Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Page 5 sur 19 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Sam 22 Déc - 9:19

Alain - Mon pere a qui la memoire revient assez rapidement quand on parle de "femmes" Laughing qu'il va essayer de se rappeler du nom de cette femme, mais une dont il se rappelle c'etait la serveuse au bar du Roi de la Biere, elle aussi une blonde platinee...mais je crois que la c'etait quand nous etions tres jeunes.....Robert Kholen avait epouse cette femme apparament et puis plutard c'etait au tour de Mme Cara...Sacre Meknes.... Very Happy
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17324
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Sam 22 Déc - 9:31

Bonjour a toutes et tous - Xavier - Voici ce que me dit Mr. Zemmouri ce matin "votre ami de Toulouse n'a pas tout à fait tord !! il y a bien une petite ruelle entre la clinique Alaoui et la rue Pasteur !!! une petite ruelle qui se termine par des escaliers vers le bas et qui donne sur le boulevard qui va du lycée vers le pont de chemin de fer et passe devant notre villa ( boulevard Yacoub el Mansour ) de l'autre coté de cette petite ruelle il y a le " centre culturel Michel Jobert " car c'était jadis son lieu de naissance je crois ! et qui occupe toute la façade qui donne sur la rue Pasteur" . Perso je ne me rappelle pas de cette petite ruelle du tout et cela fait seulement 4 ans que j'avais ete a cette clinique...
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17324
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Sam 22 Déc - 13:48

CONRAD-BRUAT Xavier a écrit:Sauf que la Clinique Alaoui n'est pas rue Pasteur mais rue El-Maari, qui est parallèle. A-t-elle été transférée ou a-t-elle deux entrées ? Very Happy

De Richard il y a quelques minutes "POLYCLINIQUE ALAOUI, 11, rue El Maari TEL:00212.535.40.02.20" Apparament la rue Maari etait la rue Pasteur Very Happy -- Comme tu dis Xavier cette clinique doit avoir 2 entrees. J'avais ete les voir dont l'entree etait sur la rue Pasteur.
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17324
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  CONRAD-BRUAT Xavier le Sam 22 Déc - 14:15

Ghis

"Apparemment la rue Maari était la rue Pastzeur"

Certainement pas, la rue Pasteur existe toujours et la rue El-Maari lui est presque paralèlle, il y a la ruelle (avec escaliers) du Gal Faidherbe entre (là où est la maison Jobert). J'ai le plan Very Happy.
avatar
CONRAD-BRUAT Xavier

Messages : 6889
Date d'inscription : 12/09/2012
Age : 78
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Clinique El Alaoui, rue El-Maari

Message  CONRAD-BRUAT Xavier le Sam 22 Déc - 14:47

avatar
CONRAD-BRUAT Xavier

Messages : 6889
Date d'inscription : 12/09/2012
Age : 78
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Sam 22 Déc - 15:07

ahaha Xavier - Decidemment! Bon moi je suis rentree dans cet endroit, apres avoir grimpe quelques marches d'escaliers et il y avait la porte d'entree.., et c'etait sur la rue Pasteur et ca je jure... Laughing J'ai un plan Sifiche ici et la rue du General Faidherbe est parallele a Pasteur et donne sur la rue qui s'appelait rue de la Poste. Pas de rue Maari sur mon plan car c'etait avant l'Independance. Je pourrai savoir son exacte adresse si seulement je pouvais mettre mes mains sur la facture que j'avais recu...Ils m'avaient vu "arriver" en plus...Je viens de voir ta carte et sur ton plan la rue Maari s'appelait a l'epoque rue du General Moinier je crois. Mais ma clinique n'etait pas si bas et etait tres pres du rond-point Camera sur le cote droit de la rue Pasteur... Very Happy

avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17324
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Richard Brandlin le Dim 23 Déc - 0:57

Bonsoir Ghislaine,

En réponse à ta recherche de l'adresse de la Polyclinique de Meknès où tu as été en 2008.

Voici l'adrèsse : POLYCLINIQUE ALAOUI

11,RUE EL MÂARI TEL: 00212.535.40.02.20

Et voici: " MON PREMIER VOYAGE AU MAROC" !!!!

C'est à l'âge de 4 ans et demi,en octobre 1938,que j'avais débarqué à Casablanca avec ma mère,du paquebot "KOUTOUBIA" venant de Marseille.

Mon premier"coup de foudre" était à la rencontre de l'autocar de la C.T.M.

Ce formidable Pulmann PANHARD-LEVASSOR stationné à l'agence de la place de l'Horloge pour le départ à Fèz avec sa plaque d'immatriculation au chiffre de la série MA.8 et du n° de la série de la C.T.M.,le 816.

C'est exactement la même année que ce dernier modèle venu de France avec ses fauteuils rouges en cuir,je me suis contenter de m'assoir sur l'accoudoir pour voir comment le conducteur fait son travail !!!! (Malgré que ma mère avait payée ma place entière...............( Sic....)

Richard


...
avatar
Richard Brandlin

Messages : 525
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 83
Localisation : CASABLANCA

http://richardbrandlin@yahoo.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Dim 23 Déc - 1:30

Salut RICHARD,

Juste une anecdote en passant...

J'ai fait le même parcours que toi mais en sens inverse en mai 1957... Casa - Marseille sur le Koutoubia. Voyage très agité. Mer très mauvaise dans le golfe du Lion.
Beaucoup d'entre nous ont renvoyé par dessus bord tous leurs repas de Noël depuis leur naissance, leur communion, leur baptême, et même ceux des invités, durant ces 3 jours.

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11504
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  CONRAD-BRUAT Xavier le Dim 23 Déc - 1:44

Ghis

Décidément, tout le monde veut que tu aies été soignée à la clinique El Alaoui, rue El-Maari !! Devras-tu démocratiquement te ranger à l'avis de la majorité Very Happy ?! Fais un effort, retrouve ta facture. Début rue Pasteur à droite, je ne vois que le le Centre de Radiologie, au 6. Tu as bien parlé de échographie, coloscopie, rayons X...
avatar
CONRAD-BRUAT Xavier

Messages : 6889
Date d'inscription : 12/09/2012
Age : 78
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  CONRAD-BRUAT Xavier le Dim 23 Déc - 1:47

André Richard

Moi aussi, une année, pour nos toute premières vacances en France, j'ai fait la traversée Casablanca-Marseille sur le Koutoubia, par beau temps... Very Happy
avatar
CONRAD-BRUAT Xavier

Messages : 6889
Date d'inscription : 12/09/2012
Age : 78
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Dim 23 Déc - 9:22

Bonjour a toutes et tous - Richard - Super photo de toi gamin...Ta maman tres belle. Xavier Laughing Si tu crois que je n'ai pas tout fait pour retrouver cette sacree facture??? Mais je suis la seule a savoir ou j'avais ete pour cet Xray Very Happy - En tous les cas t'es fort et ci-dessous une carte trouvee sur le net mais on ne voit pas tres bien et c'est le Centre d'Explorations Radiologiques comme tu dis et c'est en haut de la rue Pasteur.
Adresse: 6, rue Pasteur MEKNES


avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17324
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

" AH !!!! CETTE SACREE FACTURE ????

Message  Richard Brandlin le Lun 24 Déc - 13:18



Ghislaine,

Cette facture étant trop salée à la vue des Marocains,tu t'en ai débarrassée,le plus vite possible !!!!

Comme quoi : IL NE FAUT PAS JETER LES PAPIERS AUX ORDURES !!!!!



Richard.


avatar
Richard Brandlin

Messages : 525
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 83
Localisation : CASABLANCA

http://richardbrandlin@yahoo.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Mer 26 Déc - 15:00

Richard - Sun Life m'avait rembourse.... Et je parie que quand j'avais envoye les paperasses a cette compagnie d'assurances j'avais oublie de faire copies et la raison pourquoi je n'arrive pas a retrouver quoique ce soit sur ce centre de radiologies Very Happy
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17324
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Inauguration de la Stèle du DR GIGUET

Message  Gérard Pambet le Sam 2 Fév - 9:04

DISCOURS du Dr PAMBET


...Discours prononcé par mon père, le Docteur PAMBET, Vice Président du Conseil Régional de l’Ordre des Médecins, le 27 Mai 1942, le jour de l’inauguration de la stèle érigée en souvenir du Dr GIGUET.
Mon père est arrivé à MEKNÈS en 1929, nommé Médecin Chef de l'hôpital Louis.

Il a retrouvé dans cette ville deux collègues de sa promotion de l'École de Médecine de Lyon, les Docteurs BOUTIN (radiologue) et GIGUET chirurgien de l'hôpital. Le Dr GIGUET est décédé en Mai 1937.



Il y a 5 ans, presque jour pour jour, un immense cortège funèbre quittait lentement cette esplanade. Derrière un char et plusieurs voitures qui disparaissaient sous une montagne de fleurs, derrière une femme désespérée, anéantie par le coup brutal inattendu qui la laissait seule, marchait une foule émue, muette.

On peut dire que ce jour du 29 Mai 1937, tous ceux de MEKNÈS, des bleds et des villes voisines, qu’une impérieuse nécessité ne retenait pas à leurs affaires, à leur bureau, s’étaient rassemblés. Français ou étrangers, Musulmans ou Israélites, tous étaient présents, communiant dans la même douleur.

Pourquoi une telle foule ? Quel était donc cet homme qui faisait ainsi entre les races, entre les classes, la même unanimité dans l’affliction ? C’était le Docteur GIGUET.

Au nom du Conseil de l’Ordre des Médecins, au nom des Médecins de MEKNÈS, au nom de nos camarades de promotion, il m’appartient de vous dire quelle vie de travail, de dévouement et de devoir, fut celle de GIGUET.

Provençal, né en 1888, il fut admis à l’ E.S.S.M. au concours de 1909. C’est à cette époque que je l’ai connu, travailleur, pondéré, donnant une impression de parfait équilibre et déjà chirurgien de tendances.

Sorti du Val de Grasse en 1914, il est affecté à l’hôpital de BESANCON mais presque aussitôt, la mobilisation l’envoie comme médecin de bataillon dans un Régiment d’Infanterie. Pendant plus de deux ans, il mène cette vie rude, pleine de dangers mais pleine aussi d’occasions de montrer sans forfanterie, son dévouement, son courage, son abnégation. Une citation à l’ordre de l’armée en témoigne :

« A provoqué l’admiration de tous par son courage et son dévouement dans l’engagement du 27 Janvier, a fait l’impossible pour ramener dans nos lignes les tués et les blessés tombés sur les tranchées ennemies »

Mais le Service de Santé devant l’énormité des pertes, se voit contraint à une réorganisation complète. On recherche partout des médecins ayant des aptitudes chirurgicales pour former de nouvelles ambulances. GIGUET est appelé à en faire partie. Pendant 6 mois il collabore à une ambulance chirurgicale. Mais son caractère se révolte devant ce qu’il juge une injustice, son âge, son grade, sa situation de médecin d’active lui font un devoir d’abandonner le poste où on l’a placé et il demande à reprendre sa place de médecin de bataillon. Mais sa valeur a été reconnue.
On refuse sa mutation. Le hasard veut que je le rencontre à PARIS, au cours d’une permission. Il me raconte qu’il a vainement intrigué au Ministère pour redevenir médecin de bataillon. Il est classé chirurgien et comme cela lui confère un poste qu’il juge peu exposé, il vient de se faire désigner pour une mission médicale en Russie.

Après avoir doublé le Cap Nord, il débarque à ARKENGELSK d’où sa formation se dirige vers l’armée du Caucase dont elle fera partie. C’est à TIFLIS que le trouve la Révolution. Il faut rentrer en France. Par où ? La seule route qui reste ouverte est celle du Sud. A pied, sans ravitaillement, sans ressources, sans nouvelles des siens depuis de longs mois, il traverse la Perse, la Mésopotamie et le Caucase, contracte le typhus dont triomphe sa robuste constitution. Il s’embarque à BASSORA et rentre en France où il reçoit la Croix de Chevalier de la Légion d’Honneur avec la citation suivante :

« A assuré pendant toute la durée de son fonctionnement le service médical de l’ambulance alpine du Caucase avec le dévouement le plus absolu. A contribué pour une grande part à maintenir le prestige du drapeau français dans les circonstances difficiles où s’est trouvée l’ambulance, dans un pays hostile, ravagé par le typhus, le choléra et la famine et sous la menace continuelle du massacre. A failli succomber du typhus contracté « au chevet des malades ».

Mais GIGUET n’est pas fait pour la monotone existence de garnison de France. Dès 1919, il gagne le MAROC et le quittera plus. A CASABLANCA, à BOU DENIB, à MARRAKECH, aux ambulances qui suivent les troupes en opérations, ce bon ouvrier donne la mesure de sa valeur. Mais la phase ultime de sa carrière de chirurgien, celle où il a tout donné, même sa vie, c’est à MEKNÈS qu’il la vécut.

Il arrive à MEKNÈS en 1924 comme chirurgien de l’hôpital LOUIS. En fait, il est seul chirurgien pour une grande ville et pour toute une région.

Les civils, les indigènes, n’ont de recours qu’en lui et pourtant la seule charge de l’Hôpital Militaire eut suffi à absorber l’activité d’un homme ordinaire. C’était l’époque des grandes colonnes, de la campagne du RIFF. A certains jours, l’Hôpital LOUIS voyait affluer jusqu’à cent blessés en 24 heures. Devant ce débordement de souffrance il faisait face simplement, sans bruit. En temps ordinaire, il passait chaque jour une dizaine d’heures dans son service. Ces jours-là, il prenait sur sa nuit, mais jamais il n’eut quitté l’Hôpital avant que le dernier des blessés soit examiné, pansé, eut subi si la chose était nécessaire l’intervention qui s’imposait. Pendant la guerre du RIFF on lui avait donné la charge, écrasante pour qui connaît ce qu’elle représente, des grandes fractures. Il n’avait à sa disposition qu’un minimum de personnel et presque rien des appareils nécessaires. Si bien qu’il dut, par les moyens du bord, improviser, transformer des planches, des morceaux de fil de fer, de tôle, en appareil. Sa modestie ne tirait nulle gloire de ce tour de force, comme le prouve si bien l’incident que je vais vous rapporter.

Un jour, le Médecin Inspecteur Général TOUBERT vient inspecter l’Hôpital et principalement le service de Chirurgie. GIGUET, qui avait horreur de ces inspections, qu’il appelait du temps perdu, montre le moins possible de son « royaume » n’ayant qu’une hâte : reprendre, l’Inspecteur parti, son travail.
On arrive devant une porte fermée
« Qu’avez-vous ici ? » dit le Médecin Général.
« OH ! rien, des fractures de cuisse » répond GIGUET, tachant de pousser plus loin.
« faites voir ! ».
Et la porte ouverte, c’est en double alignement, quarante grands fracturés, suspendus chacun dans un appareil improvisé mais parfait.

L’Inspecteur, qui rentré à PARIS, racontait cet incident disait « Rien que la confection des appareils représentait un tour de force, et loin de chercher ou d’accueillir avec joie mes félicitations, GIGUET avait l’air furieux que j’ai fait cette découverte ».

Mais le côté militaire de son labeur ne représentait pas toute son activité. Les vieux Meknassis se rappellent la situation d’alors. Il faut que les nouveaux la connaissent, qu’ils ne croient pas que nous avons toujours joui des moyens dont nous disposons actuellement. La ville et la région ne possédaient alors en fait d’installation médico-chirurgicale que les salles civiles de l’Hôpital et de nom pompeux désignait, outre la Maternité, quelques sordides baraques en bois, glaciales l’hiver, étouffantes l’été. C’était là qu’on naissait, qu’on souffrait et que bien souvent on mourait. Car dès qu’une maladie devenait grave, à domicile, faute de moyens ou de personnel, c’était à l’hôpital qu’on envoyait le malade. GIGUET, chirurgien de l’Hôpital était de droit chirurgien des Salles Civiles.
Mais il n’était pas que cela. Chirurgien, certes, il l’était jusqu’à la moelle, mais au cours de ses études, et ensuite dans sa vie pourtant remplie, il ne s’était pas confiné dans sa spécialité. Esprit curieux, travailleur obstiné, il avait sur toutes les branches de l’activité médicale des connaissances approfondies. Excellent clinicien, esprit clair, il était aussi un Médecin plein de bon sens. Et bien vite, l’habitude s’établit de l’appeler en consultation pour toutes les affections graves. Les pleurésies, les fièvres typhoïdes, le paludisme devinrent de son ressort aussi bien qu’appendicites ou fractures. On peut dire sans exagération que pendant 12 ans, il a été dans MEKNÈS, l’ultime ratio, celui dans lequel les malades mettaient leur dernier espoir et dont on abusait sans vergogne.

Pendant 12 ans, il a monté la garde, ne connaissant ni fêtes, ni Dimanche,ni jours, ni nuits. On peut dire que du vieux MEKNÈS, il n’est pas une famille qui n’ait eu recours à lui et ne lui doive de la gratitude. Car ce ne fut jamais l’amour du lucre qui l’a poussé à travailler. Nul ne fut plus désintéressé, plus charitable, plus parfaitement bon. Cette bonté inépuisable, ce dévouement constant se cachaient sous une apparente rudesse qui n’était qu’une réaction de timidité.

Certains craignaient même de l’aborder, ils le connaissaient mal.

Et les années passèrent, remplies, coupées de temps par un séjour en France. En 1928, il est promu Médecin Commandant. En 1931 la rosette de la Légion d’Honneur vient lui prouver que ses mérites sont reconnus de ses chefs. Il n’en tire pas vanité.

En 1936, il quitte l’Armée. Il aime trop le Maroc et MEKNÈS pour l’abandonner comme l’y obligent les nouveaux règlements. D’ailleurs sa clinique, espoir caressé depuis des années, va être achevée. Il s’installe à MEKNÈS à la grande satisfaction de tous. Il a 47 ans, est en pleine possession de son métier. Les malades continuent d’accourir vers lui. Il est heureux, c’est le début d’une nouvelle existence.

Hélas, ce n’est pas un début, c’est la fin. Alors que tout lui sourit, une maladie sournoise dont il se sait atteint depuis longtemps progresse sourdement et brusquement éclate.

Le 19 Mai la crise s’installe plus violente que de coutume. On n’en tient pas compte. Le 21 il se fait conduire à sa clinique pour opérer quand même un malade, d’urgence. Le 23, un dimanche, la situation est telle qu’on alerte le chirurgien de FEZ. GIGUET se rend compte de la gravité de son état : « j’ai une saleté », dit-il tranquillement à un confrère, « et ça va vite ». L’intervention chirurgicale confirme une fois de plus l’exactitude de son diagnostic et de son pronostic

Qu’importe, il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre. Son épouse, ses infirmières, ses confrères entament courageusement la lutte. Heure par heure, la situation s’aggrave. Lui ne s’illusionne pas. Son esprit gouailleur persiste. Une heure avant de mourir, il dit à son infirmière qui lui fait une piqûre « mais vous perdez votre temps, je n’ai plus de pouls ». Le vendredi 28 Mai, toute la ville et toute la région de MEKNÈS, sont en deuil.
Dès le lendemain de sa mort, un journal local, après avoir exprimé l’affliction de tous, ajoutait « nous désirons aussi qu’un monument très simple (il n’en eut point accepté d’autre) conserve pour la postérité les traits du disparu ».

Malgré les années, malgré les évènements : c’est fait. Cette stèle témoignera dans l’avenir de l’affection, du reconnaissant souvenir de toute une cité.

Mon cher GIGUET, tu es parti avant le désastre et c’est peut-être mieux ainsi, car tu aurais souffert trop violemment du deuil de la Patrie. Et pourtant c’est d’hommes comme toi que nous avons besoin aujourd’hui.
N’as-tu pas toute ta vie réalisé ta parole « amoureux de la besogne bien faite », n’as-tu pas pratiqué l’entraide, n’as-tu pas aimé ta Patrie et ton prochain par-dessus tout ?
Si tu étais encore parmi nous, sans doute serais-tu au 1er rang de cette révolution nationale dont le contraste de tes jours et tes nuits de labeur, de dévouement et de désintéressement à une époque facile, nous montre bien qu’elle était nécessaire. Tu n’as jamais connu, et je crois que tu n’aurais jamais compris, le Ministère des loisirs.

Maintenant de moins, ton souvenir et ton exemple matérialisés dans la pierre restera vivant et dira aux passants et particulièrement à notre jeunesse qui doit rebâtir la maison, qu’il n’est pas de vie utile ni pleinement remplie, si elle n’est pas consacrée au travail et à l’amour du prochain.

avatar
Gérard Pambet

Messages : 34
Date d'inscription : 15/01/2013
Age : 87
Localisation : 55OOO Savonniere devant Bar

Revenir en haut Aller en bas

La stèle du DR GIGUET

Message  Admin le Sam 2 Fév - 9:39


Merci GÉRARD pour ce document unique à intégrer au Patrimoine Historique et à la mémoire de notre ville de Meknès. C'est un honneur que nous partageons tous à présent.
Ce serait bien si GÉRARD plaçait ici un portrait de son Père, le Dr PAMBET. Nous l'accueillerons aussi avec respect et fierté.

J'ai fouiné un peu partout sur le WEB pour dégotter la moindre photo représentant cette stèle qui se trouvait, à mon avis, au début et au milieu de l'allée de l'Esplanade GIGUET...

Merci au premier d'entre nous qui nous fera cette surprise...

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11504
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Sam 2 Fév - 11:12

Bonjour Gerard et merci de partager avec nous le discours de ton papa le jour de l' inauguration de la stele en souvenir du Dr. Giguet. Quel magnifique discours. J'ai aussi cherche a droite et a gauche une photo de la stele, mais rien et pourtant je l'ai vue quelque part, mais ou?? Nous finirons par trouver. Bonne journee.


avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17324
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re:Les hôpitaux,cliniques et santé publique

Message  MOLL Serge le Sam 2 Fév - 13:48

Mon cher Gérard
Maintenant je sais,grâce au discours de ton père, qui était le Docteur Guiguet.Tous les jours,pendant 1 an ,je passais devant sa statue pour regagner mon domicile.J'habitais rue Raymond Poincarré qui borde le ravin derrière la clinique Cornette.Mais tu sais quand on n'a pas encore vingt ans,on ne se pose pas trop ce genre de question sur ce que représente une statue.Je mesure aujourd'hui l'ampleur de ce désintéressement juvénile.
Merci beaucoup de nous avoir fait connaître ce docteur,ami de ton père qui lui aussi était sûrement une grande figure de notre bonne ville.Tu m'as dit,en ce qui concerne ton père,il avait quitté l'Armée pour servir les chemins de fer du Maroc.J'aimerais ,si tu le veux bien,nous parler de ton père,il a du me soigner quand j'étais tout jeune enfant ou entendu parler de moi par son confrère le docteur Guguiellemi.
Bien fraternellement
Serge
avatar
MOLL Serge

Messages : 4183
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 78
Localisation : Bedoin Vaucluse

Revenir en haut Aller en bas

DOCTEUR GIGUET

Message  Marie-Joëlle Cremault le Dim 3 Fév - 0:20

Merci Gérard PAMBET . Le Docteur GIGUET a enfin une reconnaissance chez "les jeunes Meknassis" de moins de 85 ans.
avatar
Marie-Joëlle Cremault

Messages : 526
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Gérard Pambet le Dim 3 Fév - 1:34

Mon cher Serge
Merci de ton message. Mon père a quitté l'armée en 1931 pour s'installer médecin civil à Meknes. Il était entre autre médecin au tanger-fez mais n'y allait que lorsqu'il était appelé. Autrement il avait une clientéle comme tous les autres médecins.
Je recherche des photos de l'époque.


avatar
Gérard Pambet

Messages : 34
Date d'inscription : 15/01/2013
Age : 87
Localisation : 55OOO Savonniere devant Bar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Admin le Dim 3 Fév - 1:35

Nous avons un petit dilemme...GHIS et moi avons recherché une photo de cette stèle qui est à présent introuvable sous ces premiers aspects. La photo ci dessous (prise récemment. Voir les bâtiments de la nouvelle bibliothèque au dernier plan...) ressemblerait à priori à celle de l'originale. Cette ancienne photo a pourtant été aperçue à une certaine époque...

Les inscriptions sont en arabe... D'où notre doute. !!! Allez, les plus anciens... dites nous ce que vous en pensez...!!!



_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11504
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

La stèle du DR GIGUET

Message  Admin le Dim 3 Fév - 5:27

... Le rond blanc sur cette photo pourrait désigner l'emplacement de la stèle... Merci au premier qui serait en mesure d'apporter plus de précisions...


_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11504
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Stèle du Dr Giguet

Message  Gérard Pambet le Dim 3 Fév - 5:56

Admin a écrit:... Le rond blanc sur cette photo pourrait désigner l'emplacement de la stèle... Merci au premier qui serait en mesure d'apporter plus de précisions...

Tu as tout à fait raison c'est l'endroit exact de la stèle.
Merci pour le travail que tu as fait pour moi. Petite rectification, le Dr GIGUET est mort en 1937 et mon père commence son discours par "voici 5ans..." donc l'inauguration de la stèle eut lieu en 1942.
avatar
Gérard Pambet

Messages : 34
Date d'inscription : 15/01/2013
Age : 87
Localisation : 55OOO Savonniere devant Bar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Marie-Joëlle Cremault le Dim 3 Fév - 6:17

Admin a écrit:
Esplanade du docteur Giguet, Esplanade du Zerhoun.

Deux noms pour définir une des plus belles places de Meknès. Les deux côtés de cette place ont à peine changé. A gauche l'ancien Institut des Jeunes Filles, et l'ancien Pensionnat Notre Dame, à droite la Clinique Cornette de Saint-Cyr, aujourd'hui Clinique Zerhoun.Cette place aurait été baptisée : Esplanade du docteur Abdelkrim El-Khatib (docteur de Mohammed V), Esplanade de la bataille de Boufekrane.


Mais André voici la carte de l'esplanade que tu nous avais postée. On y voit très bien la stèle.Il me semble plus exactement que le buste (tête) en bronze du bon docteur la surmontait.
avatar
Marie-Joëlle Cremault

Messages : 526
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Hôpitaux et Service de Santé Publique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 19 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum