Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Page 1 sur 18 1, 2, 3 ... 9 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'hôpital LOUIS

Message  Admin le Mer 21 Mar - 23:43

Le Camp des Oliviers
Difficile à situer au début et à peu près sûr de son emplacement à présent. Les avis se contredisaient. Pas d’ancien plan de Meknès le situant de façon très affirmée, sauf un de l'année 1911 que j'attends de la Biblothèque Nationale de France, à laquelle j'ai envoyé une demande ...

L’Armée française arrive et envahit les terrains au sud de la ville ancienne. L’intendance suit, les civils, les corps hospitaliers… Des hôtels construits à la hâte, des magasins qui ouvrent leurs portes, les services de postes, municipaux, sanitaires, de l’éducation se mettent en place, tout ceci pour répondre aux besoins de cette mouvance humaine…
Après l'occupation de Meknès par les troupes françaises, au début de juin 1911, les premiers Européens, les Soeurs franciscaines, les installations sanitaires et hospitalières (hôpital militaire Louis) s'installent d'abord en médina, notamment dans les rues Rouamzine, Dar Smen, place du marché des animaux)...
Mais pour en revenir aux corps hospitaliers, il était urgent d'en implanter un quelque part en Médina. Le tout premier installé d'urgence pour faire face aux épidemmies de toutes sortes,se trouvait derrière le souk, non loin du marché aux bestiaux.





_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

L'hôpital de campagne dit "LOUIS"

Message  Admin le Jeu 22 Mar - 0:00

L’Hôpital de campagne LOUIS

Le premier hôpital militaire de campagne de Meknès fut installé pendant la guerre du Maroc (colonne Monnier) dans la Médina, non loin de l’ancien marché aux bestiaux, à quelques pas de la place El Hédim, dans une petite ruelle. Il était dirigé par le capitaine Louis qui donna son nom à l’hôpital. Cet endroit, dont rien ne peut précisément situer son ancien emplacement, était semble-t-il réservé aux indigènes et militaires. On y soignait principalement la typhoïde, la dysenterie et autres maladies coloniales.
On ne sait pas grand-chose de l’historique de cet hôpital et je n’ai trouvé aucun document concret le relatant. Rien sur le Net et pas grand-chose en bibliothèque à Marseille.
On peut confirmer cependant que le docteur Louis mourût à Casablanca du typhus contracté à Meknès, le 9 Octobre 1911..Le docteur Louis avait été rapatrié à Casa le 10 Septembre 1911. On trouve trace après l'évacuation sanitaire du médecin militaire LOUIS, du docteur PERRIN, puis en 1912, du médecin-major COULLAUD. Il apparait aussi que dans un écrit du général Gouraud (il était colonel en 1911) que celui-ci a connu le docteur LOUIS à l'hôpital de campagne de Meknès en juin 1911 et qu’il a participé avec de nombreux autres officiers de l'Etat Major du général MOINIER, à ses obsèques à Casa...




Le rond rouge avec un H indique à quelque chose près le premier hôpital de campagne de Meknès. Le rond avec un "I" indique le 2ème emplacement de l'hôpital dans le Palais Djamaï, place El Hédim...

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Jeu 22 Mar - 17:07

MEKNES 1912 – Histoire d'Hôpitaux

Le personnel soignant féminin était représenté par plusieurs corps de la médecine répartis différemment sur l’ensemble de l’Empire Chérifien. On note l’Association des Dames Françaises dans les zones du sud marocain, l’Union des Femmes de France dans les régions de Casa, Meknès, Rabat, la Société des Secours aux blessés Militaires à l’est de Meknès, ainsi que les sœurs infirmières carmélites, dont le couvent se trouvait à gauche en entrant dans la Médina par la porte Tizimi, lequel a été construit après les années 16.

Une petite anecdote dont on se doit de parler puisqu'elle fait partie de notre devoir de mémoire. C'est l'histoire de la célèbre infirmière de la Croix Rouge, Marie FEUILLET, chef infirmière de l'hôpital qui porte toujours son nom à Rabat...: L'hôpital Marie Feuillet, à Rabat, non loin du camp Garnier, dans le quartier de Khébibat.
Marie Feuillet est décédée le 24 Août 1912 à l'hôpital militaire Louis. A son chevet, se trouvaient le médecin-major COULLAUD (lequel avait remplacé feu le docteur LOUIS) et le général DALBIEZ.

(Pour la petite histoire, Gisèle, ma femme habitait ce quartier non loin de l’hôpital militaire et a fréquenté l’école religieuse « Marie Feuillet », face à l’hôpital).
Il existe un document relatif à cette époque que je vous soumets ci dessous. Pour des raisons inconnues, Marie se rendait à Meknès...



1912 - Le convoi funéraire transportant le cops de Mme Marie Feuillet part de meknès en direction de Rabat où elle recevra tous les honneurs dus à son rang, avant d être embarquée en France où elle repose depuis dans son village natal.


_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

transfert hopitaux

Message  MOLL Serge le Jeu 22 Mar - 23:30

André,
Cet hôpital Marie Feuillet (quartier de l'Océan),je l'ai très bien connu pour y avoir séjourné une semaine au service ophtalmologie (piqûres à travers les paupières),ça fait mal Mr Kakou. Pour la petite histoire,c'est un infirmier marocain qui faisait les piqûres et un patient quand il a vu ça,a voulu fuir mais l'infirmier l'a chopé par le col en lui disant qu'il n'avait jamais crevé un oeil.
Serge
avatar
MOLL Serge

Messages : 4111
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 78
Localisation : Bedoin Vaucluse

Revenir en haut Aller en bas

Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Mer 5 Déc - 19:34

Les Hôpitaux à MEKNES

C’est uniquement dans le but de regrouper les divers thèmes de la vie de Meknès, et ses principaux organismes vitaux que cette rubrique est ouverte, afin que les sujets ne soient pas perdus ou éparpillés dans les profondeurs des archives.

Ce n’est pas très simple de découvrir des documents officiels sur le thème « Meknès et ses Hôpitaux ». Ils existent bien sûr mais les recherches ne sont pas aussi aisées qu’on pourrait le croire. Il faut fouiner, chercher, être patient, rassembler, enregistrer…..pour construire un sujet relativement complet, avéré, pouvant alimenter n’importe quelle thèse, modestement, cela va de soi, mais qui suffît à notre connaissance de cette histoire vécue tous ensemble.

Nous, septuagénaires et sexagénaires révolus, présents lors de ce parcours, sommes là pour « nous raconter » tout simplement, faire revivre notre vécu, lui donner un sens, et démontrer que tous les efforts consentis par nos aïeux ne doivent restés dans l’ombre de l’histoire.


..........


Le genèse de « histoires d’Hôpitaux de Meknès" peut s’établir simplement comme suit.
1910 environ, mise en place d’une cellule hospitalière en Médina, non loin du Marchés aux bestiaux. Les infirmières sont pour la plupart issues de l’Ordre des Sœurs Dominicaines venues de France.

Le 1er hôpital LOUIS réservé aux indigènes. Puis s’ouvre, tout près de la fontaine El Hédim, dans les murs du Palais Djamaï, une annexe de l’hôpital Louis à vocation militaire.

Vers 1918, sur le plateau d’Hamria, avec ses dômes surprenants, le petit Versailles hospitalier le plus important que Meknès a connu depuis sa création ouvert à toute la population.

S’ensuit la clinique Cornette de ST CYR, le magnifique Hôpital Mohamed V et…..etc, etc….On le verra plus tard….

L’Hôpital de campagne LOUIS

Le premier hôpital militaire de campagne de Meknès fut installé pendant la guerre du Maroc (colonne Monnier) (1911) dans la Médina, non loin de l’ancien marché aux bestiaux, sur les contours de la Médina, dans une petite ruelle. Il était dirigé par le capitaine Louis qui donna son nom à l’hôpital. Cet endroit, dont rien ne peut précisément situer son ancien emplacement, était semble-t-il   réservé aux indigènes et militaires. On y soignait principalement la typhoïde, la dysenterie et autres maladies coloniales.

...L'entrée de l'hôpital, à gauche, en médina...


...Le rond situe l'emplacement de l'hôpital

On ne sait pas grand-chose de l’historique de cet hôpital et je n’ai trouvé aucun document concret le relatant. Rien sur le Net et pas grand-chose en bibliothèque à Marseille.
le 10 septembre 1911 il fut évacué sanitaire à Casablanca où il décéda le 9 octobre 1911...l'hôpital de campagne,puis le nouvel hôpital militaire de MEKNES porteront son nom...
On peut confirmer cependant que le docteur Louis mourût  à Casablanca du typhus contracté à Meknès, le 9 Octobre 1911..Le docteur Louis avait été rapatrié à Casa le 10 Septembre 1911. On trouve trace après l'évacuation sanitaire du médecin militaire LOUIS, du docteur PERRIN, puis en 1912, du médecin-major COULLAUD.
Il apparait aussi que dans un écrit du  général Gouraud (il était colonel en 1911) que celui-ci a connu le docteur LOUIS à l'hôpital de campagne de Meknès en juin 1911 et qu’il a participé avec de nombreux autres officiers de l'Etat Major du général MOINIER, à ses obsèques à Casa...[/img][img]On peut confirmer cependant que le docteur Louis mourût  à Casablanca du typhus contracté à Meknès, le 9 Octobre 1911..Le docteur Louis avait été rapatrié à Casa le 10 Septembre 1911.

On trouve trace après l'évacuation sanitaire du médecin militaire LOUIS, du docteur PERRIN, puis en 1912, du médecin-major COULLAUD. Il apparait aussi que dans un écrit du  général Gouraud (il était colonel en 1911) que celui-ci a connu le docteur LOUIS à l'hôpital de campagne de Meknès en juin 1911 et qu’il a participé avec de nombreux autres officiers de l'Etat Major du général MOINIER, à ses obsèques à Casa...


Pour mémoire c'est à l'hôpital "Louis" de Meknes que l'infirmière de la croix rouge(Union des Femmes de France) Marie FEUILLET est morte le 24 Aoùt 1912...l'hôpital de campagne puis le nouvel hôpital militaire de Rabat porteront son nom...
Pour information à son chevet à l'hôpital LOUIS de Meknès se trouvaient le médecin- major COULLAUD(qui avait remplacé feu le docteur LOUIS) et le général DALBIEZ...

On parlera plus tard du rôle de Marie Feuillet un peu plus loin...


Dernière édition par Admin le Dim 23 Juil - 17:51, édité 6 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

L'Hôpital LOUIS à Dar JamaÏ

Message  Admin le Mer 5 Déc - 22:25

L’Hôpital LOUIS transféré au Palais Dar Jamaï

Rapide historique

- En 1912, l’hôpital Louis est déplacé et il est installé dans une partie du Palais Jamaï, place El Hédim, près de la grande fontaine. C’est un hôpital militaire ouvert à tous, qui garde l’appellation « Louis », pendant la première guerre mondiale.

Les autorités françaises ont occupé une partie de cette bâtisse, au centre, pour le réserver à l’hôpital militaire. Dans la partie droite de la demeure, le tribunal militaire séjourna un très court temps avant de céder la place au "Service des Arts Indigènes".

...Vue sur la Place El Hédim de la porte de l'école éponyme. Au fond, la fontaine. Au dessus se dresse le Palais Jamaï, qui depuis longtemps, s'est fait faire une magnifique beauté.  

Un rapide historique
- En 1912, les français se sont procurés cette bâtisse et en firent dans sa partie centrale un hôpital militaire nommé : "hôpital Louis". Dans la partie droite de la demeure, le tribunal militaire séjourna un très court temps avant de céder la place au "Service des Arts Indigènes".

- En 1916, une partie du bâtiment a été attribuée au Service des Beaux Arts, et le reste aux divers services administratifs.

- En 1920, la totalité du bâtiment a été attribuée à l'Inspection Régionale des Beaux Arts qui l'a transformé en musée avec une galerie d'artisanat, c'était le premier noyau muséologique.

- La bâtisse Dar Jamaï est classée monument historique selon le Dahir du 19 - 11 - 1920. Le musée a été donc crée en 1920 sous l'appellation du "Musée des Arts Indigènes". Une école de "Broderie Indigène" fut aussi installée dans un local attenant au musée.

- En 1958, l'artisanat a été séparé définitivement du musée. Depuis, les collections ont été enrichies par les acquisitions faites par l'Etat.

...On distingue assez bien l'inscription "Hôpital Louis" sous la petite fenêtre et au dessus de l'arcade... Par contre on retrouve mal la Place El Hédim...

...1915



...1925




Dernière édition par Admin le Lun 12 Déc - 21:45, édité 1 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Jeu 6 Déc - 3:51

Tres interessant Andre ce que tu nous mets la sur cet hopital. J'avais bien sur entendu parle de l'hopital Louis, mais je n'avais aucune idee qui etait ce Mr. Louis et l'histoire de cet endroit. Merci.
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17119
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Jeu 6 Déc - 7:21

DAR JAMAI : Aperçu historique

Ce sujet, déplacé par rapport au titre de la rubrique, a eu un parcours quelque peu atypique qui lui vaut de rester à cet endroit.
Ce palais qui a servi d'abri à l’hôpital LOUIS durant quelque temps a une histoire un peu particulière.

Dar Jamaï est une résidence palatiale construite en 1299 de l'hégire (1882). Une inscription sur plâtre se trouvant à la salle de réception atteste cette date. Cette vaste demeure appartenait à Mohamed Ben Larbi Jamaï, Grand Vizir du Sultan Moulay Hassan 1er (1873 - 1894).

Il a fallu deux ans pour construire ce palais qui fut terminé pendant les premières années du viziriat de Mohamed Ben Larbi Jamaï. Le vizir tomba malade et dû quitter Meknès pour aller se soigner à Fès, où il entreprit la construction d'un autre palais qui porte également le nom de Palais Jamaï.

- En 1912, les français ont transformé le palais en hôpital Louis

- En 1916, une partie du bâtiment a été attribuée au Service des Beaux Arts, et le reste aux divers services administratifs.

- En 1920, la totalité du bâtiment a été attribuée à l'Inspection Régionale des Beaux Arts qui l'a transformé en musée avec une galerie d'artisanat.
C'était le premier noyau muséologique.

La bâtisse Dar Jamaï est classée monument historique selon le Dahir du 19 Novembre1920. Le musée a été donc crée en 1920 sous l'appellation du "Musée des Arts Indigènes". Une école de "Broderie Indigène" fut aussi installée dans un local attenant au musée.

A la suite du décès de Moulay Hassan I, son fils Moulay Abdel Aziz succéda au trône. Ahmed Ben Moussa Ben Ahmed dit Ba Hmad tint le pouvoir et se nomma Grand vizir.

A cause des rivalités familiales, Ahmed Ben Moussa arrêta Hadj Maâti, frère de Mohamed Ben Larbi Jamaï, qui habitait cette demeure lors du départ de son frère Mohamed pour Fès. Hadj Maâti fut condamné à Tétouan et y restait prisonnier jusqu'à sa mort.

La famille Jamaï tomba ainsi en disgrâce et fut dépouillée de ses biens qui ont été confisqués et distribués. Dar Jamaï a été vendue alors à Madani Glaoui de Marrakech qui ne vint jamais y habiter.

- En 1958, l'artisanat a été séparé définitivement du musée. Depuis, les collections ont été enrichies par les acquisitions faites par l'Etat.

... 1925 - l'intérieur du Palais Jamaï dans son rôle principal de musée. Ph, Arlaud Georges.

...idem 1925


....L'entrée de Jamaï de nos jours...2010


Dernière édition par Admin le Jeu 6 Déc - 8:27, édité 1 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

L'Hôpital militaire LOUIS

Message  Admin le Jeu 6 Déc - 7:33

L'Hôpital militaire Louis

On a vu que durant la première guerre mondiale, la partie centrale du Palais Jamaï devient "l'Hôpital Louis" où l'on accueille les blessés de guerre.

Puis viendra la construction de l'Hôpital Militaire Louis (en 1919-1920 ?)

Nous lisons dans le livre "Meknès- Histoire d'une mélancolie" (F.Ramirez et C.Rolot) à propos de Mme Jeanne Dieulafoy, archéologue :
"A son initiative, l'hôpital Louis, bel établissement militaire, construit sur le plateau de Hamriya, fut doté de dômes en forme de bulbes persans."
Pourquoi ? Mme Dieulafoy avait dirigé la reconstitution de la frise des Archers de Suse au Musée du Louvre. Elle avait gardé le regret des mosquées d'Ispahan. Son mari avait conduit des fouilles importantes en Perse (Iran) pendant plusieurs années.
Les étrangers de passage s'interrogeaient sur le style de ces bulbes car ils ne correspondaient pas à l'architecture marocaine


....Un hôpital... ou un château voulant paraître celui de Versailles ?

Une bâtisse impressionnante, qui donne la mesure de ce qui a été réalisé pendant la période du proconsulat de Lyautey au Maroc : il faut rendre à César......ce qui appartient à Jules.

(à suivre...)

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Jeu 6 Déc - 18:05

L’HÔPITAL LOUIS en ville nouvelle.

Vers 1920, un nouvel hôpital militaire est érigé sous l’appellation « Hôpital St Louis» ou « Louis » ou tout simplement « Hôpital militaire ». Personnellement, j’ai toujours entendu parler de « l’Hôpital LOUIS ». Il se situe en ville nouvelle, près du stade Berthézène, dans un lotissement qui jouxte le camp Mézergues.

C’est une architecture peu banale pour un hôpital, de type pavillonnaire monobloc, avec ses dômes en forme de bulbes de style persan, formée de pavillons reliés par des couloirs (afin d'isoler les malades les uns des autres afin de limiter toutes contagions…!), qui débouchaient tous vers le bloc opératoire ou le service des urgences.

...Au 1er plan, devant l'entrée, la future avenus Lyautey; à droite, la route d'El Hajeb; au dernier plan, le camp Mézergues.

...La Médina et l'hôpital vus du plateau d'Hamria

... Le jour de la finition des travaux. L'Hôpital LOUIS fait partie de la 20aine d'hôpitaux construits par la France dès fin des années 1920-début 1930. Il a été construit selon les normes nouvelles et modernes de l'époque, c'est à dire une succession de pavillons réservés à chaque spécialité médicale, reliés entre eux par des couloirs permettant une circulation rapide et aisée.


...Autre vue...Au plan architectural ce qui frappe ce sont ces dômes. Selon mes souvenirs de lecture c'est à l'initiative de Madame Jeanne DIEULAFOY, épouse du premier archéologue de VOLUBILIS et archéologue elle-même, que l'hôpital fut doté de dômes en forme de bulbes persans.
Les étrangers de passage qui s'étonnaient de ne pas retrouver le style orthogonal de l'architecture marocaine ne savaient pas que le couple avait longtemps conduit d'importantes fouilles en Perse!


...Quant au nom de "Versailles", je ne pense pas que ce soit à l'Hôpital que ce nom a été donné mais plutôt au Palais du Sultan MOULAY ISMAËL qui avait été impressionné par les comptes-rendus de ses émissaires auprès de Louis XIV.

L’entrée principale de l'hôpital se trouvait de front sur l’avenue Lyautey, contigüe au camp Mézergues. Mais on pouvait y accéder aussi soit par le côté route d’El Hajeb ou derrière le stade Berthézène, sur le prolongement du bd de Paris.
Il se peut que le docteur Cornette de St Cyr y ait officié.

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Jeu 6 Déc - 18:26

Lhôpital LOUIS

Tous les premiers hôpitaux marocains étaient militaires avant de devenir civils. Ce dont on ne parle peu, c’est qu’il existait une certaine ségrégation. Les marocains et européens étaient séparés jusqu’en 1945 où ils devinrent mixtes.
Cette bâtisse impressionnante donne la mesure de ce qui a été réalisé pendant la période du proconsulat de Lyautey au Maroc. On lisait dans les revues de l’époque, « Hôpital Louis ou Versailles…??? ».

L'Hôpital sous tous les angles...:
...Il y a une atmosphère campagnarde et sereine appréciable, à mon sens.



...Nous sommes là, sur le site du camp Mézergues. Photo colorisée.


... En espérant que le petit Irénée ait bien reçu son timbre de 50cts de la part de sa tante Pauline...!!!

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Jeu 6 Déc - 18:35

La plus photo d'époque des années 1945 peut être... Nous tournons le dos au camp Poublan. Derrière le dôme principal, le camp Mézergues que l'on voit pas. L'entrée donnera plus tard sur l'avenue Lyautey...


_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Jeu 6 Déc - 18:41

N.B.

Nous lisons dans le livre "Meknès- Histoire d'une mélancolie" (F.Ramirez et C.Rolot) à propos de Mme Jeanne Dieulafoy, archéologue :
"A son initiative, l'hôpital Louis, bel établissement militaire, construit sur le plateau de Hamriya, fut doté de dômes en forme de bulbes persans."

Pourquoi ? Mme Dieulafoy avait dirigé la reconstitution de la frise des Archers de Suse au Musée du Louvre. Elle avait gardé le regret des mosquées d'Ispahan. Son mari avait conduit des fouilles importantes en Perse (Iran) pendant plusieurs années.
Les étrangers de passage s'interrogeaient sur le style de ces bulbes car ils ne correspondaient pas à l'architecture marocaine.
...Une photo insolite. Cet homme, coiffeur de son état, était un personnage connu à l'hôpital. Il aurait eu un surnom peu commun, "Coupobol", et il était le coiffeur attitré des militaires hospitalisés.


_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Jeu 6 Déc - 18:55

MEKNÈS , Cité Impériale...

Un des extraits du livre de "Meknès, Cité impériale, Histoire d'une mélancolie" par Francis Ramirez et Christian Rolot.

On le doit à GHIS qui avait procédé il y a quelques années (le temps passe vite) à sa mise à disposition, dans un autre site...

« L’hôpital Louis de Meknès, avec ses coupoles persanes, ses pavillons blancs égaillés dans des jardins plantés d’eucalyptus, sera, dans une région encore longtemps infestée par le typhus, un lieu de réconfort. On n’y guérissait pas toujours, mais on pouvait y mourir dans une chambre propre, sous les yeux d’une de ces infirmières infatigables qui apportaient aux agonies solitaires le soulagement d’une image de mère.

Le docteur Louis avait, nous dit Michel Jobert, les yeux bleu tendre et une silhouette gracile. Il avait soigné, entre 1912 et 1916, les typhiques entassés au Palais Jamaï, et mourut, comme tant d’autres, pour avoir été contaminé par ce microbe sans idéal, qui, ignorant tout des doctrines politiques, passait sans discrimination des ‘ayan’ aux ‘amma’ des djellabas aux vareuses, et des vêtements de travail aux blouses blanches.

La politique médicale du Protectorat, telle qu’on peut la suivre à Meknès, n’est pas sans relation avec ces grands principes qui faisaient du soldat, et tout particulièrement de l’officier, le levain de la pâte nationale. L’hôpital militaire, le fameux hôpital Louis, ne pratiquait pas en effet de distinctions communautaires: on y soignait avant tout des soldats, qu’ils fussent marocains, français ou autres.
C’est là une différence importante avec la situation générale qui, sans toujours apparaître clairement dans les textes, prévaudra dans un Maroc distinguant établissements civils pour Européens et hôpitaux « réservés» aux indigènes.

L’argumentaire diffus justifiant cette séparation met en avant deux types de raisons. D’une part, il motive la ségrégation par des différences de mœurs et par les états sanitaires très inégaux des deux populations en présence.

Un Eugène Guernier, par exemple, n’en fait pas mystère. « Si la promiscuité des deux peuples offrait aux points de vue politique, social, religieux et moral les pires difficultés, que dire des dangers qu’elle aurait pu faire naître au seul point de vue sanitaire? »
Mais, d’autre part, un historien comme Daniel Rivet a bien montré que la demande d’une médecine socialement clivée émanait également des classes supérieures de l’élite marocaine.

Les élites musulmanes, les personnes de faible condition obtinrent ainsi le droit d’être soignées dans des pavillons particuliers construits au sein des hôpitaux indigènes, afin d’échapper a une mixité sociale qui les incommodait et les humiliait. D’un côté, les ‘ayan’ (les notables), pour reprendre la terminologie arabe, de l’autre les ‘amma’ (les gens du commun).

En outre, et nous retrouvons bien là l’idée d’une fraternisation aristocratique à la Lyautey, les notables civils pouvaient être admis, sur recommandation, dans les établissements militaires.

Après 1945, ils demanderont avec insistance leur admission de plein droit dans les hôpitaux civils destinés aux Européens. Ils manifesteront ainsi non un attachement à l’égalité communautaire, mais, de façon éclatante. Le désir d’être reconnus comme des pairs par les notables français. Lyautey, dont l’œuvre politique allait en partie sombrer avec l’Indépendance, avait, en misant sur les atavismes de castes, paradoxalement triomphé dans les cœurs. »

Par un effet du hasard, l’hôpital Louis de Meknès, portant le matricule 334, sera le dernier établissement militaire à rester sous administration française après l’indépendance du Maroc. Il sera remis aux nouvelles autorités sanitaires en 1961.

...

Ces photos ont été prises par ABDEL en 2010...Les bâtiments existent toujours. Certains sont exploités... Par contre, en 2010, certaines ailes paraissaient abandonnées.

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Jeu 6 Déc - 19:06

L'Hôpital de nos jours. Photos prises par ABDEL sur place...

....
....
....

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  christiane gérard le Jeu 6 Déc - 19:58

merci André pour cet interessant reportage sur les hopitaux.Une de mes soeurs est née à l'hopital Louis en 51
Merci à Abdel pour ses photos
.

_________________

Amitiés Christiane

avatar
christiane gérard

Messages : 2134
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : SAINT GERMAIN sur AVRE - Eure

http://points-de-croix.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Jeu 6 Déc - 20:41

HISTOIRE d’HOPITAUX

Quelques ouvrages intéressants que l’on trouve dans les bibliothèques bien achalandées, hélas, souvent très chers.

- Marie-Claire Micouleau-Sicault, « Les médecins français au Maroc, combats en urgence (1912-1956) », L'Harmattan, 2000.
De 1912 à 1956 la présence française au Maroc a représenté pour de jeunes médecins qui commençaient leur carrière, l'accomplissement d'un destin qu'ils consacrèrent avec passion au soulagement des souffrances de populations décimées par les épidémies et la malnutrition infantile. Cette histoire est celle de l'aventure extraordinaire de ces jeunes équipes médicales qui ont su construire au Maroc un vrai réseau sanitaire, dans le respect de la culture et des traditions du pays.

-Eugène Guernier, « Encyclopédie coloniale et maritime - édité en 1947 »

- Daniel Rivet, « Le Maroc, de Lyautey à Mohamed V,

- Daniel Rivet, « Lyautey et l'institution du protectorat français du Maroc »

- Christian Rollot et Francis Ramirez, « Meknès : cité impériale : histoire d’une mélancolie »
« Cette présentation de Meknès, l'une des quatre villes impériales du Maroc avec Fès, Marrakech et Rabat, trace l'histoire de la ville qui s'est enrichie au fil des siècles des apports romains, berbères, juifs, chrétiens et français, montre les deux visages de la ville : la ville médina et la ville française. Elle s'intéresse enfin à la vie rurale de la région de Meknès
En inscrivant Meknès sur les registres du Patrimoine Mondial de l'humanité, les arbitres de L'UNESCO avaient en tête le formidable ossuaire de murailles et de palais que la ville doit au règne du Sultan Moulay Ismaïl. Mais ils embaumaient du même coup l'antidote de cet urbanisme despotique : une certaine douceur de vivre, faite de mélancolie, de tolérance et de scepticisme, qui est celle des habitants de Meknès ».

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Jeu 6 Déc - 20:48

L'Hôîtal LOUIS de nos jours...

C’est dans la années 1960 que l’hôpital LOUIS est rebaptisé Hôpital Moulay Ismaïl. La structure principale a été conservée, seuls des pavillons secondaires et des couloirs qui les reliaient ont disparu ainsi que quelques bâtiments qui jouxtaient l’hôpital.
C’est un bâtiment qui a conservé une belle apparence de face, mais l’arrière ne vaut pas l’endroit. Il y règne une sensation de laisser aller et d’abandon qui crève un peu le cœur.
Sous toutes réserves, il semblerait qu’il soit réparti en deux services principaux et réservé à l’armée.
D’un côté :

I. Urgences
1. Administration
2. Service d'hémodialyse
3. Service d'oto-rhino-laryngologie
4. Service d'ophtalmologie
5. Complexe chirurgical
6. Pharmacie
7. Centre d'orthophonie


II. Renseignements
1. Centre de tests médicaux extérieurs
2. Service de dermatologie
3. Service de rhumatologie
4. Centre de rééducation médical
5. Centre d'orthopédie
6. Service de maladies psychologiques

De l’autre côté :
1 Service de neurologie, Hôpital militaire Moulay Ismail
2 Service de radiologie, Hôpital militaire Moulay Ismail
3 Service de médecine interne, Hôpital militaire d’Instruction MedV
4 Service de médecine interne, Hôpital militaire Moulay Ismail


_
_

Lorsque j'observe ces images, il y a quelque chose de magique qui s'opère en moi.... J'ai fréquenté cet établissement à 3 reprises d'assez longue durée...La première fois, j'avais 10 ans, puis 12, puis 17 pour la 3ème...Là, je n'étais pas concerné... C'était mon père, hospitalisé plusieurs mois suite à un accident au KM10. (brûlé au 2ème degré sur la majeure partie du corps)

Je connais donc ces couloirs, ces chambres, ces jardins, ces lits en fer... Dans une de ces chambres, je suis venu annoncer à mon père, interloqué, que je partais définitivement.... C'était fin 66. Février 67, je partais...Il était à peine guéri...
Ces couloirs extérieurs me sont intimes, familiers. Il n'y avait pas de chats. Les jardins étaient moins fleuris. J'y ai joué avec ma soeur... "Silence....Hôpital"


_
_

La plupart des photos récentes dans cette rubrique appartiennent à ABDEL, que je remercie de tout coeur...


Dernière édition par Admin le Lun 29 Avr - 6:07, édité 2 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Jeu 6 Déc - 21:28

Une dernière pour la route...


Merci ABDEL pour les photos...

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Ven 7 Déc - 11:22

LA clinique CORNETTE de St CYR

...Une vue d'ensemble, juste pour la resituer dans son contexte. Très peu de documents. Des photos seulement. Chacun d'entre nous a une anecdote personnelle à raconter sur ce lieu quelque peu mythique de Meknès.

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Ven 7 Déc - 11:46

L'Institut de Jeunes Filles à gauche.
..Ancienne "Esplanade du Zerhoun".


...
......


Dernière édition par Admin le Dim 3 Fév - 19:11, édité 2 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Ven 7 Déc - 15:24

Cornette de St CYR aurait changé de nom... Si d'aventure ABDEL passe par là, il sera en mesure de nous en apprendre d'avantage.

...

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11243
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Lucien Calatayud le Ven 7 Déc - 16:04

JIMMY

En arabe comme en français il est toujours écrit  "CORNETTE DE ST CYR".
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4216
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 87
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 18 1, 2, 3 ... 9 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum