Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Page 6 sur 18 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 12 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Grostefan Alain le Ven 27 Sep - 10:53

Aguelmous :la casbah


Dernière édition par Grostefan Alain le Ven 27 Sep - 11:36, édité 1 fois
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15531
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Ven 27 Sep - 11:21

Bonjour Alain,

- Il y a du courrier dans votre boite à lettre !!!
- Pourriez-vous, dans la mesure du possible, indiquer l'origine ou les références de vos belles illustrations ?

Cordialement.
J.
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Grostefan Alain le Ven 27 Sep - 12:58

jacques merlin a écrit:Bonjour Alain,

- Il y a du courrier dans votre boite à lettre !!!
- Pourriez-vous, dans la mesure du possible, indiquer l'origine ou les références de vos belles illustrations ?

Cordialement.
J.
Bonjour JACQUES
Je t'ai répondu par MP.
Amicalement.
Alain
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15531
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Sam 28 Sep - 22:57

Suite :

----------------------

Mercredi 1er janvier 1930 -

Combien je regrette de ne pas être auprès de vous pour vous souhaiter une bonne et heureuse année comme je le faisais tous les ans…

Un vilain temps, froid. Le paysage est féerique. Le Grand et le Moyen Atlas sont recouverts de neige et le soleil qui essaye de percer produit une grosse réverbération.

René est revenu à Khénifra vers 13h30, enrhumé.

Parti hier soir à 18h30, il est arrivé à Guelmouth* vers 23h30, après trois pannes !…
C’était parait-il dangereux…
Le Colonel J. a attrapé vertement le Capitaine de C. pour avoir laissé partir René avec seulement deux Moghaznis !

René m’a dit qu’un dissident aurait pu les avoir facilement… Imaginez s’il était arrivé quelque chose, la grosse affaire que J. aurait eue sur le dos…
Tout Khénifra l’a su et les langues battaient leur train…
C’est bizarre ce que dans ces petites villes, on fait des histoires.

Nous avons déjeuné : huîtres, asperges en conserve délicieuses, poulet. René avait bien froid.

Le Rallye n’a pas eu lieu car le terrain était trop trempé. Il est reporté à dimanche.


Vers 16 heures, revêtue de ma robe verte, je suis allée prendre Madame C. et nous nous sommes rendues chez Madame J.

Quelle réception ! Nous étions une soixantaine, quinze dames et des officiers : le Colonel, trois commandants, des capitaines et des lieutenants.
Dans l’immense hall d’entrée qui est tout en mosaïque, se trouvait une grande table dressée avec des coupes de champagne, (plus de 60 bouteilles…), des gâteaux, et, au centre, une immense jatte remplie de violettes et de mimosas.
La sœur de Madame C. et moi, avons aidé au service, ce qui n’était pas petite affaire, je vous assure !

Ensuite, nous avons dansé ; c’est la première fois où je me suis autant amusée ; les danseurs ne manquaient pas puisque seulement six femmes dansaient. De 16h30 à 19h30, je n’ai pas manqué une seule danse !  …Je ne faisais que m’asseoir et me relever…

René est venu plus tard. Après son équipée à Guelmouth*, il a effectué sa visite médicale… Il ne pouvait pas faire plus.
Quand il est arrivé, on l’a regardé telle une bête curieuse.
… C’est une Huile… Le Colonel et Madame étaient à ses petits soins : «…Docteur par ci, Docteur par là… », « Portez ces choux à la crème au Docteur Derennes » ordonnait le Colonel.
Ce qui est fort amusant, c’est qu’il y a 20 jours, ils se contraient formidablement…  Je crois qu’en allant voir les Jacquet, j’ai bien arrangé les affaires…
Tous les officiers ont été étonnés en voyant que René savait danser. Madame J. était aux anges car il l’a invitée deux ou trois fois… Enfin il a été gentil et, pour quelqu’un qui, à 14 heures ne voulait pas venir…, à 19h30, il se faisait tirer l’oreille pour en partir, le rhume oublié…

Je vous assure que je garderai de cette réunion un bon souvenir.

Les J. pour moi sont des gens charmants. Avant de partir, Mme J. m’a dit « Je compte sur vous, venez quand vous voudrez ! »

-------------
* Aguelmous

----------------------------

A suivre...
Jacques Merlin
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Admin le Sam 28 Sep - 23:58

Bonsoir,

- Mr Lucien Saint (1867-1938), élu Résident Général de France au Maroc en janvier 1929, signe sous son résidanat, le 1er janvier 1930, l'interdit séculaire qui pesait sur Agadir et sa région.
[Paul Zeys, Agadir, "Conflits immobiliers des Confins Sud-Marocains (1911-1932) "].


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11163
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Lucien Calatayud le Dim 29 Sep - 11:00

JACQUES


Toujours aussi émouvant et captivant ce journal. 
J'ai honte par ailleurs de confesser mon ignorance en ce qui concerne la vie du Père Peryguère dont j'ai seulement entendu parler. Beaux documentaires en tout cas qui font réfléchir.  Je ne saurais trop inciter celles et ceux de nos amis (es) qui n'ont pas ouvert les liens qui se trouvent tout en bas du journal de le faire, notamment le premier.  Tout y est résumé en images.  
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4159
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 87
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Dim 29 Sep - 14:04

Bonjour Lucien,

Très instructif, en effet.

Ce matin, j'ai reçu d'un honorable correspondant, trouvée dans les archives du 3ème REI, la photo du Colonel J. (Jacquet) hélas de dos, procédant à une remise de décorations au Cercle Zaïan :
Cordialement
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Lun 30 Sep - 9:10

Suite :

----------------------------

Vendredi 3 janvier 1930 -

Le soleil n’a pas paru depuis trois jours ; un petit vent souffle sans discontinuer, un vent analogue à celui de Montpellier, je ne sais si c’est la Tramontane ou le Simoun ?...

Nous n’avons pas reçu votre lettre cette semaine…
D’habitude, elle arrive le mercredi, très régulièrement ; cette semaine, macache ! C’est vraiment bête si elle s’est perdue.
Nous avons reçu une longue lettre de Guy et Gaby, la lettre de Guy est rigolote d’un bout à l’autre, vous les remercierez de notre part en attendant que je leur écrive.

Cet après-midi, je suis allée faire une visite à la femme d’un lieutenant des Affaires Indigènes ; ils sont du Midi de la France et comptent rester encore quelque temps au Maroc ; elle a été très gentille et m’a offert le fameux thé à la menthe.
Son salon est de style algérien car elle était à Alger avant de venir à Khénifra.
Son ameublement est tout à fait différent de celui des Marocains. On ne voit que des tentures et tapis de couleurs plutôt vives, tandis que le genre marocain est plus foncé.
Elle m’a montré un beau burnous blanc, qu’un Caïd lui a offert ; il est en soie.
Hier, à la Casbah, j’en ai marchandé un en laine 150f. En insistant, j’aurais pu l’avoir pour 125 ou 100.... Me conseilles-tu, ma chère Maman, d’en rapporter un ?
Sois gentille de m’envoyer l’adresse de Madeleine C. : je lui ai fait une carte, et n’ai pu l’envoyer faute d’adresse.

----------------------------

Samedi 4 janvier 1930 -

Toujours pas de lettre de votre part… elle doit être perdue, cela sera la première en tous cas.

Aujourd’hui, il y avait souk ; je suis allée y faire une apparition mais, craignant la pluie, je suis vite rentrée à la maison… d’ailleurs, il y avait peu d’indigènes ; entre temps, j’ai acheté des oranges, 0,25f /pièce ; elles sont de taille raisonnable et excellentes, vraiment très juteuses.

René est rentré assez tard de l’infirmerie indigène ce qui m’a laissé du temps pour préparer le déjeuner.

M., l'ordonnance, après les copieuses libations du premier janvier, a piqué hier un accès de palu.
Il avait des frissons et de la fièvre, aussi lui ai-je dit d’aller se coucher, ce qu’il a fait.
Les 120 francs que René lui a donnés (50 pour son mois + 50 =étrennes + 20 de moi) ont dû entièrement être liquidés en Pernods et Bergers ; c'est ce qu'il y a de malheureux avec ces légionnaires...

Hier après-midi, après avoir rangé la maison, je suis allée à l'infirmerie-ambulance téléphoner à Madame J. pour lui demander si je pouvais aller la voir.
Suite à son acceptation, vers 15h30, j'y suis allée.
J'ai trouvé Madame J. en combinaison rose, en train d'essayer des robes - « Je ne me gêne pas avec vous »... m'a-t-elle dit.
C'est effrayant le nombre incalculable de robes qu'elle possède... En cinq minutes, j'en ai vues peut-être quinze !
Elle m'a fait essayer sa belle robe de dentelles (groseille). Elle est très simple mais a beaucoup de chic.
Elle se fait habiller à Paris et dès qu'il y a une retouche à faire, elle l'envoie à sa couturière.
De sa chambre, nous sommes ensuite passées à la salle à manger où nous avons causé chiffons d'abord.
Mme C., épouse du capitaine, adjoint de J., nous a rejointes. On laisse entendre qu’elle joue le rôle d'espionne et fait une lèche insensée auprès de « la colonelle »…
Madame J. a tapé sur certaines femmes d'officiers qui, à Khénifra, jouent aux « Grandes Dames », en particulier sur Madame de C. (fille d'un médecin d'Alger)…
« Elle est puante », a-t-elle ajouté.
Etc., etc. !

Vers 17 heures, les ordonnances ont servi le thé avec gâteaux secs et madeleines.
Nous avons poursuivi notre ouvrage, et vers 18 heures, je me suis retirée.

En arrivant, j'ai trouvé René, et Peney qui venait de rentrer de Guelmouth* dans l'auto du Pacha ; inutile de vous dire qu'il en était légèrement fier...
Il commence à trouver que les tournées sont fatigantes ; auparavant il n'avait jamais fait de cheval et maintenant, à chaque fois il s'applique 100 à 150 km...

René est en bonne santé, son rhume n'a pas eu de suite et sa gale s'est éclipsée comme par enchantement, maintenant, on ne le voit plus se gratter, cela en était presque devenu légendaire...

Je vais m'arrêter pour aller porter ma lettre à la Poste.
J'espère que vous êtes tous trois en bonne santé, malgré votre long silence...
Le troisième colis (robe et Jaipur) n’est pas arrivé. Il s'est aussi perdu, semble-t-il ?

En attendant le plaisir de vous lire, recevez de bons baisers.
Odette

-------------
* Aguelmous

--------------------

A suivre...
Cordialement.
J. Merlin
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  HUGUETTE ROMERO le Lun 30 Sep - 10:52

BONJOUR  JACQUES....

 MERCI.... DE  LA  LECTURE  EN  RETARD ...  A  MON    RETOUR  DU  MAROC.

 HUGUETTE 
avatar
HUGUETTE ROMERO

Messages : 3835
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 74
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Admin le Mar 1 Oct - 13:50

Bonjour Jacques,
Encore deux belles pages où, entre deux affaires courantes de la vie quotidienne en 1930 au Maroc, on parle chiffons et histoire féminine entre femmes "chics", petits soucis de santé inhérents à l'époque et à la région...
Ecriture simple et nuancée, toujours aussi très agréable à suivre...


Dernière édition par Admin le Mer 9 Oct - 16:09, édité 2 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11163
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Mar 1 Oct - 14:58

Bonjour à Toutes et à Tous,

Suite :
--------------------

Dimanche 5 janvier 1930 -

Toujours le mauvais temps.
Après un mois et demi de beau temps que nous venons de passer. Du coup, la correspondance ne se fait plus entre Meknès et Khénifra, depuis quelques jours, le plateau d’Ito est recouvert de neige, empêchant par suite, toute relation entre ces deux villes.
Pas de courrier depuis cinq jours, ni le paquet attendu.

Cet après-midi, je ne suis donc pas sortie, j’ai lu jusqu’à 17 heures.

Peney et René sont venus me chercher pour aller prendre le thé chez l’indigène qui nous avait invités à la dernière diffa.

Un temps de chien ! La boue nous empêchant de progresser aisément !

Il nous a reçus dans sa salle à manger, qui lui sert aussi de chambre à coucher.
Sur différents plateaux étaient disposés des verres et théières (verres de couleur qui valent 30 francs* pièce), sur d’autres plateaux : biscuits à champagne, amandes et noix dépourvues de coquille.
…Qu’est-ce que j’ai mangé comme amandes !
Entre temps, il nous servait le thé qu’il a préparé devant nous ; la cérémonie pour préparer le thé est tout à fait curieuse.
Il était accroupi comme nous, sur coussins et tapis, à la façon des tirailleurs.
Toutes les dix minutes, il prenait notre verre vide pour le remplir à moitié, ce qui fait qu’en deux heures, j’ai bien dégusté une dizaine de verres !




Il a offert à René un brûle-parfums, je vous l’ai dessiné tant bien que mal – René le soignant à l’infirmerie indigène – il voulait même lui offrir une table style marocain, mais René ayant la même, il l’a déclinée.

Nous lui avons demandé son âge.
Dans ce pays, les gens ont une autre notion du temps, et des vieillards qui ont au moins soixante-dix ans, vous diront très sérieusement qu’ils en ont quarante – ils fixent leur naissance par rapport à un grand évènement ; ainsi il nous a affirmé « Ma mère m’a dit que j’étais né deux ans après la mort du Grand Marabout X ». Voila leur façon de compter ; un autre dira « Je suis né l’année où il y a eu l’épidémie des vaches… », Un autre « l’année où il y avait des oranges en pagaïe »… etc.

Leur fête religieuse va bientôt avoir lieu – ils jeûnent tous les jours pendant un mois, c’est le Ramadan – huit minutes après le coucher du soleil, on dit huit minutes pour être certain qu’il est bien couché, ils poussent tous un hourrah de joie et se précipitent sur les aliments ; ils doivent avoir faim, n’ayant ni mangé, ni bu toute la journée.

J’ai assisté à leurs prières, ils s’agenouillent n’importe où, tournés vers l’Orient, c'est-à-dire vers la Mecque et baisent la terre en invoquant Allah.
Avant de pénétrer dans la Mosquée, les indigènes se lavent la tête, figure et oreilles avec l’eau placée à proximité, dans une terrine prévue à cet effet.
S’ils n’ont pas d’eau, ils simulent ces gestes, de façon à rentrer purifiés dans le saint l
ieu.

Quand nous sommes rentrés, peu après 19 heures, il s’est mis à pleuvoir à torrent ; un Arabe nous a accompagnés avec sa lampe à acétylène, c’était prudent, car je crois que, vu la nuit noire, sans lui, j’aurais pris plus d’un billet de parterre.
Nous n’avions pas faim et n’avons pas fait grand honneur au dîner préparé pas M. (le légionnaire).

----------
* 17 euros !
-------------------------
A suivre...
Jacques Merlin
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Lucien Calatayud le Mar 1 Oct - 16:15

JACQUES


La lecture de ce journal nous prouve que les coutumes "indigènes"  des campagnes n'ont guère évoluées avec le temps. Je remarque aussi que certaines expressions ont disparu. A l'exemple de "prendre plus d'un billet de parterre". De nos jours on dirait: " se prendre ou se ramasser  une bonne bûche" ou encore " "je me serais étalée par terre" et combien d'autres expressions de ce genre dont certaines sont  bien moins élégantes; telle que " se casser la g.... " Celle utilisée par ta maman est tout à fait imagée et bien plus amusante que celles que nous utilisons ordinairement. Mais ai-je bien compris l'expression?Very Happy
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4159
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 87
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Mar 1 Oct - 16:37

Suite :

---------------------

Lundi 6 janvier 1930 -

Aujourd’hui, mauvais temps…
Un vent inimaginable ; aussitôt sorti, on est suffoqué !

Vert 10 heures, René est parti en auto, passer en revue, à 80 kilomètres de Khénifra, des soldats qui font chaque jour de longues marches et pour vérifier s’ils sont susceptibles de les faire.
Nous avons donc, le Dr Peney et moi, déjeuné seuls.

Profitant d’une petite éclaircie, je suis allée me promener ; en chemin, j’ai croisé un Arabe, qui, malgré la pluie et surtout la boue, se prosternait à terre, face à l’Orient, pour faire sa prière. Ils sont très pieux et baisent à répétition la terre…

A son retour, j’ai demandé à René s’il y avait du courrier ; il m’a répondu que non. Je commençais à pousser un Oh ! de déception, quad il a extrait de sa poche toute une liasse de lettres, dont une des vôtres postée le 29, et qui a donc mis sept jours ! Une carte-lettre insuffisamment affranchie arrivait par bateau, sur une autre lettre F.M. n’était pas lisible, sur une autre, encore, le timbre rouge « Par Avion » avait été arraché.

Merci mille fois pour vos bons vœux.
Merci à Lilly, pour sa longue et intéressante lettre. Quant à toi, ma chère Maman, nous espérons que tes rhumatismes se sont envolés ; c’est dommage que vous n’ayez pas eu de soleil à Castelnau ; nous, nous en sommes aussi privés depuis quelques jours – On appréciera mieux celui qui viendra.

Avec votre lettre il y avait
- une carte de Cécile D. qui écrit « Ici, toujours le beau temps ; avec de nouvelles connaissances, je joue au tennis chaque jour
– Le soir on danse, Narbonne m’apparaît maintenant sous un jour très favorable »,
- une lettre de Cora pour René et une pour moi,
- une longue lettre d’O. S.,
- une lettre de Pépé,
- une lettre de L.R. qui me dit qu’elle se prépare pour le mariage de Jeanne W.
- une lettre de Tonton Auguste : tout à fait aimable à la fin « votre oncle qui vous aime ».
Rien de mon parrain, de Mesdames C. et B. ; tâchez de savoir auprès de ces dames, si elles ont reçu mon mot ?
J’ai écrit une lettre à J.-J., ainsi qu’à R.


--------------------------

Mardi 7 janvier 1930 -

Le temps a l’air d’aller mieux ; cependant, il fait froid ; l’air est vif, bon, cependant pas aussi vif qu’en montagne.

Peney est parti en tournée, aussi déjeunons-nous seuls René et moi.
René vient de me dire que ce soir, nous sommes invités chez le Lieutenant C. ; comme c’est la deuxième fois et que j’y ai déjà pris plusieurs thés, nous avons décidé de porter une boîte de bonbons aux deux gosses ; ce sera ainsi moins gênant. René les soigne et a été dérangé, je crois, par eux bien souvent…
Je mettrai ma robe bleue à petites fleurs ; ce sera la première fois ; c’est bizarre, je ne la gobe pas beaucoup.

Le paquet n’est pas arrivé. Peney qui attend aussi deux paquets de France ne les a pas reçus non plus ; il doit y avoir du retard partout.

René est rentré vers 17 heures avec tout un tas de lettres et le paquet contenant le portefeuille. Merci ma chère Lily mille fois.

Parmi les lettres, il y en avait deux de votre part, envoyées par bateau et qui contenaient différentes lettres. Il y avait en plus, une lettre de Madame C., fort gentille, et une carte de Gillette qui doit sûrement me croire à l’agonie car elle écrit : « Es-tu bien à Khénifra ? T’y portes-tu bien ? Il est vrai que si tu étais malade, René serait avec toi…».

Vers 19 heures, nous sommes partis René et moi chez les C., avec deux boîtes de bonbons, fort jolies et qui contiennent des bonbons très fins. Seule manque la quantité… Enfin, on ne peut pas tout avoir…
Ils ont été vraiment touchés et m’ont offert en partant un énorme bouquet de violettes.
Il y avait avec nous le Lieutenant M., (lieutenant des spahis) en tenue rouge et burnous, et le Capitaine J., un Landais.

Le dîner a été très bon, nous avons mangé du sanglier ; c’est vraiment bien bon…

Après, nous sommes passés au salon où nous avons pris cafés ou infusions, agrémentés de bonnes cigarettes, au son de tangos et foxtrots joués par un phono épatant.

Le Capitaine J. nous a raconté ses trois ou quatre évasions effectuées pendant la Grande Guerre, comme prisonnier en Allemagne. C’était tout ce qu’il y avait de plus intéressant, c’est inimaginable quand on y pense….

-------------

A suivre...
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Admin le Mar 1 Oct - 16:39

Expression bien comprise LUCIEN...:

"Prendre un billet de parterre" ...Signification: tomber, faire une chute...
Origine:
Cette expression française a pris la suite de l'expression " faire un parterre" qui signifiait depuis le XVIIème faire une chute où le terme parterre prend à la fois le sens de sol et la partie d'un théâtre qui se trouve au rez-de-chaussée face à la scène et qui jusqu'au XVIIIème siècle, dénotait un emplacement populaire où le public restait debout.

"Prendre un billet de parterre" est une expression française passée de mode et ne semble plus avoir cours de nos jours. Elle est remplacée par des expressions françaises plus amusantes comme "se ramasser une gamelle" ou "se manger un trottoir"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Admin le Mer 9 Oct - 16:11, édité 1 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11163
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Grostefan Alain le Mar 1 Oct - 17:34

LUCIEN - ANDRE
On a aussi l'expression "se ramasser une pelle" (et non pas "rouler une pelle:D )
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15531
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Grostefan Alain le Mar 1 Oct - 17:45

Lors de la prière les musulmans ne baisent pas la terre. Lorsqu'ils se prosternent, le front (et éventuellement le nez) doivent toucher le sol. A force de prier, une tache apparaît parfois sur certains individus. Cette tache porte le nom de "dinar" à cause de sa ressemblance avec une pièce de monnaie. Celui qui a une telle tache n'est pas pour autant plus pieux que les autres. C'est seulement sa peau qui est plus fragile.

avatar
Grostefan Alain

Messages : 15531
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Mer 2 Oct - 3:22

Je me demandais ce que la maman de Jacques voulait dire dans sa lettre du 5 Jan 1930 avec cette phrase " j'aurai pris plus d'un billet de parterre" et merci Andre/Alain/Lucien d'avoir explique.
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17015
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 76
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Mer 2 Oct - 8:40

Bonjour à Toutes et à Tous,

Deux lettres !

-------------

Mercredi 8 janvier 1930 -

Une belle journée.

Ce matin, je me suis levée à 8 heures pour aller à la messe à 8h30.

Quand Madame B. et moi sommes arrivées dans la chambre du Père, nous avons entendu un «Ite missa est» qui nous a indiqué que nous étions arrivées pour éteindre les bougies…!
Madame B. avait mal compris : la messe est pour demain !

Le Père a pris l’habitude de dire la messe dans sa chambre d’hôtel - un soldat lui sert d’enfant de chœur. Son lit n’était pas fait.
Je lui ai dit que s’il avait besoin de moi pour faire le catéchisme, je me mettais à son entière disposition. Il a accepté bien entendu.

En rentrant, j’ai vaqué à différentes occupations et vers 11h30, le véto est venu me porter son Kodak (qui vaut au moins 800 francs).




Il m’en a montré le maniement et maintenant, je peux dire que j’ai compris. Pendant qu’il était là, un Asces est venu porter une lettre du Lieutenant C. disant qu’il avait besoin d’aller régler une affaire de terrain entre indigènes, qu’il devait partir vers 13 heures en auto, avec sa famille et qu’il y aurait une place pour Mademoiselle Derennes… Bien entendu, j’ai accepté.

Nous sommes donc partis vers 13 heures. A côté du Lieutenant, il y avait un moghazni, derrière, Madame C., sa sœur, les deux enfants et moi.
Ils ont une conduite intérieure Chevrolet très confortable.




Nous avons suivi une piste pas trop mauvaise, l’auto avait peu de secousses.
Tout le long, il y avait des troupeaux de moutons, des Arabes à dos de mulets ou d’ânes.
A un certain endroit, nous avons traversé un paysage chaotique ; nous nous sommes arrêtés dans un endroit appelé « Roche percée » parce que là, la montagne présente une grosse fente.
J’ai pris deux photos et j’espère bien qu’elles seront réussies.





Nous avons continué la piste toute sillonnée de douars et de refuges. Les Arabes ne circulent que le fusil sur l’épaule, mais on est tellement habitué que l’on n’y fait plus attention…
En arrivant, le Lieutenant C. est allé régler le différend, pendant que sa belle-sœur et moi faisions la chasse aux petits oiseaux : ce sport me plait beaucoup et peut-être y deviendrai-je très calée. A un moment, j’étais en train de viser un oiseau quand, d’un taillis, est sorti un énorme lièvre qui est passé entre mes jambes… J’étais syncopée et tellement bien que j’en ai manqué lièvre et oiseau…
Le Lieutenant C. est arrivé avec une dizaine d’Asces et deux énormes lièvres.

Avant le départ, j’ai photographié tout le monde : Les C., les Asces, moi et …le gibier !
Il me tarde de voir ce que cela donnera.

René est rentré ce soir avec une carte de visite de Pauline D. « Avec mes meilleurs vœux pour René et pour toi» et une gentille lettre de Madame B.. Rien des M.... - Ont-ils reçu ma longue lettre ?

---------------

Jeudi 9 janvier 1930 -

Une belle journée, cependant assez fraîche, ce qui ne m’empêche pas d’aller travailler dans la cour, en taille.

Je suis allée ce matin à 8h30 à la messe dite par le Père, dans la salle à manger de l’hôtel de France ; il y avait Madame B., la dame du foyer du soldat et moi ; l’autel était plus que primitif, les burettes étaient représentées par des flacons de pharmacie.
Je n’ai jamais suivi peut-être une messe avec autant de recueillement.
A la fin, le Père s’est confondu en excuses et m’a dit «Je ne savais pas que vous étiez la sœur du Médecin-Chef, etc. »
Nous avons convenu, pour le catéchisme, que j’irais dimanche à l’hôtel de France vers 14 heures.
Jusqu’ici, nous avons huit gosses et notre première besogne sera de leur apprendre la prière ; aucun ne sait ni le « Notre Père » ni le « Je vous salue » et pourtant, ce sont des gosses de Français…!

Cet après-midi, je suis allée chez Madame C. avec mon ouvrage. Bien entendu, elle m’a offert le thé, dans tout Khénifra, c’est la règle.


----------------------

A suivre...

Cordialement.
Jacques Merlin


Dernière édition par jacques merlin le Ven 4 Oct - 17:33, édité 1 fois
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Grostefan Alain le Mer 2 Oct - 18:23

Khénifra vue de Taabit[/size]
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15531
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Admin le Mer 2 Oct - 21:53

...

Ces 2 photos datent des années 1920 à 25.... Khénifra, la roche percée...


Dernière édition par Admin le Mer 9 Oct - 16:12, édité 1 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11163
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Ven 4 Oct - 18:05

Bonjour à Toutes et à Tous,

Suite :

----------------------

Vendredi 10 janvier -
Samedi 11 Janvier 1930 -


Une journée merveilleuse.

Ce matin, j’ai lavé avec beaucoup de soin le gilet de laine de René ; il en avait rudement besoin… René a pris un bain sulfuré pour sa gale (qui disparaît progressivement) et voulait donc porter des vêtements propres.

A 11 heures, je suis allée au souk, vu le temps. Il y avait beaucoup d’officiers et quelques femmes d’officiers, toujours bien entendu au rayon des tapis…
J’avais emporté l’appareil pour prendre des photos ; j’ai pris un groupe de gosses, les femmes consignées sanitaires, une mère et son gosse, un ensemble du souk, puis, vers 14 heures, Peney, l’ordonnance et le chien et ce matin, la famille C., le Véto et René.

L’après-midi, je me suis aperçue à mon grand malheur que j’avais tout gâché…, ayant refait servir le même film deux fois…! Vous voyez la malchance !
Les photos du souk, je les aurai de nouveau un autre jour, mais les trois photos que j’ai prises avec les C. à la Roche Percée sont gâchées. C’est bien dommage, elles auraient été, je crois, très jolies.
Ces débuts en photo, je n’en suis pas bien fière…

Vers 16 heures, je suis allée chez Madame B. (épouse du capitaine des Spahis).
Nous avons travaillé et causé longuement. Bien entendu, thé servi par sa petite fatma.
Madame B. est la plus sympathique des dames que je connaisse à Khénifra.
Vers 17 heures, son époux est arrivé. Il m’a demandé quand René partait. Je lui ai répondu qu’il était libérable le 15 février et qu’à cette époque, nous quitterions Khénifra.
Il m’a répondu « C’est bien ennuyeux, car le Lieutenant M. (Spahis) et moi, envisageons d’organiser un bal travesti - Enfin, je vais m’arranger pour qu’on le donne avant votre départ ».
C’est bien gentil de sa part. Il est vrai que les jeunes filles européennes sont plutôt rares…

Je voudrais donc que vous m’envoyiez, si cela est possible, le travesti complet de Lily « As de cœur », plus mes escarpins noirs, les bas, car je n’aurai rien autrement à me mettre aux pieds.
Si cela doit vous déranger trop, tant pis, j’y renoncerai.
En tous cas, mille excuses par avance.

J’espère, chère Maman et cher Tonton que vous êtes tous deux en bonne santé, de Lily, je n’en parle pas car je pense qu’elle va toujours bien.
Je voudrais bien que vous soyez près de moi pour jouir du beau temps au mois de janvier, ainsi, hier après-midi, je suis sortie en taille avec ma robe jaune ; Mesdames C. et J. ont trouvé cette robe des Dames de France (195 francs) fort jolie… et se sont extasié.

Maman nous dit, mon cher Tonton, que tu as beaucoup de travail, tâche de ne pas trop te fatiguer afin que nous te trouvions en bonne santé à notre retour.
René, lui, a beaucoup de travail, surtout quand Peney est en tournée. Autrement, sa santé est bonne. Il compte les jours… - en ce moment, il ne fait que répéter : « Un mois au jus ! »

-------------------


Dimanche 12 janvier 1930 -

Je finis ma lettre. A dix heures, messe dans l’infirmerie-ambulance. Je vais donc vous quitter pour aller poster cette lettre.
Pouvez-vous m’envoyer les travestis le plus tôt possible.
Je vous embrasse pour René et pour moi mille et une fois, ainsi que Guy, Gaby, Lily.
Odette



Aujourd’hui, dimanche, nous avons eu une journée très ensoleillée et surtout très chaude.
On suait presque à grosses gouttes.

La messe s’est déroulée dans le réfectoire de l’infirmerie-ambulance.
J’étais avec le Capitaine B. et sa femme. Il y avait peu de monde, pas un soldat, seulement des officiers. Le Père en a fait la remarque et a trouvé que sur 800 âmes que comportait le Poste de Khénifra, c’était un peu surprenant…

A déjeuner, il y avait un bon gigot de mouton. Nous n’en avions pas mangé depuis deux mois…
Avant-hier, Madame C. m’a donné un rôti de sanglier.

Hier matin, l’Ingénieur des Travaux Publics puis, quelques minutes après, son chauffeur, apportaient, chacun, un rôti de sanglier !
La chair de cet animal est épatante ; elle est tout à fait analogue au porc.

Aujourd’hui à 13 h 30, je suis donc allée à l’Hôtel de France, pour y faire le catéchisme à la dizaine de gosses qui m’attendaient.
Le Père est arrivé et m’a invitée à me joindre à lui pour boire une coupe de champagne en compagnie d’officiers qui prennent pension à l’hôtel ; j’étais un peu intimidée, heureusement que j’en connaissais quelques-uns. Ensuite, le catéchisme a eu lieu : six enfants préparent leur première communion.
On compte bâtir sous peu une église ; le Père m’en a montré l’emplacement.
Le catéchisme doit avoir lieu deux fois par semaine, les jeudi et dimanche à 13h30.
Les gosses ont l’air d’avoir envie de travailler ; parmi eux, il y a des enfants d’officiers.

------------------


A suivre...
Cordialement.
J. Merlin
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  HUGUETTE ROMERO le Sam 5 Oct - 18:18

BONSOIR.

JACQUES.

MES  PARENTS  POSSEDAIENT  AUSSI  UN  APPAREIL  KODAK ...........  LE  PAREIL.... QUE  SUR  TON  MESSAGE

2 OCTOBRE 8H40

MERCI  POUR  TES  BELLES  LETTRES ...
avatar
HUGUETTE ROMERO

Messages : 3835
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 74
Localisation : PONTAULT COMBAULT 77

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Lucien Calatayud le Sam 5 Oct - 18:50

HUGUETTE
Rendons à César ce qui appartient à César.Very Happy 
Ce ne sont pas des lettres rédigées par la main de Jacques mais par celle de sa maman. C'est ce qui fait tout à la fois leur charme et leur intérêt.
De belles lettres en effet  comme chacun de nous aurait aimé en découvrir dans un grenier.  
Rendons donc grâce à notre ami pour nous faire partager cette intimité.
Encore un grand Merci Jacques! 
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4159
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 87
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 18 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 12 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum