.... - 1878 -  Ce serait un "pont bysantin" sur l'oued Halk (???????) dans la région de Tanger

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le même.... Un dessin de 1928 (???????), auteur illisible, qui stipule  "pont romain" dans le libellé... je ne peux pas confirmer.... je n'étais pas né... Rolling Eyes Rolling Eyes


Dernière édition par Admin le Mar 26 Sep - 11:17, édité 1 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11886
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Grostefan Alain le Mar 26 Sep - 10:36

ANDRE
Il serait intéressant de dégoter "le petit pont" qui a donné son nom à la ville de Port-Lyatey à savoir "Kénitra" (qnitra en Arabe). Il a été détruit je crois si mes souvenirs sont bons.
H.P. de La Martinière faisait de belles photos pour l'époque. La première des deux photos serait sur l'oued "Halk"... Je ne sais où il perche celui-la et de plus le pont serait bysantin???
avatar
Grostefan Alain

Messages : 16219
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Admin le Mar 26 Sep - 11:47

En 1878, De La Martinère précisait que c'était un pont bysantin (????). En 1928, Chapon en faisait un pont romain....Une chose est sûre... : ce n'est pas un pont portugais ( Razz Razz )

Voici une liste relativement exhaustive des oueds qui traversent la région de Tanger et se déversent dans différents points de la côte... :  Mghogha, El Maleh, Souani ou Lihoud ...rien à voir avec "Halk"

Quant au pont de Kouribga, j'ai une photo enregistrée il y a pas mal de temps... : le pont Fouarat
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]... Il serait détruit depuis longtemps ???? (sous toutes réserves...)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]...avant l'indépendance, ce bac traversait le Sebou à Kénitra...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image].... voici le pont qui a été construit presque à l'emplacement de ce bac...(+++ que 1920)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]....ici, le voici en couleurs

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11886
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Lucien Calatayud le Mar 26 Sep - 14:15

On dira que je pinaille mais sur la dernière photo on aurait dû écrire "à l'embouchure du Sebou" et non "sur le Sebou" comme il est indiqué. Parce qu'en marée haute, le fleuve et l'océan doivent largement se confondre. Evil or Very Mad
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4693
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 87
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les ouvrages d'Art avant l'Indépendance

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 29 sur 30 Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum