Midelt et les mines de plomb

Page 3 sur 17 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 17  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  JACQUELINE ROMERO le Ven 17 Déc - 1:16

ROGER
pour TAAKITE, j'ai pu voir avec les liens indiqués merci
avatar
JACQUELINE ROMERO

Messages : 796
Date d'inscription : 31/10/2010
Age : 79
Localisation : Saintes Charente Maritime 17100

Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Roger Visse le Ven 17 Déc - 17:15

2°) LES ARABES musulmans:
Ils se composent également de 2 entités, l’une dite d’origine arabe et l’autre regroupant les différentes familles des « Chorfas »
a) Les habitants d’origine arabe
Ils proviennent de différentes régions dont notamment les régions avoisinantes telles que Rachidia (Ex Ksar Es-Souk), Boudenib, Erfoud, Bouayach…. Car à ma connaissance il n’a avait aucun Ighram habité par les arabes avant la création du centre administratif de Midelt.
Les relations arabo-berbères dans cette région étaient simplement confraternelles. Un fait singulier et insolite est à relever dans ce cadre : les habitants du Ksar Flilou (4 km de Midelt) prélevaient chaque année une dîme sur la récolte qu’ils ensilaient en attendant qu’un représentant de la Zaouia des Knadsa vienne la chercher. Cette Zaouia se trouvait à la « frontière » Marocco-Algérienne. Ce rite a duré jusqu’aux années 60 où la ville de Kanadsa a été algérianisée. D’ailleurs l’un des représentants de cette Zaouia disposait d’une résidence d’été, cossue, au Ksar Ighram-Idjiouane * (Douar riche et non Ikhramjiouine !) je le répète, où il séjournait régulièrement chaque année avec sa famille avant sa « disparition » dans les méandres de la politique.
b) Les « Chorfas »
Les « Chorfas » sont issus des villages de Moulay Ali Chrif, de Taghzout, de Ksabi, de Bouyach etc…. Ce sont des chorfas Alaouites, Idrissides et Mourabitines.
Au même titre que les berbères et les arabes, ils étaient propriétaires de leurs biens, s’adonnaient au commerce et à l’élevage. Du fait de leur connaissance du Coran, on les retrouvait comme professeurs de la loi Coranique et Fquihs dans les mosquées du village et des Igharman.
Le Fquih était le centre névralgique d’Ighram : il présidait la prière, il enseignait le Coran, il bénissait les naissances et les mariages, il assurait aussi bien la succession des héritages que l’arbitrage en cas de différends familiaux. Il « guérissait » les malades et exorcisait les « diables » etc…
Il était incontournable parce qu’il était le seul à détenir la parole de Dieu.

*Avant l'arrivée des français, l'ancien k'sar d'Ighrem-idjiouène (Ikhramjiouène) n'existait pas. Mais suite à un malentendu entre les membres du ksar Atmane ou moussa, un tiers des membres quittait le ksar et procédait à la construction de leur ksar dans l'emplacement de l'actuel souk j'did et le nommait Ighram-Idjiouène (le riche ksar)en souvenir du nom de leur ancien ksar, qui par le temps et la prononciation est devenu Ikhramjiouène.- d'ailleurs, jusqu'à maintenant, tout ce qui est collectif revient de 2 tiers à Atmane ou moussa et 1 tiers à Ikhramjiouène : pour celà, c'est un autre sujet embourbé - Revenons à la ville de Midelt : A l'arrivée des français, les Ait-ighram-Idjiouène ont été délogé de leur ksar en leur remboursant par mètres-cube de terre extraite de chaque logement et leur laissant le revenu du loyer de chaque boutique actuellement derrière chaque maison tout autour du ksar; ( qui profite des loyers de ces boutiques actuellement ?: certainement pas les Ait-ikhramjiouène).- Et les Habitants partaient construire l'actuel ksar Ikhramjiouène délimité par les terres collectives des Ait-oufella par la rivière appartenant à Ikhramjiouène et dont la source est au jardin près de l'abattoir (l'emplacement du lycée Hassan II appartenait aux Ait-ouafella) - ceci pour plus de précision - (Moha d'Ighram-Idgiouène - Midelt)

avatar
Roger Visse

Messages : 192
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 75
Localisation : NICE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Roger Visse le Ven 17 Déc - 17:43

*Avant l'arrivée des français, l'ancien k'sar d'Ighrem-idjiouène (Ikhramjiouène) n'existait pas.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Pont des Juifs permettant de passer sur l'Outat entre Ikhramjiouène et Atman ou Moussa

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Roger Visse

Messages : 192
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 75
Localisation : NICE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Roger Visse le Ven 17 Déc - 17:48

ksar d'Ighrem-idjiouène Ce quartier sera Midelt centre.
Cette prise de vue à été faite à partir du Camp militaire
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Roger Visse

Messages : 192
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 75
Localisation : NICE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Roger Visse le Sam 18 Déc - 10:40

La région de Midelt, pour la présente monographie, s’identifie à l’ancien cercle administratif de Midelt.

Elle couvre la plaine alluviale de la Haute Moulouya et les dorsales de la partie orientale du Haut Atlas Central.

1) Cadre Géographique

La région est limitée :
au nord par les plateaux et les sommets du Moyen Atlas,
au sud par les massifs montagneux du J’bel Ayachi et Akadar,
à l’ouest par le Tama et les bords-sud du bassin versant de l’Oued Srou et,
à l’est par les plateaux d’Ahouli, Mibladen et Amarsid.

2) Le relief

Il comprend :
les plateaux de la haute Moulouya relativement plats et parsemés de buttes-témoins (tables) qui dénotent l’intérêt géologique et historique de cette région.

La zone sud-ouest montagneuse avec notamment le 2ème sommet du Maroc qui culmine à plus de 3700m d’altitude, zone composée des :
• J’bel El Ayachi 3757m
• J’bel Mouaskar 3277m
• J’bel Akadar 3058m
• J’bel Oujit 2789m

La zone nord-flanc du moyen Atlas, également montagneuse, qui s’étend jusqu’au lac de L’Aguelman Sidi Ali en traversant le col du Zad qui culmine à 2780m d’altitude.
3) Superficie Le cercle de Midelt couvre 6000 KM²
4) Population La population initiale qui faisait partie de la confédération des Ait Yafelmane (ceux qui ont trouvé la paix), groupait plusieurs tribus : Ait Izedeg, Ait Ouafella, Ait Morghad, Ait M’guild, Ait Yahya, Arab, Sabbah


5) Climat
Les zones montagneuses sont souvent enneigées en hiver et les précipitations restent très variables.
Pluviométrie annuelle moyenne : 200 à 400 mm ;
Température maximale 30 à 40° ;
Température minimale 0 à 10° avec des passages de la gelée qui atteignent parfois – 10°, température néfaste et destructrice pour l’agriculture en général et les pommiers en particulier.
Le Cercle de Midelt qui est un couloir naturel entre l’Anti-Atlas et le Moyen Atlas est célèbre pour la force de ses vents qui ont fait et font l’objet d’études au niveau international.
Midelt a été d’ailleurs, l’une des 1eres régions du Maroc a être équipée d’une station de météorologie.

avatar
Roger Visse

Messages : 192
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 75
Localisation : NICE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Roger Visse le Sam 18 Déc - 10:50

7) Ressources de la région

L’agriculture constitue la principale source de revenus depuis la fermeture des usines de plomb D’Ahouli, Mibladen et Zaida.
La région de Midelt est renommée par ses pommes (golden, Stark, …). Le nombre de pommiers est estimé à 1.300.000 pieds et la production avoisine les 50.000 tonnes par an. Malheureusement les revenus de ces fruits ne profitent pas à la région puisque les propriétaires des fermes importantes habitent hors – région et les recettes ne restent pas à Midelt.

Cool Elevage

Le cheptel est estimé à 361.650 têtes dont 350.000 bovins et ovins ainsi que 500 Camelins.

9) Enseignement public

476 établissements abritent 14.800 élèves du pré-scolaire au secondaire.

10) Tourisme
Midelt et sa Région offre un paysage saisissant avec son aridité qui rappelle les films des Western, ses mélanges de couleurs au Printemps et en Automne, la couleur ocre de son argile, les butes-témoins qui se dressent en gardiens des Ksours, la blancheur des neiges éternelles du Jbal Ayachi. Malheureusement, ce paysage n’est pas exploité à nos jours (2006 pour mémoire).
L’un des plus beaux « Cirques » du monde existe à 15 KM à vol d’oiseau de Midelt. Il s’agit du Cirque de Jâafar dont les gorges monumentales n’ont rien à envier aux gorges du Dadés. Ce Cirque avec ses gorges qui auraient dû attirer des milliers de touristes est encore à l’état pur et seuls quelques initiés, des étrangers en général, demandent à le visiter. « Le puits de pétrole de Midelt » est ignoré par toutes les composantes concernées.

avatar
Roger Visse

Messages : 192
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 75
Localisation : NICE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Grostefan Alain le Dim 19 Déc - 23:10

De Midelt vers Mibladen
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Entrée de Mibladen
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Dans Mibladen
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Grostefan Alain

Messages : 16007
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Grostefan Alain le Dim 19 Déc - 23:40

De Mibladen vers Ahouli
On côtoie l'oued Bouzelloum (sur la droite) que l'on traverse 19 fois. Ici il est à sec mais par temps de pluie il est bigrement dangereux. Des semi-remorques chargés de minerai de plomb (galène) ont été emportés comme des fétus de paille.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Cette fois on est tout u fond de la gorge et c'est l'imposante Moulouya que l'on côtoie. Ses crues sont dangereuses pour les mines d'Aouli. Les voitures particulières sont alors garées dans la montée menant à Sidi Ayad

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dans Ahouli
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Grostefan Alain

Messages : 16007
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 80
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

MIBLADEN

Message  Invité le Dim 19 Déc - 23:41

Jacqueline a retrouvé une classe à MIBLADEN
Ils ont pas l'air heureux ces enfants

bounce bounce
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Invité le Dim 19 Déc - 23:45

On cherche dans les registres de l'école


Dernière édition par Rudy Laurès le Dim 19 Déc - 23:55, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Midelt

Message  Invité le Dim 19 Déc - 23:52

L'école de ROGER  IRÉNÉE et RUDY



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Invité le Dim 19 Déc - 23:55

Et on a trouvé bounce bounce bounce

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Lun 20 Déc - 0:25

Bonjour Rudy - Je n'en reviens pas que vous ayez pu retrouver les registres tant d'annees apres, surtout dans ce petit endroit. Incroyable et quelle chance.  Est-ce qu'ils vous ont autorise a photocopier ces documents?? Jacqueline a enseigne a l'ecole la-bas??

Amities
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17373
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 77
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Invité le Lun 20 Déc - 0:43

GHISLAINE
Oui cet incroyable, et le directeur n'a pas eu à beaucoup chercher tout était classé.
J'étais à l'école primaire de Midelt entre 7 et 10 ans comment veux tu que Jacqueline ai enseigné à Midelt elle ne savait même pas que ce bled existait ah ah ah
Tu as déjà attaqué le campagne ? affraid affraid lol!
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Lun 20 Déc - 0:56

Rudy - Non pas encore mais c'est plutot toi qui a commence, tu as oublie de mettre un "h"...ahahah.. Au sujet de Jacqueline, je ne pensais pas qu'elle enseignait quand toi tu etais en classe bien sur...mais bien plutard. En tous les cas cette emotion de retrouver ces documents a du etre tres forte. Faites un bon voyage, drive carefully, bonnes fetes et a plutard.
Amities
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17373
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 77
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

MIBLADEN ... AOULI

Message  Roger Visse le Lun 20 Déc - 13:36

RUDY, ALAIN

Merci pour ces photos ... qui ressemblent étrangement à mes souvenirs Very Happy bounce

RUDY

as-tu la page précédente du recueil d'enregistrement ? Je devrais y figurer en bas de page
lol!
avatar
Roger Visse

Messages : 192
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 75
Localisation : NICE

Revenir en haut Aller en bas

Mines d'Aouli - Mibladen

Message  Roger Visse le Lun 20 Déc - 14:19

Mines d'Aouli - Mibladen (Société Anonyme Marocaine ). - Par Monsieur Carré, (ancien directeur).- (Texte écrit en septembre 1949).- (Extrait du Bulletin Peñarroya, 4e trim. 1950)

Les Mines d'Aouli fournissent un bel exemple de la collaboration des mineurs belges, français et des ingénieurs de l'administration du B.R.P.M., pour la mise en valeur et le développement minier au Maroc. Elles montrent quel acharnement et quel optimisme doit posséder le mineur pour persévérer malgré des traverses constantes, moderniser sans cesse pour adapter les prix de revient aux fantaisies des cours mondiaux, solliciter le concours de toutes les bonnes volontés, administratives et privées, pour faire "vivre" une mine en évolution, entièrement connue seulement lors de son épuisement.

Pour beaucoup de marocains mêmes, Midelt est encore un trou perdu, en plein pays berbère, au pied de l'Ayachi, au milieu d'un plateau d'alfa aux maigres pâturages, constamment soumis à un vent glacé en hiver, trop chaud en été, caractéristique de cette vallée de la Moulouya, abandonnée des dieux dans cet Empire fortuné.

Cependant, il y a une très bonne route goudronnée (qui a remplacé la piste Meknès-Midelt), des cars presque luxueux, l'eau et l'électricité (ce que n'a pas Yaoundé, capitale du Cameroun).

Reportons-nous vers les années 1923 à 1931 où la "route" n'était qu'une mauvaise piste défoncée par d'abondants transferts militaires et dont la "sécurité" n'était assurée que pendant la journée, où Midelt n'était qu'un poste militaire aux bâtiments de tabla couverts en tôle, poste avancé de la zone de sécurité (souvenons-nous du défilé militaire de 1951 : le 7er RTM à la tête duquel défilait un magnifique bouc, mascotte du régiment).

L'Ayachi était un "no man's land" que l'européen n'approchait que précédé de moghaaznis et de partisans occupant les pitons et scrutant l'horizon.

La Compagnie Minière de l'Afrique du Nord (C.M.A.N.), mère des Mines d'Aouli, avait vraiment foi dans l'avenir pour recruter et envoyer des prospecteurs à 30 km de Midelt, dans le coupe-gorge grandiose que constitue le cañon de la Moulouya à Aouli ; pour commencer immédiatement les travaux de recherche et faire des installations sur des permis qui étaient accordés dans un ovale symbolique de "sécurité".

A Mibladen un véritable bordj devait être construit [1923 ?], avec tours de garde aux quatre coins et une garnison de moghaaznis à l'abri duquel, les ouvriers travaillant sur les chantiers se retiraient dès la tombée de la nuit. L'audace a eu raison, car des "djiouch" sont venus à Midelt jusqu'en 1931, mais n'ont jamais inquiété le personnel de Mibladen ni d'Aouli.

A cette époque, les cours des métaux étaient particulièrement élevés et incitaient au développement rapide des mines, malgré les transports difficiles et ruineux.

Le Train Heureusement, le Génie (Militaire), quelques fois bienfaisant, construisait pour les besoins militaires en vue de la pacification de la région et du Sud, une voie de 60, partant de Guercif et qui, remontant la vallée de la Moulouya, jetait des antennes progressives vers Midelt.
Des oasis, retombées maintenant dans leur quiétude, devenaient subitement "tête de ligne", telles Tamdafelt, Ksabi, Boua Sidi et enfin Midelt.
C'est cependant ce pauvre tortillard qui mettait deux jours d'Oujda à Midelt, qui a permis le transport du matériel de force motrice, de perforation et de laverie, puis plus tard des alternateurs, turbines et conduite forcée de la centrale hydroélectrique de Flilo (chaque virole de la conduite forcée était chargée sur deux wagons accouplés).
Après ce bel effort d'ailleurs, la pacification étant achevée, une belle route reliant Midelt à Meknès, la voie de 60 Guercif-Midelt ne pouvait soutenir la concurrence des transports par camion et n'avait plus qu'à disparaître, nous servant encore à ce moment en nous approvisionnant largement en rails. Cependant, durant la guerre et les restrictions d'essence, bien des regrets allèrent vers cette vois reniée quelques années plutôt.

Fin 1931, les deux gisements d'Aouli et de Mibladen étaient suffisamment reconnus et équipés pour que l'on puisse passer à la phase d'exploitation ;
A Mibladen, le gisement d'imprégnation en couches dans les bancs dolomitiques du domérien affleure sur plusieurs petits dômes : des tranchées, des carrières, trois cents petits puits avaient permis de mettre à la vue 40000 tonnes de minerai marchand exploitable au cours de 18 francs-or.
Une centrale à gazogène - au charbon de bois dans la région - pouvait fournir 300 CV.
Des logements pour les ouvriers marocains et européens, des magasins, des ateliers, une cantine, permettaient d'assurer la marche d'une exploitation.
Le plateau calcaire de Mibladen, pays d'alfa, est aride et sans eau. Quelques petites sources coulent au pied de la falaise, au contact par faille avec les argiles triasiques. L'une d'elle à été aménagée et une tuyauterie posée, permettant un débit de 200 m3 par 24 heures. Il n'y avait pas de laverie.
C'est que le minerai de Mibladen comprenant une forte proportion de cérusite (jusqu'à 60% de minerai oxydé), de la galène dans une gangue barytique et souvent marneuse était très difficile à traiter. Les procédés gravimétriques étaient d'un rendement désastreux ou d'une complication désespérante ; la flottation des oxydés était encore dans l'enfance. On faisait encore des essais.

A Aouli, à 12 kilomètres de Mibladen et près de 300 mètres en contrebas, la Moulouya coule encaissée de 200 mètres entre les murailles de schistes métamorphiques, peut-être précambriens.

Des filons de quartz barytique au sommet, minéralisés en galène argentifère de 2 mètres de largeur en général, bordent ou recoupent les sinuosités de la Moulouya ("La Sinueuse" paraît-il).
Près de 200 galeries minéralisées y étaient tracées en 1931 dans les différents filons et à différents étages, en amont du niveau de la Moulouya. Elles avaient mis à la vue 60000 tonnes de minerai marchand.
Un compresseur "Leflaive de 10 m3", des "Crépelles" donnant autant, permettaient d'assurer la perforation mécanique dans les filons quartzeux durs.
Un gazogène de 80 CV était installé et une ligne électrique de 10.000 volts (portée plus tard à 22.000) reliait Aouli à la Centrale de Mibladen.
Une laverie de 20 tonnes/heure venait d'être achevée : la montagne avait dû être largement entaillée pour pouvoir lui trouver un emplacement.

Le transport de certains appareils, du "Hancok-Jig" en particulier, entre Mibladen et Aouli où la piste emprunte le lit d'un oued qu'il traverse 23 fois, avait été tout un poème !
Cette laverie gravimétrique dans l'ensemble, avait des cellules de flottation "Forrester" en queue. Les procédés de lavages on énormément évolués depuis 20 ans et la laverie d'Aouli a été constamment en amélioration.
En 1931 c'était une belle laverie en état de marche.
Des logements européens s'échelonnaient le long de la Moulouya ; les Marocains habitaient dans les criques en aval jusqu'au Ksar d'Aouli.

A suivre ...



avatar
Roger Visse

Messages : 192
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 75
Localisation : NICE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Roger Visse le Mar 21 Déc - 18:18

La Moulouya pourvoi Aouli d'eau ; parfois trop abondamment.
L'exploitation pouvait démarrer, quoique la force motrice fut faible. Au pied de l'Ayachi, d'où coulent des oueds à forte pente, loin de tout centre, la recherche d'un emplacement pour l'aménagement d'une centrale hydroélectrique s'imposait. La Moulouya était évidemment tentante, mais son débit était trop variable : presque nul à l'étiage (200 litres/seconde), il atteint ou dépasse 1000 litres/seconde en crue, déblayant tout sur son passage.

Un Barrage à Tatiouine et une Centrale électrique à Flilo

Des indications permirent d'étudier l'oued Outat et de le trouver favorable, quoique d'un débit moindre.
La construction d'un canal d'amenée de 5 km donnant une hauteur de chute de 110 m permettait l'installation à Flilo d'une centrale avec 3 turbines pouvant donner 1200 CV (1600 CV installés). Il n'y avait plus qu'à construire.

Or en 1931, c'est la grave crise qui s'annonçait ; les cours des métaux s'effondraient : inutile de songer à une exploitation rémunératrice. Les possibilités de chacun se restreignaient et le capital des Mines d'Aouli - qui était passé de 4 millions à 25 puis à 37,5 millions nominalement (mais seulement 31.25 millions souscrits) - était complètement utilisés dans les recherches et les installations.

C'est alors que le B.R.P.M. fit confiance aux Mines d'Aouli et souscrit la part d'augmentation de capital de 6.25 millions qui restait disponible. Nous pouvions ainsi terminer les études de Flilo et monter la centrale qui devait être achevée en mars 1934.

Une ligne électrique de 22 km à 22.000volts relie Flilo à Mibladen, laissant au passage une apophyse qui alimente Midelt.. Un premier stage de l'équipement des Mines d'Aouli était achevé. Nous étions prêts, mais ni le marché mondial, ni la France, n'étaient acquéreurs de pierre à des prix suffisants.
Ce n'est qu'à la fin de 1935 que le Gouvernement français accordait une prime aux mines de plomb pour compenser les bas cours.

L'exploitation d'Aouli commençait en 1936, aidée cette fois-ci par la Société de Peñarroya, qui, sur un contrat de vente de minerai, donnait le fond de roulement nécessaire pour attendre les premiers encaissements de la vente du minerai produit, représentant près de quinze ans d'efforts constants.

Et la vente de ce premier lot de minerai était faite à 900 F la tonne ! A peu près le prix du seul transport de Midelt à Meknès en 1929.

Si nous faisons un brusque saut dans le présent [1948], douze ans plus tard, les Mines d'Aouli sont au capital de 300 millions, elles ont fait 126 millions de bénéfice en 1948 et la Bourse les estime à 6 milliards, tandis qu'en 1934 elle n'en voulait pas pour 3 millions ! Ceux qui font confiance au Mineur doivent être patients, mais ils sont souvent récompensés.

Depuis 1936, la vie des Mines d'Aouli est la vie normale des mines marocaines, avec l'épreuve de la guerre et la renaissance pleine d'espoirs depuis trois ans, un peu douchée ces derniers mois.

En 1936, la production est de 4900 tonnes, elle atteint 9600 tonnes en 1937 et 12800 tonnes en 1939. Elle se tasse pendant la guerre et reprend avec 10600 tonnes en 1948, (11600 tonnes en 1949, 25050 tonnes en 1953, 28500 tonnes en 1955) (Bulletin "Peñarroya 3e trim.1956)

Les filons d'Aouli ont été développés normalement avec les aléas inhérents à toute recherche minière : les uns ont déçu l'espoir que l'on mettait dans leur profondeur ; les autres on subitement eu des prolongements intéressants sur lesquels on ne comptait plus.

Un puits à été foncé à 110 mètres sous le niveau de la Moulouya ; un travers-banc de 850 mètres au niveau de la Moulouya a recoupé un gros filon, “ Henri ”, avec une minéralisation disséminée dans une caisse de quartz broyé, de 25 m de largeur. Les nouveaux procédés de lavage en particulier, le "Sink and float" permettant de tirer parti avantageusement de l'énorme réserve de tonnage constitué par ce filon.

A suivre ...

avatar
Roger Visse

Messages : 192
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 75
Localisation : NICE

Revenir en haut Aller en bas

Midelt.

Message  Invité le Mar 21 Déc - 19:37

Bonsoir à tou(te)s,
Merci à tous les Mideltis pour ces textes, ces photos et ces souvenirs très intéressants.
Amitiés.
Jean
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Roger Visse le Mer 22 Déc - 10:21

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La laverie d'Aouli s'est constamment modernisée : Cette dernière transformation est achevée en mars 1939. Le "Hancock-Jig" qui donne une bonne élimination des stériles, est seul conservé comme appareil gravimétrique. C'est avec cet équipement que nous abordons la guerre. Aouli marche jusqu'en 1942, puis doit être arrêté. Il ne peut être remis en marche qu'en octobre 1946.


Depuis, les améliorations interrompues par la guerre ont repris avec une nouvelle impulsion, sous l'égide de la Société de Peñarroya, qui assure la direction générale des Mines d'Aouli depuis cette date : de nouveaux réactifs sont utilisés ; enfin l'installation du dépoussiérage vient d'être achevée dans le courant de l'année.

L'atmosphère est normale, les pertes sont réduites au minimum, l'entretien est largement diminué, le minerai marchand atteint une teneur supérieure à 80% de plomb, la teneur des stériles est inférieure à 0.2% et la récupération du métal dépasse 96%

Pour parer à l'insuffisance et à l'irrégularité de la Centrale hydroélectrique de Flilo, qui a fourni, peut-être un peu exceptionnellement, trois millions de kWh en 1939, des moteurs Diesel ont été installés. Ces nouvelles acquisitions permettent de parer à tous les besoins des développements prévus.

Les logements ont largement été augmentés et un quartier pour les ouvriers marocains à été construit ; en entaillant la montagne et en y adossant des maisons à plusieurs étages, presque des buildings ! Cantines européenne et marocaine, école foraine, école maternelle fonctionnent régulièrement.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Quoique la gorge ait gardé son âpreté - et son pittoresque - Aouli est devenu un centre accueillant, moderne, où l'on travaille et se distrait avec ardeur et joie, ce qui étonne et réconforte les premiers pionniers.

avatar
Roger Visse

Messages : 192
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 75
Localisation : NICE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Roger Visse le Jeu 23 Déc - 11:21

Parfois la nature rappelle qu'elle reste la maîtresse indomptée : la Moulouya manifeste contre l'accaparement de ses gorges et l'empiétement sur son domaine.
De 1927 à 1938 la Moulouya n'avait eu de crue particulièrement importante.
Puis, dans la nuit du 22 au 23 décembre 1938, alors que chacun s'apprêtait à fêter joyeusement Noël, à la suite de plusieurs journées de pluie en montagne, la Moulouya, vers 2 heures du matin grossissait démesurément, rongeant les berges remblayées, emportant un puits d'eau, culbutant le bâtiment des douches, sous-cavant les ateliers, basculant tout un groupe de logements… heureusement sans aucun accident de personne. Le grondement des eaux déchaînées étant un avertissement écouté.
De grosses crues se succédaient les années suivantes et la dernière, dans la nuit du 29 au 30 avril 1949, battaient tous les records : montant de 2 m sur les berges, noyant la mine, envahissant tous les rez-de-chaussée, noyant bassins et caniveaux des centrales, moteurs et … emportant en gage 300 tonnes de minerai marchand prêt à l'ensachage ! L'alerte a été "chaude" ; la maison du chef de service a été envahie ; des appels angoissés sillonnaient la nuit de part et d'autre de la Moulouya infranchissable, les ponts étant emportés ou submergés, soumis aux coups de bélier d'arbres entiers entraînés par le courant.
Le lendemain matin tout le monde se trouvait indemne, quitte pour une nuit d'insomnie pleine d'angoisse...

Sortons des gorges "du relief en creux" pour remonter sur le plateau de Mibladen, avec le décor prestigieux de l'Ayachi enneigé, surgissant à 3800 m, sous un soleil méditerranéen.

A SUIVRE ...
avatar
Roger Visse

Messages : 192
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 75
Localisation : NICE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Ghislaine Jousse-Veale le Jeu 23 Déc - 13:02

Bonjour Roger et meme chose pour cette rubrique - Merci pour tous ces recits. La c'est ton coin que tu illustres avec un grand amour. Bravo.
avatar
Ghislaine Jousse-Veale

Messages : 17373
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 77
Localisation : Vancouver, Colombie Britannique

Revenir en haut Aller en bas

MIDELT

Message  Andreo Adrien le Jeu 23 Déc - 16:35

PHOTO DE MIDELT 2007 (volée sur internet,pardon à son propriétaire)[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Andreo Adrien

Messages : 468
Date d'inscription : 24/10/2010
Age : 75
Localisation : Sarreguemines 57200 et Agadir

Revenir en haut Aller en bas

Re: Midelt et les mines de plomb

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 17 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 17  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum