Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Page 5 sur 18 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  CONRAD-BRUAT Xavier le Mar 17 Sep - 19:24

Tant que ce n'était pas ces dames (plutôt ces demoiselles) qui se gavaient de quinine dont d'aucuns connaissent les effets spéciaux (Question)... Very Happy 
avatar
CONRAD-BRUAT Xavier

Messages : 6840
Date d'inscription : 12/09/2012
Age : 77
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Mer 18 Sep - 7:45

Bonjour,

Suite :


-----------------

Vendredi 20 décembre 1929 -

Le temps s’est beaucoup rafraichi, aussi, ce matin, j’ai arboré mon jupon de laine ; mais avec le soleil, la température est tout à fait supportable : on pourrait presque sortir encore en taille – ce qu’il y a d’agaçant, c’est ce petit vent sec et froid qui souffle sans discontinuer. Enfin, il ne faut pas trop se plaindre, quand on imagine le temps que vous devez avoir en France…

L’urticaire de René va mieux. Il est persuadé que c’est l’acide salicylique contenu dans la bière, qui lui provoque un choc dans l’organisme. Des demis, il en prenait tous les jours.
Depuis hier, il va mieux.

Je pense que le Père de Kebab viendra nous confesser pour la Noël.
La femme du Capitaine S. m’a dit qu’il était de Bordeaux – De plus, c’est un grand ami de Mandel et par suite de Feu Georges Clémenceau. Il parait qu’il se fait la cuisine pour trois jours ; vous devez penser ce que cela doit être – Les Pères gagnent bien le ciel pour eux et pour les autres.

Après déjeuner, nous sommes allés nous promener avec Peney, le long de l’Oued.

On construit des résidences pour les militaires et leur famille. Il est assez probable que Michel, le successeur de René, venant de se marier, en ait une.

René est rentré ce soir très tôt, pour rédiger ses vœux de 1er de l’An ; ainsi, demain, tout sera posté.

J’ai reçu une très gentille lettre de L. R.
De même, Madeleine S. m’a envoyé une longue lettre toute parfumée. René lorsque le courrier lui a été remis, s’est demandé « quelle était donc la femme de luxe qui lui écrivait » ! Elle avait glissé dans sa missive un sachet de parfum Houbigant.



----------------------

Samedi 21 décembre 1929 -

Aujourd’hui, il fait froid, mais quand même, nous avons un bon soleil.
Ce matin, jour de souk ; j’ai rencontré Mme J., je lui ai dit que j’irai la voir cet après-midi, avec mon ouvrage (crochet).
Y sera, je crois, la femme d’un capitaine.
Je vais donc me disposer à y aller et à vous envoyer ma lettre afin qu’elle puisse partir demain matin.

Veuillez remettre ce papier à Wanda quand Lily la verra – elle en sera bien contente puisqu’elle en fait collection.

A bientôt le plaisir de vous lire.
Je vous embrasse tous pour René et pour moi.
Odette

----------------------------
A suivre...

Cordialement.
J. Merlin
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Admin le Mer 18 Sep - 9:08

1925 - Le souk à Khénifra

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11333
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Grostefan Alain le Mer 18 Sep - 15:31

Zone d'insécurité
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15645
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Jeu 19 Sep - 8:35

Bonjour à Toutes et à Tous,

Suite :


-----------------------------

Dimanche 22 décembre 1929 -

Aujourd’hui, il pleut : une pluie très fine qui ne durera pas, je l’espère.
Khénifra est tout changé et vraiment, on ne peut s’y habituer après cette série de beaux jours.

Hier soir, je suis allée chez Madame J. avec mon ouvrage.
J’y ai trouvé la femme du Capitaine C. (adjoint du Commandant J.) : femme grande, très distinguée, oxygénée et très élégante.
En arrivant, je lui donnais trente ans alors que, par la suite, elle nous a dit qu’elle avait un fils de quinze ans et une fille plus âgée, je crois. Elle est venue à Khénifra retrouver son mari et semble intime avec Madame J.

Il y avait aussi la femme d’un lieutenant et Madame H. (femme de l’Ingénieur des Travaux Publics).

Nous avions toutes notre ouvrage. On a servi le thé accompagné, entre autres, de beignets de pommes confectionnés par le cuisinier de Madame J., un indigène qui lui fait la cuisine très bien.

Madame Jaquet nous a montré sa fameuse robe de dentelle (couleur groseille), qui est fort jolie. Elle compte la porter pour les cinq galons du Commandant.

Nous avons causé de choses et d’autres ; vers 18h30 nous nous sommes retirées. Il faisait nuit.
Le Commandant et Madame ont voulu me faire raccompagner.
Avant de se quitter, elle nous a montré les différents jouets dont elle décorera l’arbre de Noël.
Elle nous a fait visiter sa chambre, la salle à manger et les cabinets de toilette. Ce sont de fort belles pièces, très spacieuses, dont l’ameublement essentiel consiste en tapis de toutes sortes.

Elle m’a aussi invitée à venir le jour de Noël à la distribution des jouets ; ensuite, on dansera.
J’irai probablement et je mettrai ma robe verte.

En rentrant, je me suis mise à cuisiner des croquettes de morue en suivant une recette. Elles étaient parait-il excellentes. Monsieur Peney a cru que c’était des petits poissons… On l’a bien fait marcher pendant cinq minutes. Il a reconnu à la fin que c’était bien des croquettes de morue…

Ce matin, René a été appelé auprès du Commandant J. à qui le Cercle crée de continuels embêtements dans le service.
Ce n’était qu’au sujet de Peney, pour arrêter les jours où il devait se rendre en tournée.
René s’est montré plus calme que la dernière fois et a expliqué à J. ce qu’il lui semblait le mieux convenir.

A midi, nous avons déjeuné seuls René et moi, le Dr Peney était invité en ville.

Je leur ferai des crêpes avec de la confiture, ce soir. Je n’ose pas me lancer dans d’autres crêpes car j’ignore complètement la consistance que doit avoir la pâte…
La recette de la morue était en revanche très bien indiquée.

René, le filou, sans me le dire, il y a quelques temps, avait écrit pour me faire obtenir le voyage de retour « à l’œil ». Je vous envoie dans une autre lettre la réponse. C'est bien fait pour lui...…
Odette

----------------


A suivre...
Cordialement.
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Lucien Calatayud le Ven 20 Sep - 13:57

Admin a écrit:Je reprends ces lignes ...:
"Il parait, expression de René, "qu’ils carottent la brute"* ; ainsi, pour avoir 40° de fièvre, ils fument de la quinine ! Ils ont je crois, grand nombre de tours dans leur sac. L'ordonnance de René, qui est à la coule, nous en a racontés quelques uns…"

L'expression "Carotter" sur quelque chose ou quelqu'un est connue, mais fumer de la quinine pour simuler la fièvre, moi, non...!!!
  Laughing 
JIMMY 
Je reviens sur ce post que j'ai loupé.
En Arabe, carotté voulait ou veut encore dire rusé. L'origine: la ville du Caire dont ils prétendent  les habitants  calculateurs et roublards.  Ils les désignent du nom de  cairottés.
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4318
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 87
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Ven 20 Sep - 16:20

Bonjour Lucien,

Fumer du tabac mélangé à de la quinine, ne fait pas non plus partie de ma culture, mais ça ne s'invente pas...
J'ai découvert ce lien :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

il faut y faire une recherche sur le mot "quinine"...

Cordialement.
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  CONRAD-BRUAT Xavier le Ven 20 Sep - 17:12

En bas de l'avant-dernière page.
avatar
CONRAD-BRUAT Xavier

Messages : 6840
Date d'inscription : 12/09/2012
Age : 77
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Sam 21 Sep - 9:20

Bonjour à Toutes et à Tous,

Et une douzaine d'huitres, une !
Suite :

-----------------

Lundi 23 décembre 1929 -

La pluie a cessé et de nouveau le soleil brille.

Hier soir, les crêpes étaient bonnes, mais j’ai mis un temps fou pour les cuisiner.
Sur cette cuisinière je n’en ai fait qu’une toutes les cinq minutes !

A midi, œufs béchamel, René les a trouvés épatants ; il est vrai que la sauce était bien meilleure que la première fois, peut-être parce que plus salée et poivrée.

Nous sommes allés ensuite nous promener le long de l’oued, puis j’ai accompagné René à l’hôpital. On lui a remis votre paquet, ma chère Maman.

Nous imaginions bien qu’il contiendrait un pâté de foie et déjà René avait fait des châteaux en Espagne…
Nous n’avons pas été déçus et avons été tous les deux contents. René n’a pas dédaigné les bretelles. Il a aussitôt tombé la veste et les a mises ; elles étaient les bienvenues ainsi que les tire-chaussettes, car ces articles lui faisaient grand défaut ou étaient en piteux état.

Nous mangerons le pâté de foie le jour de la Noël ou du 1er de l’An avec Peney et le Véto.


----------------

Mardi 24 décembre 1929 -

Aujourd’hui est jour de bombance.

De l’infirmerie, M. (l'ordonnance) nous a apporté de bonnes choses : des huîtres, poires, raisins, deux énormes pâtés de viande, deux tranches de jambon d’York qui, à Bordeaux, coûteraient bien 10 Francs !
Je fais garder pâté et jambon pour vendredi, pour notre montée à la Table Zaïane.
Pourvu que cela ne soit pas trop fatiguant et surtout qu’il fasse beau.

Hier soir, j’ai raccommodé la culotte de chasse de René qui se déchirait en différents endroits. Demain, je lui nettoierai son uniforme, pour qu’il soit présentable le premier janvier, quand nous irons présenter nos vœux aux Commandants J. et C..

Je vais m’arrêter d’écrire pour aller repasser ma robe verte afin de l’avoir nette demain.

-------------------

A suivre...
Cordialement.
J. Merlin
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Admin le Dim 22 Sep - 23:18

Bonsoir Jacques, je suis Gisèle l'épouse d'André.  Je lis ce journal très attentivement, merci pour ces lettres si attachantes. J'attends toujours avec impatience les suivantes.

Vous avez un trésor dans vos archives. Amicalement. Gisèle


Dernière édition par Admin le Mer 9 Oct - 16:15, édité 1 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11333
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Grostefan Alain le Lun 23 Sep - 9:23

Khénifra. Le bureau de A.I.
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15645
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Lun 23 Sep - 10:22

Bonjour à Toutes et à Tous,

Suite :
-------------------

Mercredi 25 décembre 1929 -

Je reprends ma lettre ce matin. René est venu hier soir avec la boîte de bonbons.
Ils sont exquis et nous vous en remercions beaucoup tous les deux ; je vous assure que cela nous a fait énormément plaisir.

Cet après-midi, j’irai chez les J.
Ce soir, le Véto se joindra à nous pour déguster le pâté de foie.


A mon grand étonnement, nous n’avons pas eu de messe ; c’est vraiment extraordinaire pour un jour de Noël…

Après le déjeuner, vers 15h, je me suis habillée pour aller chez les J., pour la distribution des jouets de l’arbre de Noël.

En arrivant, je suis restée dans le hall, un peu éblouie par les gens, les enfants et les lumières.

Madame (en robe bleu nattier, plus longue derrière que devant) et le Commandant, m’ont reçue très gentiment.
Je suis allée saluer les différentes femmes d’officiers que je connaissais.
Comme partout, il y a des jalousies. Étaient seulement présents les enfants des officiers et des civils. Les sous-officiers ayant décidé d’organiser un arbre de Noël, de leur côté.
Peu après mon arrivée, la « Commandante » » a procédé à la distribution des jouets. Quand tous les gosses ont été servis, le Commandant est venu m’offrir (car j’étais la seule jeune fille de l’assemblée) une poupée représentant un petit chinois articulé, très amusant, à la tête de fine porcelaine, et qui ferme les yeux. Il me servira de bibelot pour ma chambre.

Ensuite toutes ces Dames, sont passées dans la salle à manger. Nous nous sommes assises pour déguster un délicieux goûter.
Je vous assure que l’on ne se serait jamais cru dans le bled. Le cuisinier s’était surpassé : moka, plum cake, galettes, petits fours, truffes au chocolat et comme boissons chocolat ou thé.
J’ai aidé Madame J. à faire le service.

Les réceptions données dans cette maison sont vraiment épatantes, avec toutes ces pièces immenses de style marocain, en enfilade - c’est un peu féerique.

Vers 17 heures, on nous a distribué des rafraîchissements et tout le temps, quelqu’un passait avec un plat, garni de chocolats et de dragées.

Je me suis retirée vers 18h, il faisait nuit, de plus, je devais impérativement rentrer pour faire la mayonnaise de la salade russe…

Le Commandant et sa femme ont voulu à tout prix que je sois raccompagnée par un Asces (indigène moghazni) ; ces hommes veillent toute la nuit, le fusil sur l’épaule, aux abords des différentes demeures.

En arrivant, j’ai fait la mayonnaise, préparé le couvert et décoré mon plat pour le foie d’oie.
Le dîner s’est bien passé.
Vers 21 heures, nous sommes allés au Camp assister au bal organisé par les sous-officiers (danses et chants).
Un adjudant nous a fait une exhibition de charleston vraiment épatante ! Il était en smoking avec une grosse fleur à la boutonnière… et s’est déhanché au paroxysme…

--------------------------------------
A suivre...
(Dessin : "L'Illustration" 1929)
Turban modifié sur les conseils d'Alain.

Cordialement.
J. Merlin


Dernière édition par jacques merlin le Sam 28 Sep - 22:15, édité 1 fois
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Grostefan Alain le Lun 23 Sep - 12:13

JACQUES MERLIN
Toujours aussi captivants ces récits. Sur l'image, l'homme servant n'est pas un Marocain mais un Algérien. C'est son couvre-chef qui le détermine.
Âssès= garde ou gardien. De nos jours au Maroc,  c'est une ordonnance qui remplit cette fonction chez les gradés.
Ils faisaient bonne chère en ce temps-là! Pas dure la vie aux colonies pour eux.
Noël sans messe ce n'est pas tout à fait Noël effectivement.
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15645
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Lucien Calatayud le Lun 23 Sep - 15:51

JACQUES 
 
Quel merveilleux témoignage!  Un vrai régal. Lequel d'entre-nous ne payerait cher pour découvrir un aussi précieux document dans son grenier, qui plus est rédigé dans le style "Odette Derenne". Quelle spontanéité dans les descriptions comme dans l'épanchement des remarques et des sentiments.
Merci Jacques de nous faire profiter d'un  ouvrage  intime aussi exceptionnel.
Une question si tu ne vois pas  d'inconvénient à y répondre: qu'entends-tu par "éditeur jacques Merlin"?

Est-ce que cela aurait une  quelconque relation avec le journal manuscrit de Jacques Merlin de La Rochelle ? 
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4318
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 87
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Mar 24 Sep - 7:58

Bonjour à Toutes et à Tous,


Suite :



----------------------------------

Vendredi 27 décembre 1929 –

René est venu ce matin en me disant qu'on allait avec le Véto à la Table des Zaïanes.
- Départ prévu : vers 10 h 30 -

Pour plus de facilité, il a été décidé de déjeuner avant de partir, donc, à 11 h 30, nous étions prêts à embarquer -
J'avais préparé six petits pains avec le reste du foie gras, des oranges, de l'eau et du café.
J'avais revêtu la culotte de velours marron de René, mon sweater, le petit béret, des jambières que m'avait prêtées le Véto - et de quoi me couvrir bien entendu.

J'ai pris possession de mon brêle doux comme un agneau - Un Légionnaire le conduisait.

Un temps magnifique - la montée a été très agréable pour nous : le brêle a le pied très agile et ne glisse pas ; à un moment j'ai dominé un précipice... J'ai des frissons rien que d'y penser - Tandis que les chevaux de René et du Véto suaient à grosse goutte, le brêle était tout pimpant frais et dispos - Je plaignais surtout les deux pauvres Légionnaires qui nous accompagnaient le fusil à l'épaule "pédibus cum jambis" en portant les manteaux et musettes.
Celui qui conduisait le brêle était en sueur et soufflait malgré les petites haltes qu'on a faites.

1 h 30 à 2 h après nous étions au haut de la Table Zaïane. Quel coup d'œil ! ...
Au loin le Grand Atlas avec ses chaînes recouvertes de neige - un paysage peut-être plus beau que celui des Pyrénées.
Au milieu de ce paysage, l'Oued en forme de ruban bleu ciel serpente. De ci de là de petits villages blancs qui de loin semblent réduits à une maison.

Les Légionnaires ont attaché solidement les chevaux et le brêle à des maquis, car je crois que sur tout le parcours on a rencontré un seul arbre et encore tout rabougri.
René et le Véto se sont munis de fusils et sont partis à la chasse - je suis restée assise sur un rocher. Je ressemblais avec beaucoup d'indulgence à Napoléon prisonnier à St Hélène - Pendant que je travaillais à l'entre deux, les deux Légionnaires montaient fidèlement la garde, le fusil à l'épaule - Deux heures après, René et le Véto tout suants, revenaient avec six perdreaux et un lièvre. - Il était 6 h 30, nous avons décidé de partir, la nuit et le froid arrivant vite.

La descente a été moins agréable que l'aller, car à la descente, la selle du brêle glissait à chaque instant, aussi, il me semblait toujours que j'allais piquer la tête en avant.
Il faisait une nuit noire et nous n'étions pas encore à Khénifra. Je n'étais pas du tout fatiguée, j'avais seulement le train postérieur légèrement moulu.
Il parait que je suis la première femme européenne qui soit montée à la Table Zaïane - On devrait m'ériger une statue ..."


-------------------------------

Samedi 28 décembre 1929 -

Toujours du soleil… Quel temps charmant…

Nous avons appris, seulement hier soir, que le Commandant J. avait son cinquième galon de lieutenant-colonel. Aussi René n’est allé qu’aujourd’hui, le complimenter.
Le Colonel lui a dit « Je regrette beaucoup que vous veniez si tard, vous avez manqué le champagne offert, hier, à tous mes officiers ! »

Aujourd’hui, j’ai rendu visite à la femme du Lieutenant C. J’y ai trouvé Madame J. et la femme de l’adjoint du Colonel.
J’ai complimenté la première, précisant que nous n’avions appris la bonne nouvelle, que la veille.
René et Peney sont venus me chercher après le thé, vers 18 heures. Nous sommes partis, une fois l’apéritif servi.

---------------------------

A suivre...
Cordialement.
Jacques Merlin
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Admin le Mar 24 Sep - 11:44

...1920 Tables des Zaïane

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11333
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Grostefan Alain le Mar 24 Sep - 14:27

Khénifra - Camp de Dar Caïd Ito (1914)
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15645
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Mer 25 Sep - 8:52

Bonjour à Toutes et à Tous,
Suite :

----------------------------------

Dimanche 29 décembre 1929 -

L’ordonnance du Capitaine S., dont René a soigné les gosses, a apporté un tapis du pays Zaïan. Ce Capitaine quitte khénifra demain pour Rabat, sa nouvelle affectation - cadeau fait à René pour sa compétence et sa disponibilité.

Le Dr Peney a reçu de sa grand-mère une énorme boite de truffes au chocolat, dégustées à qui mieux mieux.
La vôtre n’est pas encore finie. J’essaye de la faire durer le plus longtemps possible, c’est difficile car René, Peney et le Véto font à celui qui en mangera le plus…

Il y a maintenant dix jours que j’ai écrit à mon parrain. Il doit avoir sûrement ma lettre en ce moment.
Nous n’avons pas reçu votre troisième paquet (la robe) – il faut espérer qu’il ne s’est pas perdu – ce serait ennuyeux.

Je vous écris de la cour, tellement il fait bon…

-----------------------------

Lundi 30 décembre 1929 -

Toujours pas de paquet avec la robe !!!

La journée a été sombre aujourd’hui.
J’ai commencé par brosser la tenue de René, la nettoyer avec de l’essence et recoudre des boutons, ensuite je suis allée raccommoder dans la cour, la température n’étant pas fraîche.

Cet après-midi, je suis allée, avec mon ouvrage, chez la femme du Capitaine B. (Spahis).
Nous étions allés, René et moi, leur faire une visite il y a huit jours ; hier, je les ai rencontrés, elle m’a dit de venir quand je voudrais, avec mon ouvrage, et qu’elle était seule et que cela lui ferait plaisir.
Elle est très fine et très intelligente et sûrement de bonne famille ; Elle n’a que deux petites pièces qu’elle loue 700 francs* par mois ! En plus d’une ordonnance, elle a une petite fatma de dix ans qui lui sert pour servir le thé ; elle s’y prend bien et est d’un grand dévouement.
Mme B. reste à Khénifra jusqu’au mois de mars. Son mari est plutôt très bien et surtout très distingué – de plus, le costume rouge des Spahis arrange bien son homme…
A Rabat, il était officier d’ordonnance du Maréchal Lyautey ; sur son bureau se trouve une photo autographiée du Maréchal.
Ils ont beaucoup de relations parmi le monde chic.
Elle ne voit personne à Khénifra ; à peine a-t-elle fait une visite à Madame J. –
Eelle m’a confié : « Je ne tiens pas à la fréquenter – je m’en tiendrai à la stricte politesse, ce n’est pas qu’elle soit mauvaise personne, mais que voulez-vous, avant son mariage, l’an passé, elle vivait depuis huit ans avec Monsieur J. » …

Nous avons travaillé jusqu’à 18 h 30, pris le thé et mangé beaucoup de bonbons au chocolat.

Ce soir René m’a apporté une longue lettre de Marcelle B. (six pages), et une lettre de Marcelle V. (huit pages) ; cette dernière est bien gentille car je ne lui avais envoyé qu’une carte ; elle me raconte la farce de l’Escholier de Bordeaux et me cite quelques passages entre autres, sur B. et sur des professeurs de Médecine.

-----------
*Environ 410 €
-----------------------------

A suivre...

Cordialement.
J. Merlin
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Grostefan Alain le Mer 25 Sep - 13:12

Khénifra :l'oued Oumerbia et la Casbah
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15645
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Jeu 26 Sep - 18:24

Bonjour à Toutes et à Tous,
Suite :


------------------------------

Mardi 31 décembre 1929 -

Dernier jour de l’année – Pas de soleil, et, le soir, un froid très vif.

J’ai reçu une lettre de Lily L. une autre de M. A.. Il va falloir leur répondre.

Ce matin, j’ai lavé différentes petites choses puis ai fait du filet. Celui-ci n’avance pas beaucoup. J’y travaille à peine deux heures par jour…

A partir de 16 heures 30, je ne peux plus en faire car la lumière de la lampe me fatigue beaucoup. J’ai apporté mon ouvrage cet après-midi chez Madame C., Sa jeune sœur (18 ans) et ses deux enfants étaient là.
Elle a fait servir le goûter (chocolat, madeleines et autres gâteaux). L’aînée (2-3 ans) a renversé sa tasse de chocolat sur une jolie nappe… La sœur de Madame Coudinot a fait jouer sur le phono, des airs de danses.

Je me suis retirée vers 16 heures à la nuit tombante.
J’ai été raccompagnée par un Asces, le fusil à l’épaule et muni d’une lampe de poche.

En rentrant, j’ai trouvé René qui descendait d’une auto. Il m’a annoncé qu’il devait se rendre d’urgence auprès d’une malade, à Guelmouth* (80 kilomètres de Khénifra).
Je me demande comment on les a laissés partir si tard. Bien entendu, on l’a pourvu d’une escorte de Moghaznis.
Il s’est muni de son revolver, pour plus de sécurité.
J’espère qu’il ne lui arrivera rien…
Il a été appelé par la femme d’un garde des Eaux et Forêts qui vient d’avoir un enfant et qui probablement, maintenant, doit faire de l’infection.
Par comble, Peney est en tournée. René lui a téléphoné pour qu’il soit de retour demain matin car, à partir de ce soir, Khénifra sera sans toubib…

J’ai donc dîné seule et suis restée seule pour la nuit. L’ordonnance voulait coucher à la maison ; je préfère garder Kissi, j’espère qu’elle va faire bonne garde cette nuit.


Avant de partir, René m’a prévenue qu’à 17 heures, demain 1er de l’An, les J. réunissaient toutes les femmes d’officiers et que même s’il n’était pas de retour, je devais m’y rendre pour y présenter mes vœux.
Vers 15 heures, à un kilomètre de Khénifra, il y aura un rallye organisé par les Spahis. Madame C. m’a réservé une place dans son auto. J’en profiterai assez probablement.

-------------
* Aguelmous

----------------------

A suivre...
Cordialement.
J. M.
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Admin le Jeu 26 Sep - 18:24

...L'aspect du salon d'un officier des A.I. à Oujda, en 1929... Pour rester dans l'atmosphère de cette époque...

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11333
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Admin le Jeu 26 Sep - 19:30

Bonjour Jacques,
Si je peux me permettre ... : On parle de l'ordonnance du capitaine S., dont "René a soigné les gosses"....!!!

S'agit-il du capitaine SERRE...???
Ce n'est pas dévoilé un secret, mais je crois que c'est mettre à l'honneur certaines personnalités qui ont fait partie de notre histoire...!!!
Merci pour une réponse...


Dernière édition par Admin le Ven 27 Sep - 12:05, édité 1 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 11333
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 78
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  jacques merlin le Jeu 26 Sep - 19:55

Bonsoir,

Superbe photo.

Navré, il ne s'agit pas de cet officier.

Cordialement.
avatar
jacques merlin

Messages : 167
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 72
Localisation : Au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Journal d'Odette Derennes, Khénifra 1929

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 18 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum