Le Tanger Fès à Meknès, les Gares, L'Ecole

Page 16 sur 16 Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16

Aller en bas

Re: Le Tanger Fès à Meknès, les Gares, L'Ecole

Message  Grostefan Alain le Lun 21 Aoû - 10:31

MOLL Serge a écrit:
"La première photo que tu publies, le train franchit l'oued R'Dom et non l'oued Khomane,près de Bas Tisra (près de Sidi Kacem ) et le train rapide de la seconde photo se trouve entre Ouarzigha et Aîn Kerma non loin de l'oued Khomane et non R'dom comme il est précisé sur les photos. Rendons à César ce qui lui appartient, dit le proverbe."

SERGE
Il y a 2 rubriques ce qui nous trompe quelque peu. J'ai fait la même double remarque que toi dans l'autre rubrique.
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15158
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 81
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Le Tanger Fès - Ponts et Gares

Message  MOLL Serge le Lun 21 Aoû - 21:20

Lucien Calatayud a écrit:SERGE

A qui tu t'adresses? A moi, à ALAIN, à tous les deux?
Je suppose que tu rectifies les indications qui concernent les photos placées dans la rubrique relative au TF .
Excusez-moi monsieur, excusez-moi !!! C'est un oubli de ma part mais je m'adressais à toi mon cher Lucien. Lis le post d'Alain plus bas. Ce n'est pas la première fois que les photographes se mélangent les objectifs pour légender leurs photos.
avatar
MOLL Serge

Messages : 4075
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 80
Localisation : Bedoin Vaucluse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Tanger Fès à Meknès, les Gares, L'Ecole

Message  Admin le Mar 22 Aoû - 16:43

Alain a raison....
Les 2 rubriques "s'imbriquent" ( Embarassed ) et cela cause des Pbs de compréhension....
J'ai séparé les 2 photos de Lucien (photos du 20 août à 9h.32.). La 2ème se trouve maintenant à 9h.45 le 21...., ceci pour éviter les confusions.
Je me souviens qu'il y avait déjà eut discussion au sujet de ces ponts...
J'ai replacé aussi dans cette rubrique les qques photos que Lucien a placées de ci de là...Elles sont très bien ici dans le même endroit... Si Lucien pouvait me rappeler le titre de la revue qu'il traite en ce moment...

J'ai modifié par là même les titres des 2 rubriques des Trains pour éviter le maximun de confusion...

Photo de 9h.32  : Ce que j'avais retenu, c'est que le viaduc de Sidi Kacem a été construit pour franchir les gorges de Tisrah sur l'oued Kroumane.

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 12589
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Tanger Fès à Meknès, les Gares, L'Ecole

Message  Admin le Dim 10 Sep - 7:54



La gare de Meknès n'a pas pris une ride depuis qu'elle trône sur cette place...
Mais je trouve que c'est l'embellie sur cette prise de vue de 2016...


Dernière édition par Admin le Dim 10 Sep - 11:26, édité 2 fois

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 12589
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Tanger Fès à Meknès, les Gares, L'Ecole

Message  Grostefan Alain le Dim 10 Sep - 9:44

ANDRE
Non seulement elle n'a pas pris une ride mais elle a été embellie. Tout le contraire de nous... Very Happy
Même pas une ride
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15158
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 81
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Tanger Fès à Meknès, les Gares, L'Ecole

Message  Lucien Calatayud le Dim 10 Sep - 10:34

Plus plate mais plus en longueur la gare d'Oujda. Là, on n'en voit qu'une partie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4818
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 88
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re:Le Tanger-Fès à Meknès,les Gares,l'Ecole

Message  MOLL Serge le Dim 10 Sep - 23:01

LUCIEN
La gare d'Oujda a bien été rénovée,mais celle de Meknès reste toujours la plus chère à mon coeur. Et pourtant elles ont un point commun, pour moi, j'ai habité près de celle de Meknès et me suis marié près de celle d'Oujda à l'hôtel Terminus.
avatar
MOLL Serge

Messages : 4075
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 80
Localisation : Bedoin Vaucluse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Tanger Fès à Meknès, les Gares, L'Ecole

Message  Lucien Calatayud le Lun 11 Sep - 9:39

MOLL Serge a écrit:LUCIEN
La gare d'Oujda a bien été rénovée,mais celle de Meknès reste toujours la plus chère à mon coeur. Et pourtant elles ont un point commun, pour moi, j'ai habité près de celle de Meknès et me suis marié près de celle d'Oujda à l'hôtel Terminus.

SERGE
 En 63, on m'a proposé une mutation à Oujda avec avancement alors que personne ne voulait plus s'aventurer dans les parages. Pas même les Marocains. Il faut dire que ça canardait sec  encore entre le Maroc et l'Algérie.
J'y suis donc parti seul pensant que les balles sifflaient encore sur les têtes et je couchais  à l'hôtel Terminus. Comme le conflit s'était apaisé, nous avons pu déménager et  loger dans les bâtiments de la gare,  tout en haut  à gauche de la photo. 
Il ne restait qu'une petite communauté européenne qui avait tissé des liens amicaux si étroits qu'on pourrait les qualifier de familiaux.
Le hazard a fait que six cheminots d'Oujda ont été rapatriés à Nancy. Ce qui fait que nous avons pu nous entraider,  continuer de nous rassembler et ainsi  nous sentir  un peu moins dépaysés.  Mad Mad
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4818
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 88
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re:Le Tanger-Fès à Meknès,les Gares,l'Ecole

Message  MOLL Serge le Lun 11 Sep - 18:06

LUCIEN
Le hasard fait parfois bien les choses, vous avez eu une chance inouïe de vous retrouver tous ensemble au même endroit en France. Ce qui n'était pas le cas à l'Education Nationale où chaque personnel avait un département d'attribué d'office,( pour nous c'était l'Oise) mais avait la possibilité d'un second choix. C'est que l'on a fait en demandant le Calvados, j'avais mon meilleur copain de régiment qui habitait Lisieux. Ses prières à Ste Thérèse n'ont rien donné  et nous nous sommes retrouvés à Creil à ..... 200 km de Lisieux, seuls comme des âmes en peine avec notre fils âgé de 19 mois, sans logement etc, etc
mais sous étions jeunes à l'époque.Quand j'y repense et vois comment ça se passe aujourd'hui.... Shocked
avatar
MOLL Serge

Messages : 4075
Date d'inscription : 10/03/2011
Age : 80
Localisation : Bedoin Vaucluse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Tanger Fès à Meknès, les Gares, L'Ecole

Message  Lucien Calatayud le Jeu 14 Sep - 8:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4818
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 88
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Tanger Fès à Meknès, les Gares, L'Ecole

Message  Grostefan Alain le Jeu 20 Sep - 17:57

La lampe à carbure.
Dans les chemins de fer du Maroc des années 50. Témoignage de Lucien Martinez
Publié le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Lucien Martinez, cheminot à la retraite, a débuté sa carrière dans les chemins de fer du Maroc, en calant les trains. Il poursuivra sa carrière en France, à la SNCF, jusqu’à devenir chef d’atelier. Son histoire rejoint l’Histoire, celle des ouvriers du rail à l’heure de l’accession à l’indépendance de l’Afrique du Nord.
En début d’année 1954, la compagnie des chemins de fer du TANGER FES a répondu positivement à ma candidature. Après les formalités d’embauche avec le chef de gare M. Costa, je débutais en gare de Petitjean (désormais Sidi Kacem) le 1er février 1954 en tant que brigadier de manœuvre. Je devais alors apprendre à remplir la lampe au carbure, connaître les signaux à effectuer. Nous voilà réunis, avec 3 agents marocains, « caleurs et aiguilleurs », devant une énorme « machine », locomotive à vapeur des temps anciens. Cette nuit-là, je ne comprenais pas pourquoi on prenait quelques wagons au triage pour les tirer à la butte, les lancer sur une voie, les reprendre pour les lancer à nouveau. À l’échelon 2, je travaillais alors en 3×8, mon premier service commençant à 4 heures du matin avec M. Arenas, chef de manœuvre. Ce n’était pas facile de travailler avec des horaires décalés, les samedis, les dimanches et les jours fériés, la nuit noire sous la pluie, le service d’après-midi en été avec jusqu’à 55 degrés à l’ombre. Il est arrivé qu’après mes sept nuits de travail, le collègue qui devait me remplacer a eu un accident et j’ai donc dû travailler quatorze nuits sans repos. J’ai ainsi assuré ce poste jusqu’au 23 août 1955, date à laquelle j’ai été rappelé pour le maintien de l’ordre…
Durant cette période en tant que brigadier de manœuvre, je suis passé titulaire. J’ai également présenté l’examen de facteur aux écritures à Rabat et passé l’essai de diéséliste ajusteur à Meknès. Deux examens que j’ai obtenus à l’échelle quatre. J’ai été rappelé le 23 août 1955 et libéré le 1er mars 1956. J’ai repris mon service en gare de Petitjean en 3×8 non plus à la manœuvre, poste que j’ai refusé suite à l’injustice subie et aux conséquences lourdes de ce type de travail, mais comme facteur aux écritures. J’ai ensuite demandé ma mutation aux ateliers de Meknès. Le chef d’arrondissement de Meknès, M. Arrondeau, m’a proposé un emploi à l’entretien du matériel remorqué de Casablanca que j’ai accepté.
Il est important de savoir qu’après ces évènements, nos emplois n’étaient plus assurés. Messieurs Arnau, Bonamy et Quinto sont partis en délégation à la direction générale de la SNCF à Paris en 1956 afin d’obtenir l’intégration des cheminots français travaillant pour les chemins de fer marocains à la SNCF. Pour couvrir les frais de départ, nous nous sommes tous cotisé en fonction du grade et du nombre d’échelle.
Le 1er juin 1956, je commençais comme ouvrier professionnel de deuxième classe, échelle 4, dans l’équipe de frein « en fosse ». Mon chef était le contremaître M. Cosson et le chef d’entretien M. Schneider qui venait de Puy Imbert. Cet emploi était un changement radical : plus de 3×8, ni de service les dimanches et jours fériés. Des horaires normaux, aucun souci une fois le service terminé, la tête libre… La vie redevenait régulière. À l’échelle 4, on pouvait voyager en troisième classe. Mais il faut savoir que la ligne entre le Maroc et l’Algérie ne possédait pas de troisième classe ; ce qui signifie que ce train nous était interdit.
Mon travail impliquait de faire certains travaux comme des révisions d’équipements de frein, des réparations de wagons en cas d’avaries des organes de frein. De plus, à tour de rôle, nous avions la charge du nettoyage du grand bac à eau suspendu à une potence. Le remplir, doser l’antésite (boisson crée pour désaltérer les cheminots de l’Afrique du Nord) et mettre en son milieu une barre de glace. C’était la boisson fraîche pour l’atelier Sud. Souvent, il y avait des apéritifs à l’anisette le samedi matin pour arroser un mariage, une naissance… Les occasions ne manquaient pas ! L’atelier été composé de patos, de pieds-noirs marocains et algériens, ces derniers étant surnommés « troncs de figuiers », mais aussi de marocains musulmans.
J’ai passé pendant cette période l’examen d’ajusteur ferreur (ouvrier professionnel de première classe) me donnant accès aux voyages en seconde classe et le droit de pouvoir enfin prendre le train entre le Maroc et l’Algérie. J’ai également réussi l’examen de visiteur d’atelier (échelle 5) au bureau des méthodes et outillage le 1er février 1958. En plus de cela, j’effectuais des remplacements de contrôleurs de fabrication aux usines Norton et ateliers maritimes du Maroc de construction de wagons trémies en alliage léger pour le transport de phosphate (Casa port – Kourrigha). Grâce à mon laissez-passer, je pouvais me rendre à la base aérienne de l’ONU à Nouasseur pour contrôler les wagons citernes sortis de révision et leur donner l’autorisation de circuler sur les voies des chemins de fer marocains. Le 1er janvier 1959, je suis passé du grade de visiteur d’atelier classe 2 échelle 6 à celui de visiteur d’atelier classe 1 échelle 7.
En parallèle, ces mêmes années, il y a eu la naissance de mon fils aîné le 11 juillet 1957, la mort de mon frère cadet tué en Algérie lors de son service militaire légal le 5 décembre 1958, et la naissance de mon second fils le 18 février 1960, à quelques jours d’intervalle avec le tremblement de terre d’Agadir.
En 1960, l’intégration à la SNCF accordée, il fallait faire une demande pour la France et choisir trois villes. J’ai demandé Marseille où se trouvaient mes parents et mon frère aîné, puis Cannes-la-Bocca où il y avait une mission de contrôle SNCF et enfin Bézier à l’entretien des wagons. Mais j’ai été muté à l’entretien des wagons de Puy Imbert à Limoges.
Malgré tout, je m’aperçois en regardant en arrière, après plus de vingt-sept ans de retraite, que c’est à Casablanca que j’ai passé le meilleur de ma carrière.
En 1959, j’ai choisi de ne pas prendre mes congés afin de les garder pour mon départ. Déracinement. Cumulés avec les congés de 1960, cela me laisserait assez de temps pour mon voyage ALLER. Sans retour. C’est difficile de brader une grande partie de ses meubles, de vider le reste dans un conteneur, de dire ADIEU à ses amis et voisins, d’aménager un porte-bagage, fabriqué moi-même, pour deux valises.
Nous voilà, ma famille et moi, dans la 4 CV Renault en direction de Ceuta puis de Gibraltar, traversant l’Espagne. ADIEU Maroc, la page est tournée… MEKTOUB.
 
Source Le Net
Sources : FERINTER - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Grostefan Alain

Messages : 15158
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 81
Localisation : Talence 33400

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Tanger Fès à Meknès, les Gares, L'Ecole

Message  Lucien Calatayud le Jeu 20 Sep - 18:35

ALAIN

J'ai en effet bien connu Lucien. Nous avons été recrutés en 53 en même temps que 11 autres jeunes. La plupart venaient d'Oujda, les autres de Taza et de Fes. J'étais le seul "Meknassi". Tous pensionnaires au Continental nous menions parfois grand chahut au restaurant. Simple exemple:
Un midi, avant de prendre place parmi nous, Lucien nous a demandé: 
"Qu'est-ce qu'on mange aujourd'hui? Je lui ai répondu: 
- Pourquoi, tu ne le sens pas?
-Et ben non?
- Comment ça tu ne sens pas encore le pet de lapin avec toutes les  carottes rappées qu'on s'est déjà avalées?. "
Ça a suffit pour déclencher un chahut du diable et la venue du patron.
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4818
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 88
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Document des Chemins de fer...

Message  Lucien Calatayud le Lun 19 Nov - 15:49

L'un des outils qui servaient pour le traitement des litiges.

avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4818
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 88
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Tanger Fès à Meknès, les Gares, L'Ecole

Message  Lucien Calatayud le Mar 20 Nov - 11:21

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Lucien Calatayud

Messages : 4818
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 88
Localisation : Bouniagues (Dordogne)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Tanger Fès à Meknès, les Gares, L'Ecole

Message  Admin le Lun 10 Déc - 21:01

Photos récentes des  gares de Meknès

... C'est une redite, je le sais, mais j'aime répéter que c'est à l'endroit du 2ème poteau en partant de droite (photo de famille existante) que j'ai pris le train pour Casa en Février 1957, et que je n'ai suis plus jamais retourner à cet endroit...
        .les quais de la gare centrale....
        .La gare Lafayette...

_________________
Amicalement - André Langlois (Jimmy)
avatar
Admin

Messages : 12589
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 79
Localisation : Marseille

http://meknes-roidelabiere.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Tanger Fès à Meknès, les Gares, L'Ecole

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 16 sur 16 Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum